Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Comme l’an dernier, les Wings devront se battre jusqu’à la fin pour espérer faire les séries

dimanche 2014-04-06 / 1:18 / LNH.com - Nouvelles

Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Comme l’an dernier, les Wings devront se battre jusqu’à la fin pour espérer faire les séries
Séries 2014: DET se complique encore la tâche

MONTRÉAL – L’an dernier, les Red Wings de Detroit se sont assuré d’une place en séries éliminatoires lors de leur tout dernier match du calendrier régulier.

Cette année, ils pourraient devoir subir le même stress jusqu’à la toute fin, puisqu’à quatre rencontres de la fin de la saison, rien n’est encore sûr pour Detroit.

Certes, malgré la défaite de samedi soir face au Canadien de Montréal 5-3, ils se trouvent toujours en première place de quatrième as dans l’Est avec 88 points, mais les Devils du New Jersey (84 points, quatre matchs à disputer) et les Maple Leafs de Toronto (84 points, trois rencontres à jouer) sont encore mathématiquement dans la course.

Pour une équipe qui détient le plus grand nombre de participations en séries de suite dans tout le sport professionnel avec 22 et qui a donc l’habitude de jouer au hockey passé le mois d’avril, tenter d’entrer en séries « par la porte d’en arrière » pour une deuxième fois d’affilée est loin d’être la situation idéale.

Lors de la saison 2012-13, les Red Wings avaient confirmé leur place en séries en remportant leurs quatre dernières rencontres de la campagne, terminant au septième échelon dans l’Ouest à l’époque, leur pire classement à l’aube des séries depuis que la LNH avait instauré le format « premier rang contre huitième rang » dans chaque association en 1993.

« Si vous me demandez si ça me plaît, c’est non. Je n’aime pas ça du tout, a déclaré l’attaquant Pavel Datsyuk. Mais c’est la vie et on doit passer au travers. Pour nous, les quatre dernières rencontres de la campagne, c’est la deuxième saison de suite que ce sont comme des matchs des séries. Mais c’est bien dans un sens que les séries commencent plus tôt pour nous, puisqu’on sera prêts quand les vraies séries vont débuter. »

Datsyuk n’a pas tort. En première ronde des séries 2013, les Red Wings avaient réussi à éliminer la deuxième meilleure équipe dans l’Ouest, les Ducks d’Anaheim, en sept matchs, incluant trois victoires en prolongation. Ils avaient cependant été battus au deuxième tour par les éventuels champions de la Coupe Stanley, les Blackhawks de Chicago, mais ce momentum de fin de saison régulière leur avait tout de même donné assez de confiance pour vaincre une des puissances dans l’Ouest.

Sauf que Datsyuk refuse de fonder des espoirs sur leur expérience de l’an dernier.

« Oui [c’est peut-être encourageant], mais je ne veux pas que ça commence à être une habitude », a-t-il évoqué.

Il ne faut pas oublier que Datsyuk vient à peine de revenir au jeu après une blessure au genou qui l’a tenu à l’écart avant et après les Jeux olympiques de Sotchi, auxquels il a décidé de participer malgré tout.

Le Russe a réussi à marquer son premier but en 2014 samedi dans la défaite contre le Canadien, lui qui en était à son deuxième match depuis son retour à la compétition.

D’après son entraîneur Mike Babcock, même s’il se réjouit de la présence de Datsyuk, force est d’admettre qu’après une aussi longue absence, un retour comme celui-là chambarde un peu une équipe.

« J’ai cru que Pavel avait mieux fait en deuxième moitié [de match samedi], a-t-il mentionné. Je ne l’ai pas trouvé très bon au début, mais il s’est amélioré par la suite. Vous savez, quand un gars revient au jeu comme ça, aussi bien que ça soit de les ravoir parmi nous, ça perturbe les choses aussi. Ton jeu de puissance par exemple, ce genre de choses. »

Et les Red Wings ne pourront vraisemblablement pas non plus compter sur leur capitaine Henrik Zetterberg pour ces quatre matchs tel qu’ils l’avaient fait l’année dernière, qui avait notamment inscrit deux buts et amassé huit aides lors des quatre dernières rencontres de la saison passée. Zetterberg se remet toujours d’une opération au dos qu’il a subie à la fin du mois de février.

« Je n’ai pas vraiment vu [Zetterberg] autour de l’aréna pour s’entraîner, alors je ne pense pas [qu’il sera de retour en saison régulière], a admis Babcock. La façon que je voie cela, nous allons devoir trouver un moyen de se tailler une place [en séries] avec le groupe qu’on a. »

 

La LNH sur Facebook