Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette : Un vote pour Patrice Bergeron

lundi 2014-03-17 / 16:29 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Un vote pour Patrice Bergeron
Qui gagnera le trophée Hart, octroyé annuellement au joueur jugé le plus utile à son équipe dans la LNH ?

Qui gagnera le trophée Hart, octroyé annuellement au joueur jugé le plus utile à son équipe dans la LNH ?

Si vous avez répondu Sidney Crosby, vous risquez fort de viser dans le mille.

L'histoire est là pour en témoigner: le Hart, règle générale, revient au ou à l'un des meilleurs marqueurs du circuit.

Au cours des dix dernières années, il a toujours été enlevé par des joueurs offensifs, dont trois fois par Alexander Ovechkin, des Capitals de Washington.

Le dernier joueur non-offensif à mériter pareil honneur a été, rappelez-vous, le gardien de but Jose Théodore, alors avec le Canadien de Montréal, en 2002.

Et parce que Crosby, déjà considéré comme le joueur numéro un de la planète, s'achemine vers le championnat des marqueurs et que les Penguins de Pittsburgh connaissent une autre excellente saison, ses chances de l'emporter sont évidemment fort élevées.

Ma question est la suivante: est-ce qu'il pourrait y avoir des exceptions ?

Prenons le cas de Patrice Bergeron, des Bruins de Boston.

Il n'est pas parmi les 60 meilleurs marqueurs de la ligue, mais, à mes yeux, il a certainement sa place quelque part parmi les plus sérieux candidats au titre tels Crosby, Ryan Getzlaf et Ovechkin pour ne nommer que ceux-là.

Au-delà des chiffres

« Es-tu tombé sur la tête, Touchette ?» réagirons certains observateurs, les baguettes en l'air.

Je m'explique: après 67 matches, le capitaine des Bruins montre 19 buts et 26 mentions d'aide pour 45 points. Rien pour écrire à sa mère, diront certains.

Mais justement; voilà un candidat dont la contribution dépasse largement le cadre des mentions d'aide et des buts.

Par définition, le joueur le plus utile en est un qui aide son équipe de mille et une façons.

Sur la glace, Bergeron fait tout, sauf interpréter les hymnes nationaux et conduire la surfaceuse. Il domine la ligue avec un différentiel de plus-32 même si son trio est souvent opposé au meilleur trio de l'équipe adverse, il gagne près de 60 pour cent des mises en jeu et il excelle autant en supériorité qu'en infériorité numérique. Combien de joueurs peuvent en dire autant ? Je vous le demande.

Quoiqu'on en dise, il est au nombre des joueurs les plus complets de la ligue.

Cela dit, il ne gagnera pas le Hart, mais, pour l'ensemble de son œuvre, il mérite qu'on s'attarde à sa candidature.

Bâtis pour jouer dans l'Ouest

En attendant, Bergeron et ses complices continuent de faire la loi.

Les Bruins, vous l'avez sûrement constaté, ne perdent pas souvent. Ils jouent dans l'Est, mais ils sont bâtis pour jouer dans l'Ouest.

Ils sont gros, ils sont forts, ils sont rapides. Depuis quelques années, ils représentent probablement la meilleure formation des Bruins depuis le début des années 1970 alors que les Big Bad Bruins avaient remporté deux Coupes Stanley en l'espace de trois ans avec comme chefs de file Bobby Orr, Phil Esposito, Ken Hodge et Johnny Bucyk, entre autres.

Ces Bruins n'ont pas de Bobby Orr ou de Phil Esposito, mais ils misent sur un gardien de but de premier plan en Tuukka Rask, une solide défense chapeautée par Zdeno Chara, dit la tour infernale, quatre trios équilibrés et un très bon entraineur en Claude Julien, qui, finalement, est en train d'obtenir le crédit, qui lui revient. La preuve, il était au nombre des adjoints de Mike Babcock lorsque le Canada a remporté l'or aux Jeux de Sotchi.

Bref, les Bruins, battus en finale par les Blackhawks de Chicago, l'année dernière, sont armés jusqu'aux dents dans leur quête d'une deuxième Coupe Stanley en quatre ans.

Et surtout, ils misent sur un joueur combien utile en ... Patrice Bergeron.

 

La LNH sur Facebook