Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
 

Les Sénateurs d’Ottawa étaient frustrés et fâchés d’avoir perdu

dimanche 2014-03-16 / 0:29 / LNH.com - Nouvelles

Par Richard Milo - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Sénateurs d’Ottawa étaient frustrés et fâchés d’avoir perdu
Les Sénateurs d’Ottawa étaient frustrés et fâchés d’avoir perdu

MONTRÉAL – Il y a de ces défaites qui font mal, et les Sénateurs d’Ottawa ont subi un revers crève-cœur en s’inclinant 5-4 en prolongation contre le Canadien de Montréal au Centre Bell, samedi.

Avec moins de quatre minutes à jouer en temps réglementaire, les Sénateurs possédaient une avance de trois buts. Ils se dirigeaient vers la victoire quand Lars Eller, Brian Gionta et David Desharnais ont marqué pour créer l’égalité 4-4.

Le but de Desharnais a été inscrit alors qu'il restait moins d’une seconde à la troisième période, et le Canadien s’est ensuite assuré de la victoire quand Francis Bouillon a réussi son premier but de la saison à 1:26 de la prolongation.

« Actuellement, je suis frustré », a avoué l’entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean, dépité. « Il ne restait que trois minutes et demie et c’était à nous de remporter le match. C’est un parfait exemple qu’il faut travailler plus longtemps et plus fort que l’opposition pour espérer l’emporter.

« Il y a des moments dans un match où il faut contrôler ses émotions et se concentrer sur la tâche à accomplir. On n’a pas réussi suffisamment bien sur ce plan. »

Les Sénateurs ont été dominés au premier engagement alors que le Canadien a eu l’avantage 17-4 au chapitre des tirs au but, mais ils s’en sont tirés à bon compte et le score était égal 1-1 après les 20 premières minutes grâce à Robin Lehner, qui a été solide devant son filet.

« On n’était pas déçu de finir la période à 1-1, a reconnu MacLean. Robin a été obligé de faire de gros arrêts et ils auraient pu marquer plusieurs fois. Il nous a gardés dans le match et c’est ce dont on a besoin dans cet amphithéâtre.

« On a fait du bon travail pour se rendre jusqu’aux trois dernières minutes et demie. Mais un match dure 60 ou 65 minutes [avec la prolongation]. On n’a pas joué assez longtemps et avec suffisamment d’intensité. »

Bouillon a marqué le but décisif après qu’il eut semblé que la rondelle était emprisonnée sous la jambière de Lehner pendant que Desharnais essayait de la pousser.

Le but était-il bon?

« Je dois être prudent avec les mots que j’utilise, mais il semble que notre gardien avait la possession de la rondelle, a estimé le défenseur Marc Méthot. C’est difficile pour les arbitres, je le comprends. Il y a beaucoup de bruit et beaucoup de distractions. Ce n’est pas de leur faute, c’est notre faute. On s’est placé dans une telle position en prolongation. Le match aurait dû être terminé quand on avait une avance de trois buts. »

En parlant des dernières minutes de temps réglementaire, Méthot a dit ce qui suit:

« Je trouvais qu’on jouait assez bien. Ça prend deux ou trois jeux où on commet certaines erreurs, et ça leur a donné confiance à la fin. C’est ce que ça prend. Quand on commence à jouer sur les talons, la plupart du temps ils obtiennent des tirs au but et éventuellement, ils finissent par marquer. »

Clarke MacArthur, l’auteur du quatrième but des Sénateurs, était amèrement déçu de la tournure des événements.

« C’est difficile. On se bat pour rester en vie présentement et c’est difficile de ne pas être trop émotif, a-t-il révélé. On s’est placé dans une mauvaise position et on leur a donné un peu de vie. Mais en même temps, c’est déjà assez difficile de jouer contre une équipe de hockey et pas tout le monde dans un amphithéâtre. C’est difficile pour nous. »

MacArthur en avait contre la pénalité qui a été imposée à Kyle Turris pour avoir accroché Andrei Markov à 18:12 de la troisième période, ce qui a mené au but de Desharnais pour envoyer le match en prolongation.

« Turris n’avait qu’une main sur son bâton quand il a été puni contre Markov, a-t-il noté. Ce fut un bon plongeon. »

 

La LNH sur Facebook