Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

La Classique héritage évoque plusieurs souvenirs chez Chris Higgins des Canucks

mercredi 2014-02-26 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


La Classique héritage évoque plusieurs souvenirs chez Chris Higgins des Canucks
La Classique héritage évoque plusieurs souvenirs chez Higgins des Canucks

VANCOUVERChris Higgins n’a pas seulement grandi en patinant sur les étangs gelés de la côte nord de Long Island, dans l’État de New York.

Il y a survécu.

Higgins et ses coéquipiers des Canucks de Vancouver se rappelaient leurs souvenirs d’enfance à l’approche de la Classique héritage Tim Hortons 2014 de la LNH de dimanche quand un événement a refait surface. Bien que Higgins en rie maintenant quand il raconte cette histoire, sa chute dans un trou dans la glace à l’âge de huit ans n’avait rien de drôle à l’époque. Higgins l’a compris lorsqu’il a vu le regard de son père, Robert Higgins, un pompier de New York qui en avait vu d’autres.

« Il criait : “Je ne peux pas aller te chercher, tu vas devoir t’en sortir toi-même.” C’est difficile à entendre pour un enfant de huit ans, a raconté Higgins. Je suis tombé sur une section fragile de la glace et j’ai commencé à glisser vers la partie découverte de l’étang. Je me suis ensuite enfoncé dans l’eau. J’en avais par-dessus la tête.

« Quand je me suis relevé pour essayer de sortir, la glace se brisait davantage. Plus elle se brisait, plus j’avais peur et mon père ne pouvait pas s’approcher parce que la glace aurait assurément cédé sous son poids. J’ai fini par réussir à revenir sur la glace et j’ai agrippé son bâton. Il m’a tiré hors de l’étang. Ma mère est sortie tout affolée de la maison en courant. »

Higgins recommence à rire en mentionnant qu’il n’était pas réellement en danger parce qu’il savait nager. Il a toutefois ajouté que « ça avait été la première fois où il n’était pas certain de s’en sortir. »

La recherche de glace pour patiner a fait partie de l’enfance de Higgins à Smithtown, une banlieue de New York sur Long Island.

« Quand j’étais petit, mon père cherchait toujours des étangs autour de la maison. Il en avait noté cinq ou six qui gelaient en premier, s’est remémoré Higgins. Les plus petits gelaient en premier et ensuite, les plus grands où on pouvait jouer avec les autres enfants du quartier. Celui-là était petit. Il faisait probablement un peu trop chaud, mais dès qu’il y avait de la glace, on allait patiner. »

Et Higgins a failli le payer cher, mais cela n’a pas refroidi son amour du hockey extérieur.

Il se souvient d’avoir joué des parties à l’école secondaire contre deux équipes du Connecticut qui avaient des patinoires partiellement recouvertes. Il est aussi allé patiner quelques fois avec sa famille sur les patinoires extérieures de Central Park et du Rockefeller Center, mais ce n’était pas ses endroits préférés.

« C’était notre dernier recours, a ajouté Higgins. Avec mon père et mon frère, on voulait apporter nos bâtons et des rondelles, alors on n’y allait pas très souvent. »

Il ne faut donc pas s’étonner d’apprendre que Higgins est très heureux d’avoir enfin la chance de disputer un match extérieur dans la LNH. Il a suivi de près la Série des stades Coors Light 2014 de la LNH, particulièrement les deux rencontres disputées par son ancienne équipe, les Rangers de New York, au Yankee Stadium en janvier. En tant que partisan des Yankees, Higgins a demandé à ses amis de lui envoyer des photos des deux parties.

« Ils ont eu froid, mais ils se sont bien amusés, a-t-il déclaré. Ça avait l’air génial. »

Ce n’est peut-être pas le Yankee Stadium, mais Higgins est tout aussi heureux de traverser la rue pour aller jouer au BC Place, en face du Rogers Arena, en fin de semaine. Il espère que le toit sera ouvert pour le match de dimanche contre les Sénateurs d’Ottawa.

Le New-Yorkais d’origine a profité de la pause des Jeux de Sotchi pour aller se reposer et se faire bronzer dans les Caraïbes, mais les chutes de neige qui ont touché Vancouver cette semaine ne l’ont pas du tout dérangé. Il a hâte de patiner dehors au grand air frais de l’hiver.

« Je n’ai jamais joué de match extérieur dans la LNH, alors j’ai très hâte, a-t-il révélé. Toutes les équipes canadiennes devraient pouvoir le faire et je suis content d’être à Vancouver pour en profiter. Je n’ai jamais joué devant plus de 21 000 spectateurs, alors tout le monde a hâte de jouer devant plus de 55 000 personnes. »

Les parents de Higgins feront même le déplacement de New York pour assister à cette rencontre, mais cette fois-ci, son père n’aura pas à s’inquiéter de l’état de la glace.

« Je ne devrais pas tomber dans un trou ici, non? », a demandé Higgins.

 

La LNH sur Facebook