Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Cinq questions: Davidson discute de la poussée des Jackets pour accéder aux séries

mardi 2014-03-25 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Cinq questions: Davidson discute de la poussée des Jackets pour accéder aux séries
Cinq questions: Davidson discute de la poussée des Jackets pour accéder aux séries

La chronique hebdomadaire de LNH.com appelée « Cinq questions à… » est publiée chaque mardi. Nous nous entretenons avec des personnalités phares du monde du hockey et nous leur posons des questions qui nous permettent d'en savoir plus sur leurs vies, leur carrière et leurs équipes.

Cette semaine, on rencontre le président des opérations hockey des Blue Jackets de Columbus, John Davidson:

John Davidson n’a pas attendu la fin de la question avant de commencer à répondre d’une façon affirmative.

« C’est notre match le plus important de la saison », a déclaré Davidson à LNH.com lundi.

Il parlait de la rencontre que les Blue Jackets disputeront, mardi, face aux Red Wings de Detroit (19h30 ; TSN2, NBCSN), et on n’avait pas à discuter avec lui sur ce point.

Les Blue Jackets ont subi deux défaites consécutives et trois à leurs quatre derniers matchs pour glisser hors d’une place dans les séries éliminatoires dans la très compétitive Association de l’Est. Malgré tout, ils pourraient se hisser parmi les deux équipes de quatrième as avec une victoire contre les Red Wings, qui figurent en première place de quatrième as.

Les trois premières équipes de chaque section accèdent aux séries éliminatoires; les deux autres formations sont déterminées par les deux autres meilleures équipes de l’association à la fin de la saison régulière, peu importe leur section.

Les Maple Leafs de Toronto et les Capitals de Washington sont également dans la course et ils joueront tous les deux mardi, mais ils ont tous les deux disputé une rencontre de plus que les Blue Jackets. Columbus a également remporté plus matchs en temps réglementaire et en prolongation que les Red Wings, les Maple Leafs et les Capitals. Ils ont le même nombre de victoires en temps réglementaire et en prolongation que les Devils du New Jersey, qui sont à cinq points d’une place dans les séries et trois points derrière Columbus. Les Devils ne joueront pas avant jeudi.

Les victoires en temps réglementaire et en prolongation sont le premier bris d’égalité si des équipes totalisent le même nombre de points à la fin de la saison régulière.

« Nous sommes évidemment arrivés au match le plus important de l’année pour le moment », a déclaré Davidson en parlant de l’affrontement contre les Red Wings. « Je veux simplement que nos gars soient prêts et préparés à jouer notre style de jeu. Nous allons jouer contre les Red Wings qui sont très bien dirigés et qui bataillent à chaque match. Ils jouent dur. Considérant toute l’adversité à laquelle ils ont eu à faire face cette année, ils sont demeurés dans la lutte et c’est un match important pour les deux équipes. »

Cependant, le match contre les Red Wings n’est pas l’unique aspect qui occupe l’esprit de Davidson aujourd’hui. Il a raconté à LNH.com pourquoi les Blue Jackets ont connu des difficultés au cours des derniers matchs, la grosse transaction que l’équipe a effectuée à la date limite des échanges, quels sont ses espoirs pour le brillant avenir de l’équipe et encore plus.

Voici les cinq questions à… John Davidson:

L’équipe a subi deux défaites consécutives et quatre à ses cinq derniers matchs pour glisser hors d’une place en séries éliminatoires. Que devez-vous faire pour replacer l’équipe dans la bonne direction?

« Je crois que l’on doit compléter nos jeux. Nous avons eu plusieurs chances de marquer, mais nous ne pouvons terminer nos jeux. Notre unité en avantage numérique est en partie la cause. Nous sommes en panne sèche et au moment où je vous parle, notre équipe exerce notre supériorité numérique. On doit s’améliorer à ce chapitre. Même si nous ne marquons pas de but, nous devons nous améliorer, car ça procure un bon rythme à l’équipe. On n’abandonne pas, mais nous devons tirer la rondelle au filet. »

Vous parlez de marquer plus de buts, mais vous aviez Marian Gaborik, qui est un bon marqueur, et vous l’avez échangé aux Kings de Los Angeles. Pourquoi ça n’a pas fonctionné pour Gaborik à Columbus?

« Il a souvent été blessé. Il a été blessé à un genou. Il est revenu au jeu, mais dès son premier match, il a sévèrement été mis en échec et il s’est fracturé la clavicule et il a été absent pour une bonne période. On tente d’aller de l’avant et on ne croyait pas qu’il allait s’ajuster la saison prochaine, nous avons donc décidé de faire ce changement. Il voulait demeurer ici. Il est une bonne personne. Il n’était tout simplement pas le joueur dont on avait besoin. Nous jouons un style différent et il ne cadrait pas dans nos plans. Il est une bonne personne, un bon joueur et il fera bien à Los Angeles. »

Est-ce qu’il voulait jouer un style est-ouest alors que vous préconisez davantage un style nord-sud?

« Je ne sais pas si c’est la bonne manière de décrire la situation, mais ça n’a tout simplement pas fonctionné. Nous sommes une jeune équipe et nous allons grandir ensemble. Nous sommes une très jeune équipe et nous tentons de nous développer un avenir, nous essayons de voir comment nous allons faire les choses et on pensait qu’il ne figurait plus dans nos plans.

« Écoutez, Marian est un marqueur de classe mondiale, mais on marquait notre part de buts pendant son absence. Je ne pense pas que l’on ne marque pas parce que Marian n’est plus ici. Il n’a pas joué beaucoup de matchs pour nous cette saison et nous en avons remportés plusieurs. Nous avons marqué plus de buts que la saison dernière. Nous avons des joueurs qui ont fait un bon bout de chemin, des gars comme Ryan Johansen et autres, mais présentement, ils ont de la difficulté à marquer. Notre unité en avantage numérique ne joue pas bien et pourtant, ce sont les mêmes joueurs que nous avions au début de la saison quand ça allait bien. Nous n’avons qu’à travailler fort afin de sortir de notre torpeur. »

Vous avez peut-être entendu Rick Nash, la semaine dernière, quand on lui a demandé qui selon lui l’avait remplacé dans l’uniforme des Blue Jackets. Il a déclaré qu’il ne regardait pas beaucoup de matchs, mais que comme tout le monde, il avait entendu dire que le nouveau visage de l’équipe était Ryan Johansen. Est-ce que Johansen est déjà ce joueur à Columbus?

« J’ai déjà dit que Ryan Johansen avait la chance de devenir ce joueur, mais il a encore beaucoup de chemin à faire. Il a vraiment franchi de grandes étapes cette saison pour devenir un bon joueur dans cette ligue. Il a beaucoup de potentiel, mais il devra continuer de travailler sur plusieurs aspects de son jeu pour atteindre ce calibre. Il est encore très jeune. Quand on regarde les grands joueurs de centre qui ont joué dans la ligue au cours des deux dernières décennies, il y en a pas beaucoup qui sont devenus très bons au cours de leurs deux ou trois premières saisons. Ça prend du temps pour atteindre ce calibre, des joueurs comme Ryan Getzlaf et Joe Thornton et plusieurs autres de ce genre. Jo a le potentiel pour atteindre ce calibre, c’est certain, et on le voit. Sa confiance. Son rythme. Son conditionnement physique. Son travail hors glace pendant l’été. Toutes ces choses mises ensemble font qu’un joueur devient le joueur qu’il peut devenir. Il a certainement les outils. Il est certainement sur le bon chemin. Et j’ai hâte de voir le produit fini.

« Pour être honnête avec vous, on a un autre très bon joueur qui joue à la ligne bleue pour nous, Ryan Murray. Je ne sais pas s’il y a plusieurs personnes dans la ligue qui savent combien il est bon et combien il va être bon. Il est un très, très, très bon jeune joueur. »

Quand vous êtes arrivé à Columbus après votre séjour à St. Louis, vous avez parlé de culture, et qu’il fallait changer la culture afin de devenir des gagnants. En plus d’être dans la course pour une place dans les séries éliminatoires et d’avoir été dans la course jusqu’à toute fin la saison dernière, que voyez-vous qui vous fait dire que votre plan fonctionne?

«Peu importe où nous finirons cette saison, nous devrons voir une amélioration. Quand je vois Dalton Prout, David Savard et Murray, ce sont trois jeunes défenseurs qui ont gravi des échelons cette saison. Quand je vois un joueur comme Johansen accomplir ce qu’il accomplit, je vois un jeune joueur se développer sous nos yeux. C’est ce que nous devons voir. Nous avons un bon jeune gardien en Sergei Bobrovsky. On sait tous qu’il a gagné le trophée Vézina la saison dernière, mais il est encore très jeune. Et certains de nos vétérans continuent de nous aider et de jouer le style que nous préconisons. Un style inspiré dans lequel on ne peut laisser personne à la traîne avec un manque de passion ou un manque de travail. Nous devons jouer ainsi parce que c’est ce que nous sommes, c’est notre réputation. Quand on s’éloigne de cela, on ne gagne pas de matchs. Je pense au match contre les Islanders l’autre jour. Ils ont travaillé plus fort que nous. Ils n’avaient pas joué de matchs en quatre jours et on en avait disputés plusieurs dans un court laps de temps, mais peu importe, on doit trouver des façons de remporter ces matchs.

« Donc quoiqu’il arrive, aussi longtemps que je verrai une amélioration, je vais considérer que nous allons dans la bonne direction. Et c’est plus que ce qui se passe ici. Je parle aussi de nos jeunes joueurs qui évoluent ailleurs dans d’autres ligues à travers le monde. J’ai vu beaucoup de progrès de leur part, plusieurs de nos jeunes joueurs ont connu de bonnes saisons. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook