Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Rosen: Les Red Wings déterminés à poursuivre leur séquence en séries

mercredi 2014-03-05 / 3:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Rosen: Les Red Wings déterminés à poursuivre leur séquence en séries
Rosen: Les Red Wings déterminés à poursuivre leur séquence en séries éliminatoires

NEWARK, New Jersey - L'année dernière, les Red Wings de Detroit se retrouvaient dans la même situation que celle dans laquelle ils sont impliqués présentement, c’est-à-dire face à la pression de participer aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley, de prolonger leur séquence record d'apparitions en séries, sans toutefois disposer de beaucoup de temps pour faire en sorte que cela se produise.

Les Red Wings ont finalement dû gagner leurs quatre derniers matchs et obtenir de l'aide pour participer aux séries éliminatoires pour une 22e saison consécutive, mais ils ont réussi leur coup avec Henrik Zetterberg et Pavel Datsyuk dans l'alignement.

Zetterberg et Datsyuk sont présentement relégués au rôle d’observateurs, à l’écart de l'alignement à cause des blessures, donc si Detroit doit étendre sa série de participations aux éliminatoires pour une 23e saison consécutive, l’équipe devra s'appuyer sur quelque chose d’autre, une chose au sujet de laquelle cette franchise ne démontrait pas beaucoup de patience au cours des saisons précédentes : la jeunesse.

« Je pense que c'est intéressant », a déclaré le vétéran défenseur des Red Wings Niklas Kronwall, avant le match de mardi contre les Devils du New Jersey. « La manière dont ces jeunes ont joué, la façon dont ils ont intensifié leur niveau de jeu depuis qu’ils ont obtenu une chance, c'est génial de constater leur confiance. Ils en veulent toujours de plus en plus. »

Il faut qu'ils soient prêts à en donner de plus en plus, parce que, si les Red Wings ont entamé le match de mardi en contrôle de leur propre destinée en tant qu’équipe qui occupe la deuxième place de Quatrième As dans l’Association de l’Est, ils savent déjà que Zetterberg est sorti pour le reste de la saison régulière après une opération au dos et que les problèmes récurrents au genou de Datsyuk rendent nébuleuse la disponibilité de ce dernier dans un avenir rapproché.

Les Devils, les Capitals de Washington, les Blue Jackets de Columbus et les Sénateurs d'Ottawa talonnaient tous Detroit de près avant les matchs présentés mardi.

« Il n'y a rien d'autre que les séries éliminatoires dans l'esprit des Red Wings », a déclaré le défenseur Jonathan Ericsson. « Je ne voudrais pas faire partie de l'équipe qui brise cette tradition. »

L’alignement qui tentera de garder la tradition des séries éliminatoires vivante se compose désormais de neuf joueurs de 25 ans ou moins, et cinq attaquants de ce groupe évoluent parmi les neuf meilleurs avants de l’équipe en Tomas Tatar, Tomas Jurco, Riley Sheahan, Gustav Nyquist et Joakim Andersson.

Aucun des neuf joueurs ne compte 100 matchs d’expérience dans la LNH, de plus, Tatar, Sheahan, Jurco et le centre de quatrième ligne Luke Glendening n'ont jamais joué dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Les défenseurs Brian Lashoff et Danny DeKeyser ont joué un total de cinq matchs en séries éliminatoires.

Mais l'objectif et les attentes à Detroit ne seraient pas différents si Zetterberg et Datsyuk étaient en bonne santé. Les Red Wings envisagent de prendre part aux séries éliminatoires. Ils misent là-dessus. En fait, l'entraîneur Mike Babcock l’a même dit au cours de sa conférence de presse, immédiatement après avoir remporté la médaille d'or avec le Canada aux Jeux olympiques de 2014 à Sotchi.

« On doit se préparer à entrer dans les séries éliminatoires, a-t-il dit. Je sais simplement que nous trouverons un moyen. Je ne sais pas trop comment nous y parviendrons, mais nous allons trouver un moyen. »

L'optimisme de Babcock se répand à l’intérieur du vestiaire des Red Wings. Les joueurs ont le même sentiment. Ils ne peuvent même pas envisager une autre option.

« Nous ne voulons pas même penser que nous n’y serons pas, nous prenons cela pour acquis », a déclaré Tatar à LNH.com.

Pour s’en assurer, Tatar est l'un des joueurs qui devra élever son jeu d’un cran au cours des 21 derniers matchs. Sa ligne, complétée par Sheahan et Jurco, a contribué pour trois buts dans la victoire de 6-1 contre les Sénateurs d'Ottawa vendredi dernier. Il faudra davantage de performances du genre.

Nyquist, qui a inscrit 10 buts au cours de ses 12 matchs précédents, avant les matchs de mardi, doit maintenir le rythme, tout comme Franzen qui doit continuer de toucher le fond du filet.

Franzen, qui a raté 22 des 23 matchs avant la pause olympique, est évidemment un élément important dans la poussée de Detroit vers les séries éliminatoires en tant que vétéran marqueur, mais le sort des Red Wings reposera sur la performance des jeunes joueurs au cours du prochain mois.

C’est du jamais vu, alors que par le passé à Detroit, l’équipe était tellement habituée à se fier sur les vétérans de la trempe de Steve Yzerman jusqu’à Brendan Shanahan, en passant par Nicklas Lidstrom, Brian Rafalski, Zetterberg et Datsyuk, et bien d’autres.

CE QU'ILS ONT DIT



L’attaquant des Bruins Milan Lucic à propos de son gardien Tuukka Rask, qui a gagné une médaille de bronze avec la Finlande aux Jeux olympiques:
« Que dire sur lui? Il a été notre meilleur joueur toute l’année. Il a même démontré aux Jeux olympiques qu’il était quand même le meilleur gardien au monde. Nous sommes chanceux de l’avoir. »

L’entraîneur des Red Wings, Mike Babcock, sur la possibilité de voir Martin Brodeur évoluer pour une autre organisation que les Devils:
« Pour moi, de l’extérieur, quand ça fait aussi longtemps que tu es avec une équipe et que tu peux accrocher tes patins avec cette équipe, tu as frappé un circuit. »

Maintenant, les Red Wings doivent s’en remettre à des joueurs qui ont aidé les Griffins de Grand Rapids de la Ligue américaine de hockey à remporter la Coupe Calder la saison passée. S’ils ne sont pas à la hauteur au cours des 21 derniers matchs, les Griffins pourraient obtenir passablement de renforts pour un autre joli parcours en séries éliminatoires dans la LAH.

« C'est Detroit, c'est ce que nous faisons ici, nous entrons dans les séries éliminatoires, a déclaré Nyquist. Ça a été comme ça pendant 22 ans et nous cherchons à obtenir une 23e participation. Nous n'avons rien d'autre à l'esprit que de participer aux séries éliminatoires, une fois la saison régulière terminée. »

Nash obtient plus de temps en infériorité numérique

Une raison importante pour laquelle Rick Nash a fait partie de l'équipe olympique canadienne réside dans sa capacité à tuer les pénalités. L’entraîneur des Rangers de New York Alain Vigneault semble avoir compris les talents cachés de Nash en désavantage numérique.

Après avoir très peu utilisé Nash en infériorité numérique au cours des trois premiers mois et demi de la saison, Vigneault a finalement commencé à l'utiliser avec parcimonie lors des 10 matchs avant la pause pour les Jeux de Sotchi. Depuis qu’il a aidé le Canada à remporter l'or avec son jeu en infériorité numérique, Nash a été un élément régulier sur l’unité de désavantage numérique des Rangers.

Il a terminé deuxième parmi les attaquants de New York avec 2:16 de temps de glace en infériorité numérique contre les Blackhawks de Chicago, jeudi dernier. Nash a ensuite reçu 1:29 en désavantage numérique contre les Flyers de Philadelphie, samedi dernier. Les Rangers, qui ont affiché un rendement combiné de 6-en-7 à court d’un homme contre les Blackhawks et les Flyers, n'ont pas eu à utiliser cette facette du jeu dans leur revers de 6-3 face aux Bruins de Boston, dimanche.

Nash espère que Vigneault continuera de l’envoyer sur la glace pour tuer des pénalités.

« Tant que nous continuerons à bien faire, a déclaré Nash. C'est toujours un ajustement. Ce n'est pas ancré dans ma tête. L'entraîneur adjoint Ulf Samuelsson m'aide entre les périodes, en me disant où aller, où me positionner. Je vais continuer à m’ajuster avec lui et je vais essayer de devenir un bon joueur pour tuer les pénalités. »

Nash a été un joueur efficace en désavantage numérique par le passé, en particulier lorsque Ken Hitchcock était l'entraîneur des Blue Jackets de Columbus. Hitchcock employait Nash régulièrement en infériorité numérique et il était un grand partisan de l’idée de l'utiliser à court d’un homme lors des Jeux olympiques de 2010 à Vancouver et à nouveau à Sotchi le mois dernier.

L'ancien entraîneur des Rangers John Tortorella a utilisé Nash sporadiquement à court d’un homme la saison dernière.

« J'aime ça, a déclaré Nash. Il faut que tu sois encore plus alerte et que tu acceptes de sacrifier ton corps un peu. Et il arrive que vous ayez une chance de prendre un risque en offensive et d’aller inscrire un but en désavantage numérique. Alain Vigneault m'a parlé et m'a demandé si je voulais jouer un peu sur les unités spéciales. J'ai dit que j’en serais ravi. »

Hamilton montre de la confiance à l'attaque

L'entraîneur des Bruins de Boston Claude Julien est prêt à donner le temps à son défenseur de 20 ans Dougie Hamilton de développer son jeu en défensive, tant et aussi longtemps que sa confiance du côté offensif continuera d’augmenter, comme c’est le cas jusqu’à présent.

L'exemple soulevé est son jeu dans la victoire des Bruins par la marque de 6-3 contre les Rangers, dimanche dernier, au Madison Square Garden. Après s'être fait prendre trop profondément dans la zone offensive, jeu qui a mené au but de TJ Miller au début de la première période, Hamilton a répondu en marquant un but et en se faisant complice de deux autres, pour enregistrer sa première performance de trois points dans un match en carrière.

Il a marqué son but après avoir soutenu Jarome Iginla au bon moment et en suivant le jeu en direction du filet. Il a contribué à préparer le but de Carl Soderberg, qui a donné à Boston une avance de 3-1, en tapant sur la patinoire avec son bâton, appelant un coéquipier à lui refiler la rondelle au bon moment, et en dirigeant un tir sans hésitation.

Julien a dit que ce jeu en particulier, quand Hamilton a frappé son bâton sur la glace et a demandé la rondelle, est la preuve de la confiance du jeune défenseur. Cette confiance semble à la hausse depuis le 25 janvier, quand il est revenu au jeu après une blessure et a joué près de 19 minutes dans une victoire de 6-1 contre les Flyers de Philadelphie.

DANS LE COURRIER DE ROSEN

Quel sera l’impact de l’arrivée d’Evgeni Kuznetsov avec les Capitals de Washington pour le reste de leur saison? -- @ZachAttack2828

En ce moment, il n’y a aucune garantie que Kuznetsov va même jouer pour les Capitals cette saison. Son année dans la KHL est terminée parce que son équipe, le Traktor de Chelyabinsk, ne s’est pas taillée une place en séries, mais il demeure sous contrat avec la KHL jusqu’au 30 avril. Il pourrait techniquement travailler sur une façon d’être libéré de son contrat plus tôt, mais à ce moment-là les Capitals devront lui faire signer un contrat. Alors il est encore trop tôt pour savoir si ou même quand Kuznetsov arrivera à Washington cette saison. Il est impossible de dire quel sera son impact puisqu’il n’a jamais joué dans la LNH. Il est évidemment considéré comme un talent unique, mais il est prématuré pour le moment de penser qu’il aura un impact immédiat, s’il a la chance d’avoir un impact tout court.

Si les Rangers de New York accordent un contrat à Ryan Callahan, celui de Brad Richards sera-t-il racheté cet été? -- @thorberg22

Je ne crois pas qu’il y ait de lien entre les deux parce que je pense que le contrat de Richards devrait être racheté de toute façon. C’est simplement un trop grand risque pour les Rangers de le garder quand ils ont l’option de le racheter et de se débarrasser de 6,67 millions $ sur la masse salariale qu’ils pourraient devoir traîner jusqu’en 2019-20. Ils doivent également considérer les pénalités sur le cap salarial qui surviendraient si Richards décidaient de prendre sa retraite plus tôt. La récompense qu’ils auraient pour l’avoir gardé ne ferait pas le poids contre l’immense risque qu’ils prendraient en ne rachetant pas son contrat. Richards pourra tout de même jouer et s’entendra avec une autre équipe, mais racheter son contrat est une décision d’affaires qui aura un impact sur la masse salariale des Rangers pour des années.

Pourquoi les équipes obtiennent si peu pour des joueurs de renommée, comme un choix de quatrième ronde pour Dustin Penner et Stéphane Robidas, et un troisième et un cinquième pour Viktor Fasth? -- @DavidGerecke

Les directeurs généraux n’aiment pas trop dépenser pour des joueurs de location comme Penner et Robidas, qui d’ailleurs est toujours blessé et qui ne pourra s’aligner avec les Ducks d’Anaheim avant plus tard ce mois-ci. Ils ne feront pas une assez grosse différence pour que les d.g. se départissent de joueurs de leur formation actuelle ou de meilleurs choix de repêchage. Je dirais aussi que Fasth n’est pas un joueur de renommée, et que des choix de troisième et cinquième rondes sont de très bonnes acquisitions pour un gardien qui n’a rien prouvé et qui a été blessé pendant la majeure partie de la saison. Fasth a disputé 30 matchs dans la LNH et les Ducks ont réussi à obtenir deux choix de repêchage pour lui. C’est pas mal.

Si vous avez une question à laquelle vous souhaitez que Dan Rosen réponde, envoyez un tweet à @drosennhl. Le courrier sera une section hebdomadaire de cette rubrique.

Hamilton a joué en moyenne 19 minutes par match depuis et, dernièrement, a obtenu du temps de glace au sein de la première paire défensive en compagnie de Zdeno Chara.

« Il voit vraiment bien la glace et il fait de bons jeux, a déclaré Julien. Il supporte bien le jeu également. C'est de cette manière qu'il a marqué son but contre les Rangers. Il va devenir un bon joueur. Il continue à obtenir du temps de glace et il continue de s'améliorer dans ces domaines où il doit devenir plus fort, et ça, c'est dans la zone défensive. Il a été un bon joueur pour nous et cela annonce de meilleures choses à venir. »

Adam Henrique émerge à l’aile

Le joueur d’avant Adam Henrique des Devils du New Jersey dit qu'il n'a pas de préférence entre jouer au centre ou à gauche, mais dernièrement, il semble être beaucoup plus dangereux en tant qu’ailier.

Henrique a entamé le match de mardi après avoir récolté six points, dont quatre buts sur 12 tirs, en trois matchs en tant qu’ailier gauche, aux côtés de Patrik Elias, qui évolue au poste de centre depuis son retour de la pause olympique. Il n'avait pas marqué sur huit tirs et récolté seulement une passe en sept matchs en tant que joueur de centre avant la pause.

« Quand il attaque, quand il est agressif, il a une bonne vitesse et il a un bon tir », a déclaré l'entraîneur des Devils Peter DeBoer. « Donc, quand il a une mentalité de se porter en attaque, il est capable de marquer des buts. Je ne sais pas si le fait de l’avoir déplacé à l'aile lui a enlevé un peu de pression d’avoir à fabriquer des jeux et lui a permis de penser à foncer en ligne droite, mais, quelle que soit la raison pour laquelle il a récemment apporté une excellente contribution, c’est ce dont nous avons besoin de sa part pour aller de l’avant. »

Henrique a affirmé qu’il se concentrait à diriger plus de rondelles directement au filet qu’il ne le faisait en tant que joueur de centre.

Cela fait partie du plan de jeu des Devils dans son ensemble, et les statistiques le confirment. New Jersey dirigeait en moyenne 24,6 tirs au but par match dans les sept matchs avant les Jeux olympiques, mais avant le match de mardi, l’équipe dirigeait en moyenne 31,0 lancers par match à ses trois premiers matchs depuis le retour de la pause.

« Nous avons adopté une mentalité davantage axée sur les tirs, a déclaré Henrique. Lors des derniers matchs j’ai simplement essayé de diriger la rondelle vers le filet, que ce soit un bon tir ou pas, juste diriger le disque vers le filet pour tenter d’obtenir un retour ou une chance de marquer pour nous. J'ai parlé à Patty (Elias) à ce sujet et lorsque nous aurons une chance de tirer, dorénavant nous allons le faire. Nous devons avoir la même mentalité chaque soir. »

Morrow sait comment se sentent Ott et Miller

Brenden Morrow a vu les regards de Steve Ott et de Ryan Miller après leur premier match avec les Blues de St Louis, dimanche dernier. C’était un regard familier parce qu'il avait le même la saison dernière suite à son premier match avec les Penguins de Pittsburgh, après avoir échangé des Stars de Dallas.

« J’en sais quelque chose, quand vous jouez dans un bâtiment à moitié vide et vous vous retrouvez dans une équipe comme celle-ci et que vous êtes au fait de la situation et vous savez que vous allez participer aux séries éliminatoires, a déclaré Morrow. Ott et Ryan ont joué un seul match et ce n'était pas notre meilleur match, mais les deux ont terminé leur partie et ont pensé : ‘Ces gars-là, ils jouent dur.’ Je pense qu'ils sont excités à ce sujet. »

Morrow a dit avoir fait partie d’équipes avec autant de profondeur que les Blues auparavant, mais jamais avec une équipe aussi compétitive. Il estime que Miller et Ott vont s'adapter parfaitement parce que leur compétitivité est alimentée par le fait qu'ils n'ont pas pris part aux séries éliminatoires depuis un certain temps.

Pour Ott cela remonte à 2008; pour Miller on parle de 2011.

« Vous êtes en compétition et vous essayez toujours de gagner, mais vous oubliez quand ça fait aussi longtemps, a déclaré Morrow. Vous avez des papillons encore, avec tous ces sentiments qui remontent une fois que vous participez aux séries éliminatoires. Ça vous rajeunit vraiment. »

Ici et là

* Avant le match de mardi soir, les Canucks de Vancouver montraient un dossier de 1-8-1 à leurs 10 derniers matchs. C'est le pire segment de 10 matchs pour les Canucks depuis qu’ils ont affiché un rendement de 1-5-4, du 4 au 31 janvier 2009.

* Les Blue Jackets ont entamé le match de mardi sur un rythme qui leur permettrait d’enregistrer un record de franchise de 236 buts cette saison. Cela dépasserait le record actuel de la concession qui est de 220 buts (2008-09). Ils sont en voie de compter par moins de cinq joueurs avec 20 buts. Le plus haut total dans l’histoire des Blue Jackets en une seule saison est de quatre marqueurs de 20 buts ou plus (2002-03, 2009-10).

* Les finalistes de la Coupe Stanley de l'an dernier tiendront des événements de charité dans les prochains jours, au profit des enfants.

Brent Seabrook, le défenseur des Blackhawks de Chicago, tiendra son Celebrity ICE Bowl annuel, vendredi, au profit des enfants issus de familles à faible revenu dans le centre-ville de Chicago.

Shawn Thornton, le joueur d’attaque des Bruins, fait équipe avec quelques coéquipiers et la station 98,5 The Sports Hub pour la septième édition de « Cuts for a Cause » annuelle, le 26 mars, et les profits seront versés à la Fondation Shawn Thornton, la Fondation des Bruins de Boston et celle du Floating Hospital for Children at Tufts Medical Center. Les gens peuvent surenchérir pour avoir l’occasion de raser la tête de leur joueur des Bruins favori participant à l’événement.

Une salve d'applaudissements à tous les participants.

 

La LNH sur Facebook