Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    La défensive et la possession de rondelle ont mené le Canada vers l’or

    dimanche 2014-02-23 / 15:15 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    La défensive et la possession de rondelle ont mené le Canada vers l’or
    Le Canada a entamé les Jeux olympiques de Sotchi 2014 avec comme plan d’employer une défensive solide afin de donner le ton à l’attaque, et il y est arrivé en demeurant invaincu et en remportant la médaille d’or.

    SOTCHI – Sidney Crosby a déjà joué au sein de ce qui a possiblement été la plus grande équipe déléguée par le Canada à un tournoi international de hockey, soit l'équipe qui a représenté le Canada au Championnat mondial junior 2005, une équipe remplie de futures étoiles de la LNH, et cette formation a écrasé tout le monde sur son chemin en route vers la médaille d'or.

    Crosby était accompagné de cinq de ses coéquipiers de l'équipe de 2005 aux Jeux olympiques de 2014 à Sotchi, et il pense que l'équipe qui a remporté l'or pour le Canada dimanche était possiblement encore meilleure.

    « En ce qui concerne la défensive, nous n'avons pas accordé beaucoup de buts, en particulier au cours des trois derniers matchs ici, a déclaré Crosby. Le match face à Lettonie, je ne sais pas si beaucoup de gens nous ont donné le crédit pour avoir contenu cette équipe à environ 15 tirs (en réalité, 16). Nos défenseurs ont tellement bien joué, notre gardien était si solide, nos attaquants... Nous avons joué en zone offensive et nous avons tellement bien fait quand venait le temps de dégager notre territoire.

    « Oui, je pense que défensivement parlant, nous avons été dominants tout au long du parcours. »

    Le Canada a alloué trois buts sur 129 lancers en six matchs olympiques, un pourcentage d’arrêts (d’équipe) de 0,977, n’allouant aucun but lors des 164:19 dernières minutes de jeu.

    C’était une défensive Picasso.

    Carey Price a été désigné comme étant le meilleur gardien du tournoi par la direction de la Fédération internationale de hockey sur glace, mais il ne croit pas qu’il méritait particulièrement cet honneur.

    « Je pense que l’honneur revient à cette équipe en face de moi, a dit Price. C’était un véritable plaisir de jouer derrière ce groupe de défenseurs. Nous n'avons pratiquement rien donné durant tout le tournoi et ils ont vraiment rendu mon travail beaucoup plus facile. »

    Price faisait aussi partie d’une autre équipe canadienne junior qui a également connu un parcours sans failles, faisant chemin vers l'or tout comme le Canada l'a fait à Sotchi, et il n'a pas hésité lorsqu'on lui a demandé si cette équipe était plus dominante que celle du Championnat du monde de hockey junior 2007.

    « Je crois que oui, a mentionné Price. Dans tous les aspects du jeu, je pense que nous avons fait les choses comme nous le voulions. »

    Le Canada a toujours constitué une machine offensive sur la scène internationale, empilant les grandes récoltes de buts contre certains des pays les plus faibles. Mais ce n'était pas le cas ici, alors que le Canada a marqué 17 buts, soit un peu moins de trois par match.

    Pourtant, le Canada a dirigé 224 tirs, 65 de plus que toute autre équipe, et cela a fait en sorte que la rondelle est restée loin de son filet et plus près de celui de l’adversaire.

    C'était une défensive orchestrée par une attaque soutenue et par la possession de rondelle, et ç’a fonctionné à la perfection.

    « Ils avaient un bon plan de match contre nous et ils l’ont suivi, a déclaré le défenseur de la Suède Erik Karlsson. Nous ne pouvions pas vraiment briser un mur de briques. C'était comme si nous n'avions pas vraiment passé de temps dans leur zone et que nous n’avions pas généré d’attaque. Nous avons juste eu quelques opportunités qui n’étaient pas vraiment dangereuses. Ils n’avaient pas de difficulté à bloquer le jeu et il était un peu trop facile pour eux de récupérer les rondelles. »

    Crosby et Price n'ont pas l'expérience de vie nécessaire pour pouvoir juger de la qualité de cette équipe canadienne par rapport à toutes les autres qui l’ont précédée, mais le directeur général Steve Yzerman possède cette expérience.

    Yzerman a déclaré mardi qu'il n'avait pas beaucoup de souvenirs de la Série du siècle de 1972 contre l'URSS, lui qui avait sept ans à l'époque, mais qu’il se souvenait de chaque tournoi depuis. Il faisait partie de quatre de ces équipes canadiennes: celle pour la Coupe Canada 1984, la Coupe du Monde de 1996, les Jeux olympiques de Nagano en 1998 et de Salt Lake City en 2002, celle qui avait gagné l'or pour mettre fin à une sécheresse de médaille d'or olympique qui perdurait depuis 50 ans pour le Canada.

    Alors, quand Yzerman est questionné à savoir s’il s’agit de la meilleure équipe défensive de l’histoire du Canada, son opinion a du poids.

    « Je pense que oui, a-t-il dit. Le personnel d'entraîneurs a fait du bon travail. Nous ne nous sommes pas contentés de jouer en défensive, nous étions assis dans un cocon. Une partie de notre défensive consistait à démontrer de l’agressivité en échec avant et de mettre de la pression, de fermer les options de l’adversaire, de ne pas laisser l’autre équipe prendre la ligne rouge ou notre ligne bleue.

    « Donc oui, je pense que pour ma part, c'est la plus impressionnante démonstration de hockey défensif. »

     

    La LNH sur Facebook