Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette : Thomas Vanek se laissera-t-il séduire par Montréal?

lundi 2014-03-31 / 14:42 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Thomas Vanek se laissera-t-il séduire par Montréal?
Thomas Vanek se laissera-t-il séduire par les charmes de Montréal d’ici le 1er juillet?

Pour la première fois depuis bien des lunes, le Canadien de Montréal peut se targuer de miser sur un premier trio digne de ce nom.

« Alléluia ! » disent les fans du Tricolore tout en se frottant les mains.

Depuis quelques matches déjà, Max Pacioretty, qui tente de devenir le premier joueur du Canadien à atteindre le cap des 40 buts depuis Vincent Damphousse en 1993-1994, David Desharnais et Thomas Vanek, un tireur d'élite venu d'Autriche, font un malheur.

Ils sont beaux à voir.

Au-delà de leur contribution offensive, les trois complices font preuve d'une belle créativité. Ils s'échangent merveilleusement bien la rondelle, ils inventent des façons de marquer et ils exercent une pression soutenue sur les défenses adverses.

On dirait qu'ils jouent ensemble depuis trois ans.

On ne vous le fait pas dire; ils ne sont pas reposants.

Et en prime, ils font le délice des amateurs, qui depuis plusieurs années déjà, déplorent l'absence de joueurs capables de donner un show offensif à Montréal.

Vanek a donné des dents à une attaque, qui, avant son arrivée à Montréal, était incapable de jouer dans la cour des grands.

L'ancien joueur des Islanders de New York donne souvent l'impression de sortir de nulle part. On le voit peu, puis bang ! Il tire au but ou encore il réussit une superbe passe. Il est tantôt imprévisible, tantôt explosif. Sa seule présence fait de Desharnais et Pacioretty de meilleurs joueurs encore.

Le Canadien n'est toujours pas considéré comme une puissance pour autant, mais il est certainement mieux armé qu'il y a un mois.

Un défi considérable

Maintenant, la question qui tue: Est-ce que le Canadien convaincra Vanek de poursuivre sa carrière à Montréal ?

Il a réussi le coup, souvenez-vous, avec Alex Kovalev, il y a déjà quelques années.

Le défi est de taille certes, mais le Canadien a beaucoup à offrir notamment une organisation de premier ordre, qui fait l'envie de plusieurs, une équipe sur la pente ascendante et une ville, qui « tripe » hockey 12 mois par année.

Un parcours intéressant en séries pourrait également accentuer ses chances de réussite dans ce dossier.

Est-ce que la pression médiatique combien omniprésente à Montréal pourrait inciter Vanek à mettre les voiles à la fin de la saison ? Bonne question.

J'ai toujours pensé qu'il s'agissait là d'une excuse trop facile. Un joueur qui invoque pareille excuse en est un qui n'a pas la couenne bien dure.

À mes yeux, un joueur incapable de supporter la pression médiatique en est un incapable de supporter la pression tout court.

En attendant, le Canadien prend les grands moyens pour créer les conditions gagnantes, qui pourraient lui permettre de prolonger son association avec monsieur Vanek.

À défaut d'être gagné, son pari est loin d'être perdu.

Le plus spectaculaire

En fin de semaine dernière, l'ancien gardien de but Dominik Hasek est devenu le 42e membre du temple de la renommée des Sabres de Buffalo. Un honneur pleinement mérité s'il en est un.

Patrick Roy et Martin Brodeur, peu importe l'ordre, sont généralement considérés comme les deux meilleurs gardiens de leur époque, mais Hasek a certainement été le plus spectaculaire des trois.

Dans une autre vie, ce gars-là probablement été une pieuvre sur patins. Ou quelque chose du genre.

Il n'était pas seulement un gardien de but; il était aussi un contorsionniste, un acrobate.

Il avait tous les styles et il a connu une carrière bien remplie. Ses deux trophées Hart, ses six trophées Vézina et ses deux bagues de la Coupe Stanley (avec les Red Wings de Détroit) sont là pour en témoigner.

Mais je me souviendrai surtout de lui pour ses milles et une façon d'arrêter la rondelle. Un gardien de but est rarement le joueur le plus spectaculaire de son équipe.

Or Dominik Hasek, au cours de sa carrière, l'a souvent été, ce qui est tout à son honneur.

 

La LNH sur Facebook