Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Bouchard : Weaver pourrait servir comme mentor chez le CH

    Par Olivier Bouchard - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Bouchard : Weaver pourrait servir comme mentor chez le CH
    Bouchard : Weaver pourrait servir comme mentor chez le CH

    Premier mouvement significatif de Marc Bergevin à l’approche de la date limite des échanges, le Canadien de Montréal s’est porté acquéreur de Mike Weaver, 35 ans, des Panthers de la Floride pour un choix de 5e ronde au repêchage de 2015 de la LNH. Déjà, le fait de céder un choix qui ne se fera que dans 15 mois a de quoi surprendre. Mais quand on y pense un peu, la chose est à l’avantage des deux organisations.

    De l’utilité des choix tardifs

    Bergevin cherche de toute évidence à préserver le travail abattu par son organisation en vue du repêchage de cet été et se donne du temps pour récupérer ce choix ailleurs d’ici l’an prochain. De même, les Panthers ont eux aussi 15 mois pour préparer leur choix.

    La chose n’est pas sans importance, lorsqu’on prend le temps de regarder combien de matchs ont été disputés par les joueurs de position (exception faite des gardiens de but) en fonction de leur ronde de repêchage.

    Soixante-deux pour cent des joueurs repêchés en 4e ronde entre 2000 (première année du repêchage à 30) et 2005 n’ont tout simplement jamais joué dans la LNH. Après cette ronde, le taux oscille entre 70 et 75 pour cent jusqu’en 7e ronde (les rondes 8 à 10 n’existent plus). Bref, à l’échelle de la ligue, qu’un choix soit de 5e, 6e ou 7e ronde ne semble pas affecter grandement sa valeur qui, si elle est relativement minime, n’en demeure pas moins bien réelle. Avec, grosso modo, 30 pour cent de chances de repêcher un joueur qui deviendra, ne serait-ce que pour l’équivalent d’une saison, un joueur de la LNH, on peut comprendre les clubs de chercher à bien préparer ces coups de dés.

    De l’utilité de Mike Weaver

    Parce que les Panthers sont désormais loin d’une place en séries et qu’ils n’ont pas intérêt à cumuler inutilement des salaires significatifs, Mike Weaver, à 35 ans et en dernière année de contrat, ne cadre plus vraiment dans leurs plans. Cadre-t-il dans ceux du Canadien?

    La défensive du CH a connu de nombreux chambardements au cours de la saison. Douglas Murray, signé pour sa robustesse et sa contribution sur les désavantages numériques et Alexei Emelin n’ont pas commencé la saison avec le club. L’absence de ces deux défenseurs aux rôles défensifs bien affirmés par l’organisation a fait en début de saison de la place à la recrue Mark Tinordi sur la 3e paire et donné à Raphaël Diaz le rôle de 4e défenseur du club. Lorsqu’ils reviennent, on verra Diaz, Tinordi et même Francis Bouillon perdre graduellement de l’importance.

    Reste qu’en délaissant Diaz au profit de Murray, Emelin et une rotation Bouillon/Tinordi/Beaulieu, on a effectivement créé un trou dans la défensive du Canadien. Le tableau des parts de mises en jeu en zone offensive et celui des minutes « dures » jouées par les différents défenseurs sur quatre tranches de 16 matchs le montrent bien :



    En gros, avec Diaz, les quatre premiers défenseurs du CH prennent charge (au cours des deux premières tranches) des minutes difficiles et des mises en jeu en zone défensive. On voit, lorsque Murray et Emelin apparaissent, qu’on tente d’envoyer Emelin comme quatrième défenseur et Murray comme défenseur de minutes « molles » mais aussi avec une bonne ration de mises en zone défensive. Puis, Murray glisse vers les mises en jeu en zone offensive.

    Au temps de possession, les choses ne tiennent pas vraiment et on voit les choses s’aggraver de séquence en séquence, jusqu’à la dernière tranche de 16 matchs, ou le top-4 semble redresser un peu la tête. Les vétérans Murray et Bouillon semblent incapables de tenir leur bout malgré les tâches relativement aisées qu’on leur confie, alors que Tinordi et Beaulieu, tour à tour en audition, mettent à profit ces minutes « molles » que leur confie l’équipe pour l’aider à asseoir un avantage territorial certain. C’est ce qu’on demande à des joueurs dans ces situations (et on voit bien que Murray, dans les tâches qu’on lui confie à forces égales, ne fournit tout simplement pas, malgré l’aide des recrues).

    Quatrième défenseur le plus utilisé des Panthers, Mike Weaver a principalement joué avec Dmitry Kulikov :

    Premier élément de ce joueur donc : il a été rompu au rôle de mentor. Qu’en a-t-il été du contexte dans lequel on lui a demandé d’exercer ce mentorat? Toujours en tranches de 16 matchs, on constate que Weaver a joué sur le deuxième duo de défenseurs des Panthers, ayant une charge de travail largement inférieure à celle du premier duo. En effet, les Panthers donnent en début de saison énormément de responsabilités à Campbell et Gilbert, pour ensuite les alléger et en donner de plus en plus à Kulikov et Weaver. Notons aussi que les deux tableaux suivants nous confirment un passage (constaté dans le tableau précédent), au cours de la deuxième tranche de 16 matchs, où Weaver voit ses responsabilités diminuer et son rôle devenir moins défensif.



    Lorsqu’on regarde les résultats au temps de possession, on constate que Weaver, plus utilisé avec Campbell en début de saison sur le premier duo, en a arraché. Mais il a été étincelant sur un troisième duo et très bon sur le deuxième duo en deuxième moitié de saison.

    Le jeune Kulikov y est certainement pour quelque chose, entendons-nous. Mais si le Canadien souhaite donner à Weaver le rôle de mentor d’un jeune défenseur prometteur, les résultats pourraient être fort intéressants. En fait, les résultats affichés par Weaver laissent entendre qu’il a, en Floride, contribué à l’effort collectif dans un rôle plus prééminent, offrant aux éléments plus faibles une protection contre les meilleurs adversaires. Si on ajoute à ce bilan que Weaver permet à titre de droitier de cesser de faire jouer une verte recrue (Tinordi ou Beaulieu) à une position qui n’est pas la sienne (défenseur droitier), l’acquisition de Bergevin semble à première vue fort prometteuse pour le Canadien.

    Olivier Bouchard est journaliste indépendant. Il s'intéresse particulièrement au journalisme de données, notamment à son application au domaine du hockey. Vous pouvez le lire sur son blogue En attendant les Nordiques et il publie quotidiennement des observations sur le hockey et les statistiques sur Twitter. Pour mieux comprendre les statistiques avancées, cliquez ici.

     

    La LNH sur Facebook