Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette : Du Prof Caron à Doug Armstrong, les Blues tentent une première conquête de la Coupe

lundi 2014-03-03 / 16:20 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Du Prof Caron à Doug Armstrong, les Blues tentent une première conquête de la Coupe
Touchette : Du Prof Caron à Doug Armstrong, les Blues tentent une première conquête de la Coupe

Quand je pense aux Blues de St. Louis, je pense à Red Berenson, qui, par un soir de novembre en 1968, a secoué le monde du hockey en marquant six buts, oui six buts, contre les Flyers de Philadelphie, à feu Ronald Caron, dit le prof, qui avait le don de bâcler des transactions spectaculaires, à Al MacInnis, l'homme au tir-canon, mais aussi à une pléiade de vedettes telles Bernie Federko, Brian Sutter, Wayne Gretzky, qui est passé à St. Louis tel un coup de vent, Brett Hull, Chris Pronger et combien d'autres, qui n'ont jamais mené l'équipe à une conquête de la Coupe Stanley.

Les choses pourraient changer. Et rapidement.

Les Blues formaient déjà une solide équipe, il y a quelques jours. Ils sont encore meilleurs, parole de scout, depuis qu'ils ont acquis le gardien de but Ryan Miller.

Le directeur général des Blues, Doug Armstrong, a envoyé une onde de choc à travers le circuit l'autre jour lorsqu'il a obtenu Miller et le vétéran Steve Ott des Sabres de Buffalo moyennant notamment Jaroslav Halak. Un échange digne du Prof Caron !

De l'avis de plusieurs, les Blues sont désormais de sérieux, pardon de très sérieux aspirants à la Coupe Stanley.

Difficile de les contredire. Miller est un gardien capable de faire la différence dans les séries d'après-saison.

L'une des meilleures défenses de la ligue

En Miller, Armstrong a peut-être acquis la pièce manquante, lui qui, l'an passé, a obtenu deux défenseurs de haut niveau en Jay Bouwmeester et Jordan Leopold.

Miller est non seulement considéré comme un gardien élite, mais il est maintenant appuyé par l'une des deux ou trois meilleures défenses de la ligue.

Avec les Sabres, cette année, il recevait en moyenne 35 lancers par match comparativement à 26 pour Halak avec les Blues. C'est tout dire.

« J'ai passé 12 saisons à Buffalo et j'y ai vécu de très beaux moments, a confié Miller, Mais j'ai maintenant le sentiment de repartir en neuf avec une équipe, qui a de grandes attentes. Je désire apprivoiser mon nouvel environnement le plus vite possible de manière à offrir des performances de haut niveau. »

Avec l'entrée en scène de Miller, les partisans des Blues, plus que jamais, ont le droit de rêver même si les Blackhawks de Chicago, jusqu'à preuve du contraire, demeurent l'équipe numéro du circuit.

La contribution du Prof

Cela dit, ils reviennent de loin, les Blues. Peu s'en souviennent, mais ils ont déjà été en sérieuses difficultés au point de songer à lever l'ancre et de déménager à Saskatoon.

Entre 1983 et 1995, le Prof Caron, qu'on a bien connu à Montréal, avait hérité du lourd mandat de relancer la concession. Un homme d'action, colérique à ses heures et souvent plus drôle que bien des humoristes, il a multiplié les coups d'éclat malgré un budget combien serré.

Il a obtenu, souvenez-vous, des joueurs comme Adam Oates, Hull, MacInnis et Doug Gilmour, entre autres. Des joueurs acquis bien souvent contre des coupons rabais ou presque et qui ont donné un nouvel élan à une concession moribonde.

En 1986, les Blues, sortis par les Flames de Calgary en finale de conférence, sont mêmes venus à une victoire près d'atteindre la finale de la Coupe Stanley.

En d'autres mots, le Prof, qui est décédé il y a deux ans, a rempli son mandat avec haute distinction. Il a ranimé les Blues.

Le mandat d'Armstrong est bien différent. Il consiste à mener les Blues à la première conquête Coupe Stanley de leur histoire.

Mais n'eût été des tours de passe-passe du Prof, Armstrong, fort probablement, tenterait de remplir sa mission dans une autre ville que St. Louis.

Jagr de retour ?

Je m'en voudrais de conclure cette chronique sans souligner l'exploit de Jaromir Jagr, qui, face aux Islanders de New York, samedi dernier, est devenu le septième joueur de l'histoire à atteindre le cap des 700 buts. Impressionnant, en effet.

À 42 ans, le joueur des Devils du New Jersey continue de performer à un niveau étonnant.

À un journaliste, qui lui a demandé s'il visait maintenant le plateau des 800 buts, l'ancienne vedette des Penguins de Pittsburgh, tout en forçant un sourire, a répliqué: « Il faudrait que je joue encore pendant deux ans … »

Est-ce que Jagr pourrait jouer jusqu'à l'âge de 44, 45 ans ?

Un petit conseil: ne pariez pas contre lui.

 

La LNH sur Facebook