Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Doug Armstrong a payé un prix élevé pour Miller et Ott

    Par Louie Korac - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Doug Armstrong a payé un prix élevé pour Miller et Ott
    Le directeur général des Blues de St.Louis Doug Armstrong avait le sentiment que l’occasion était là pour améliorer son équipe, surtout devant le filet.

    ST. LOUIS - Le directeur général des Blues de St.Louis Doug Armstrong avait le sentiment que l’occasion était là pour améliorer son équipe, surtout devant le filet.

    C’était un prix élevé à payer mais ça valait le coût pour Armstrong et les Blues, qui ont effectué un échange important avec les Sabres de Bufffalo vendredi en obtenant le gardien Ryan Miller et le robuste attaquant Steve Ott. En retour, les Sabres ont fait l’acquisition du gardien Jaroslav Halak, de l’attaquant Chris Stewart ainsi que d’un joueur prometteur, William Carrier, un choix de première ronde au repêchage de 2015 et un choix conditionnel de troisième ronde en 2016 qui pourrait devenir un choix de première ronde en 2014.

    « Nous regardons pour améliorer notre équipe de toutes les façons possibles », a révélé Armstrong lors d’un appel-conférence avant le match des Blues contre les Ducks d’Anaheim, vendredi soir. « On avait l’occasion d’obtenir la ténacité et la détermination de Steve Ott et Ryan Miller est un nom qui parle de lui-même.

    « Nous pensons seulement que ça nous donne une meilleure chance d’avoir du succès cette année et ça nous permet aussi de garder nos meilleurs atouts. Quelques joueurs qui sont déjà sous contrat avec nous ont été mentionnés lors des discussions mais on ne voulait pas s’en départir. Nous voulions garder des gars tels Jake Allen, Dmitrij Jaskin et peut-être ou deux autres joueurs. Quand il est apparu qu’on était capable de les garder, il semblait pour nous que cet échange faisait du sens. »

    Parmi les atouts mentionnés par les équipes dont Armstrong a fait référence se retrouvent les choix de premières rondes en 2010 Jaden Schwartz et Vladimir Tarasenko parce que « bien honnêtement, a indiqué Armstrong, personne n’a demandé de les obtenir parce qu’ils connaissaient la réponse. Nous n’étions pas pour échanger un de nos jeunes joueurs comme Tarasenko ou Schwartz. »

    Miller, qui a représenté les États-Unis pour la deuxième fois en prenant part aux Jeux olympiques de Sotchi, s’amène aux Blues avec une fiche de 15-22-3, une moyenne de buts alloués de 2,72 et un taux d’efficacité de ,923. Il quitte Buffalo après plus de 10 saisons. Son nom avait été associé aux Blues depuis que le directeur général des Sabres Tim Murray avait déclaré publiquement que Miller serait probablement échangé avant la date limite des échanges dans la LNH.

    Halak, qui avait été acquis en 2010 du Canadien de Montréal en retour de Lars Eller et Ian Schultz, écoule la dernière année d’un contrat de quatre ans évalué à 15 millions $ et il affiche un dossier de 24-9-4 avec une moyenne de buts alloués de 2,23 et un taux d’efficacité de ,917 cette saison. Il n’aura donc pas l’occasion de protéger le filet des Blues lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Halak s’était blessé en 2012 lors du deuxième match des quarts de finale de l’Association de l’Ouest contre les Sharks de San Jose et il a été blessé pendant la majeure partie de la dernière saison.

    « C’était plus ce que nous avons vu de Miller par le passé que ce que nous n’avons pas vu ici à St. Louis, a expliqué Armstrong. Je regarde notre équipe et je vois ce que Jaro a accompli pendant son séjour ici. Je pense qu’il quitte en tant que meneur de la concession pour les jeux blancs (20), il a remporté le trophée Jennings (en 2011-12), et nous étions troisièmes dans la Ligue pour les buts accordés.

    « Ce n’était pas un poste préoccupant où on voulait s’améliorer à l’exception d’un joueur. Je pense que les statistiques de Miller en carrière et sa saison cette année m’ont donné à penser que ce serait seulement une augmentation de cinq à six pour cent, mais c’est une augmentation et je crois qu’on s’améliore en faisant de petites améliorations. Nous croyons que ça fait une meilleure équipe. Si ce n’était pas Ryan Miller, j’étais très satisfait du duo de gardiens que nous avions en vue des séries éliminatoires. »

    Les discussions entre Armstrong et Murray se sont intensifiées quand les Jeux olympiques ont pris fin.

    « Il y a eu des discussions à différents moments et pas seulement en ce qui concerne ces joueurs mais aussi en ce qui concerne des échanges en général, a noté Armstrong. Plusieurs choses ont été discutées avant les Jeux olympiques… Tim a fait du bon travail pour indiquer la direction qu’il voulait prendre. Quand il m’a appelé et que nous avons discuté des possibilités, ça n’a pas été long parce qu’il avait fait ses devoirs et qu’on avait fait les nôtres. Tout s’est déroulé très rapidement après les Jeux olympiques. »

    Miller deviendra aussi un joueur autonome sans restriction à la fin de la saison. Son contrat est assorti d’une clause de non-échange et il compte pour 6,25 millions $ sur la masse salariale. Des prolongations de contrat avec Miller ou Ott, qui sera aussi un joueur autonome sans restriction, n’ont pas été discutées.

    « C’est une chose dont nous parlerons certainement au moment approprié, mais nous croyons vraiment que Jake Allen est le gardien d’avenir des Blues, a affirmé Armstrong. Nous pensons qu’il a fait tout ce qu’il peut faire. Quand on regarde ses statistiques dans la Ligue américaine, elles sont les meilleures. Si nous pouvons parler de prolongations à Ryan et Steve à un moment donné, nous le ferons. Mais cet échange a été conclu pour maintenant. Nous penserons à l’avenir après la saison. »

    Les Blues ont été éliminés par les Kings de Los Angeles en séries éliminatoires de la Coupe Stanley lors des deux dernières saisons, et le gardien Jonathan Quick, qui a été le coéquipier de Miller avec l’équipe américaine à Sotchi, a été le grand responsable de l’élimination des Blues.

    « Nous avons affronté le meilleur gardien lors des deux dernières années en Quick, a dit Armstrong. Je l’ai encore vu lors des Jeux olympiques avec l’équipe des États-Unis. Je pense qu’il a été formidable lors du match contre le Canada. C’est un joueur d’élite, mais nous devons essayer de surmonter ça et franchement, nous avons besoin d’essayer de dépasser la compétition pour avoir raison de lui. Je pense seulement que ça nous donne une meilleure chance d’avoir plus de succès dans les séries éliminatoires. C’est pourquoi nous avons effectué cet échange. »

    Ott a réussi neuf buts et 20 points en 59 matchs avec les Sabres cette saison et pour l’essentiel, il remplacera Stewart, qui a réussi 15 buts et 26 points en 58 matchs.

    « Je pense que Steve procure de la polyvalence à Ken (Hitchcock), a estimé Armstrong. Il peut évoluer au centre, il peut jouer à l’aile gauche, c’est un joueur qui était utilisé pendant plus de 19 minutes à Buffalo. Je ne pense pas qu’il obtiendra autant de temps de glace avec notre formation présentement parce que nous avons de la profondeur, mais c’est un batailleur. C’est un joueur qui va bien en séries éliminatoires dans le sens où son style de jeu se transpose très facilement en séries éliminatoires. Il se retrouvera certainement dans notre groupe de neuf. »

    La date limite des échanges dans la LNH a été fixée cette année au 5 mars, 15 h, heure de l’Est, mais les Blues ne devraient pas faire autre chose à moins qu’une occasion formidable s’offre à eux.

    « Il ne faut jamais dire jamais, mais j’aime notre groupe, a dit Armstrong. Nous avons fait des acquisitions pendant l’été et l’automne en ajoutant Brenden Morrow et Carlo Colaiacovo à notre groupe. Ça nous donne la profondeur nécessaire dont nous avons besoin. Nous avons deux joueurs évoluant dans la Ligue américaine qui ont bien fait avec nous l’an passé contre L.A. (Chris) Porter et (Adam) Cracknell. Nous avons huit défenseurs et de la profondeur ainsi que Jake Allen comme troisième gardien. Je ne pense pas qu’on a besoin d’ajouter de la profondeur à notre groupe pour le moment. »

    « Y aura-t-il d’autres joueurs échangés dans la formation ? Je ne vois personne. Je ne discute pas présentement, mais on ne peut jamais dire jamais. Je pourrais recevoir un appel d’un des 29 autres directeurs généraux et il pourrait avoir une idée à laquelle je n’avais pas pensé. »

     

    La LNH sur Facebook