Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Patrick Roy mérite le trophée Jack Adams

lundi 2014-04-07 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Brian Compton - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Patrick Roy mérite le trophée Jack Adams
Patrick Roy mérite le trophée Jack Adams

La saison régulière s’achève et LNH.com jette un coup d’œil sur les principaux faits d’arme ainsi que sur les candidats aux différents trophées:

Avant-dernier au classement général en 2012-13, l’Avalanche du Colorado a entrepris des changements majeurs au niveau de la direction, incluant derrière le banc.

Deux des plus grands joueurs de l’histoire de la concession ont été nommés à des postes clé pour aider à changer la culture de l’organisation.

Joe Sakic, ancien capitaine et meilleur compteur de l’histoire de la concession, a été nommé vice-président exécutif aux opérations de hockey en mai.

Moins de deux semaines plus tard, il choisissait Patrick Roy, l’ancien gardien qui a mené l’Avalanche à deux championnats de la Coupe Stanley, comme entraîneur pour succéder à Joe Sacco après une troisième saison consécutive sans participation aux séries éliminatoires.

Roy a connu beaucoup de succès au niveau junior, menant les Remparts de Québec à la Coupe Memorial en 2006, mais personne n’aurait pu prévoir que le redressement de cette concession se ferait aussi rapidement.

À sa première saison derrière le banc, l’équipe de Roy est engagée dans une lutte avec les Blackhawks de Chicago pour le deuxième rang de la division centrale. Battu 3-2 en tirs de barrage par les Penguins de Pittsburgh dimanche, l’Avalanche détient une avance de deux points sur les Blackhawks, qui ont vaincu les Blues de St. Louis 4-2 dimanche. L’Avalanche a encore quatre matchs à disputer, un de plus que les Blackhawks. Demeurer au deuxième rang lui assurerait l’avantage de la glace en première ronde, vraisemblablement contre ces mêmes Blackhawks. Mais l’Avalanche a toujours une chance de terminer au premier rang de la division devant les Blues, voire de l’Association de l’Ouest.

Voilà pourquoi Roy est le choix de LNH.com pour recevoir le trophée Jack Adams remis à l’entraîneur de l’année dans la LNH.

« Nous sommes tous engagés dans un travail d’équipe et il a mis ça très clair dès le début, a confié le capitaine Gabriel Landeskog. Je crois qu’il est un très bon enseignant et qu’il sait comment faire passer son message et interagir avec ses joueurs. Il mérite certainement la confiance et le respect dont tous les entraîneurs ont besoin s’ils veulent que leurs joueurs travaillent fort pour eux. »

FINALISTES

Jon Cooper, Lightning de Tampa Bay – En dépit d’une blessure qui a forcé Steven Stamkos à s’absenter pendant près de quatre mois et de toute la tension causée par le fait que le capitaine Martin St-Louis n’a pas été choisi originalement par son directeur général Steve Yzerman pour faire partie de l’équipe canadienne olympique, Cooper est parvenu non seulement à garder son équipe à flot mais celle-ci est quasiment assurée de terminer au deuxième ou troisième rang de la division atlantique. Stamkos a marqué 10 buts en 16 matchs depuis son retour au jeu le 6 mars. Quant à St-Louis, il a été échangé aux Rangers de New York en retour de Ryan Callahan, qui était lui aussi capitaine de son équipe

Le Lightning se trouve présentement à quatre points du Canadien de Montréal, qu’il devrait retrouver en première ronde des séries. Tampa Bay détient un match en main, qu’il disputera à domicile mardi contre les Maple Leafs de Toronto.

« Notre objectif était de participer aux séries. Voyons maintenant si nous pouvons obtenir l’avantage de la glace », a déclaré Cooper sur le site internet du Lightning. « Si on en vient à un septième match, je préfère qu’il soit joué ici. »

Mike Babcock, Red Wings de Detroit – Oui les Red Wings sont toujours des séries, et ils sont en voie d’y accéder pour une 23e saison consécutive. Mais l’adversité que Babcock et ses joueurs ont dû vaincre cette fois est franchement impressionnante.

Babcock, qui a mené son équipe à la Coupe Stanley en 2007-08, a passé de longs moments privés des attaquants Henrik Zetterberg, Pavel Datsyuk, Johan Franzen et Darren Helm, ainsi que du défenseur Jonathan Ericsson, et Jimmy Howard, le gardien numéro un, a été à l’écart du jeu pendant près de trois semaines en décembre. Zetterberg n’a pas endossé l’uniforme depuis une blessure au dos subie aux Jeux olympiques de Sotchi 2014 et espère revenir au jeu pendant les séries. Datsyuk, lui, est revenu au jeu vendredi dernier après avoir raté 16 matchs en raison d’une blessure à un genou.

Mais bien dirigés par Babcock et transportés par une deuxième moitié de saison exceptionnelle de Gustav Nyquist, les Red Wings sont là où on s’attend toujours de les retrouver, en position d’accéder aux séries.

« Il a fait un travail remarquable », a dit Justin Abdelkader de son entraîneur. « Il s’attend à gagner chaque soir, peu importe qui est dans la formation. Il s’attend à ce qu’on donne tout ce qu’on a pour se procurer une chance de gagner. »

Suivez Brian Compton sur Twitter: @BComptonNHL

 

La LNH sur Facebook