Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Les États-Unis forcés de faire face à des questions après leur défaite contre la Finlande

    samedi 2014-02-22 / 16:39 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Shawn Roarke - Directeur de rédaction senior à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Les États-Unis forcés de faire face à des questions après leur défaite contre la Finlande
    L’équipe américaine était amèrement déçue par sa performance contre la Finlande. Une des formations favorites pour gagner l’or après la ronde préliminaire, les États-Unis doivent maintenant répondre à plusieurs questions après s’être inclinés face à la Finlande dans le match pour la médaille de bronze.

    SOTCHI – Il y a à peine un jour, les États-Unis figuraient au sommet de la montagne du hockey olympique. Vingt-deux heures et deux défaites amères plus tard, il ne reste plus aux Américains que des cicatrices psychiques visibles et aucune médaille.

    Une convaincante victoire de 5-0 de la Finlande samedi après-midi au Palais de glace Bolchoï a permis aux Finlandais de remporter la médaille de bronze, un quatrième podium pour le pays au cours des cinq derniers tournois olympiques.

    Les Américains ont terminé au quatrième rang, mais ce n’était pas un accomplissement perçu comme une fierté par une équipe américaine qui voulait faire mieux que sa médaille d’argent gagnée à Vancouver il y a quatre ans.

    « Avant la ronde finale, je trouvais qu’on jouait très bien », a mentionné l’attaquant américain Zach Parisé, qui est aussi le capitaine de l’équipe. « Je suis un peu embarrassé par notre position en ce moment. »

    Et la position des Américains samedi soir était presque inimaginable compte tenu de la façon dont ils ont joué vendredi contre le Canada dans l’autre demi-finale du tournoi de hockey masculin des Jeux olympiques de Sotchi 2014. Ils ont sauté sur la glace comme les favoris, déployant une attaque qui en a fait voir de toutes les couleurs à ses adversaires, avec une moyenne de près de cinq buts marqués par match au cours d’un tournoi où les buts se sont fait rares.

    Ils ont quitté la même patinoire deux heures et demie perdant 1-0. Leur objectif d’aller chercher l’or était anéanti. Leur rêve d’obtenir leur vengeance sur les Canadiens, l’équipe qui les avait battus pour la médaille d’or à Vancouver à la suite d’un but en prolongation, était fichu. Les Américains étaient insatisfaits et frustrés.

    Ils ont mis tous leurs efforts pour vaincre le Canada. Ils n’avaient plus de réserves quand cela ne s’est pas produit.

    « Je pense qu’après quatre matchs dans ce tournoi, notre équipe avait vraiment bien joué, elle avait enregistré de bonnes victoires », a indiqué l’entraîneur des États-Unis, Dan Bylsma. « Je pense qu’on a laissé beaucoup de choses sur la table lors du cinquième match, c’était très demandant émotionnellement. On n’a pas réussi à retrouver le [niveau] de ce match. »

    En fait, les Américains étaient dans le match de samedi pendant la première période. Mais un horrible début de deuxième a sonné le relâchement des États-Unis.

    Teemu Selanne a touché la cible à 1:27 du deuxième tiers, transformant un revirement de l’attaquant américain Dustin Brown en changement de côté du momentum. Jussi Jokinen a ensuite marqué après la mise en jeu suivante sur un jeu où pratiquement chaque Américain sur la glace a commis une erreur. L’équipe s’est trop compromise en zone défensive et le gardien, Jonathan Quick, s’est fait prendre loin de son filet.

    Brown a été cloué au banc à la suite de cette séquence. Il n’a pas du tout refoulé la glace en deuxième période et joué 77 secondes en troisième.

    Face à la Finlande, les Américains avaient l’air d’un favori chez les poids lourds qui se serait fait prendre part un coup de poing incisif d’un adversaire qui n’était pas supposé être dans la même catégorie. Déstabilisé et un peu abasourdi, les Américains n’ont jamais réussi à retrouver leur rythme.

    « Oui, on s’est écroulé », a mentionné le défenseur Ryan Suter, un des adjoints au capitaine. « On a eu une excellente première période, on était partout sur la patinoire, on a obtenu quelques bonnes chances, mais on n’a pas réussi à déjouer [le gardien] et ç’a fini par nous coûter cher. »

    Même une paire de tirs de pénalité octroyés à Patrick Kane n’a pas pu les sauver.

    Kane, qui n’a marqué aucun but pendant le tournoi, a raté la cible sur sa première tentative au premier vingt, quand le match n’était encore l’affaire de personne. Sa deuxième, moins de cinq minutes après que Jokinen eut donné une avance de deux buts aux Finlandais, était encore plus cruelle. Cette fois, Kane a déjoué le gardien de la Finlande Tuukka Rask, mais son tir des poignets a frappé le poteau de plein fouet.

    Après la deuxième chance ratée, les Américains ont joué désespérément, mais pas intelligemment, pour tenter de créer l’égalité. Au lieu de cela, ils ont écopé de deux pénalités et ont pris des risques qui ont menés à des contre-attaques incisives des Finlandais.

    Le déficit s’est accentué et la frustration aussi alors que les secondes s’écoulaient.

    « Je dois dire, je pense que les États-Unis a peut-être la meilleure équipe de ce tournoi », a déclaré l’entraîneur finlandais Erkka Westerlund alors que son opposant, Bylsma, était questionné sur ce qui s’était passé avec son équipe. « Ils jouent bien ensemble. Ce n’était pas un match facile. On avait le momentum, mais les États-Unis en tant qu’équipe étaient probablement la meilleure du tournoi. »

    Les beaux mots de l’entraîneur de la Finlande n’ont pas pansé les plaies des Américains. Au lieu de cela, ils les ont ouvertes encore plus grandes, remémorant aux Américains à quel point ce tournoi était prometteur il y a 24 heures, rappelant la notion que cette équipe était capable de remporter l’or.

    « C’est comme si on avait joué tout ce tournoi pour rien, a déclaré l’attaquant américain Blake Wheeler. Tu gagnes en quarts de finale et tu deviens excité parce que tu sais que tu vas jouer pour une médaille et tu reviens les mains vides. Il n’y a pas grand-chose à dire, c’est juste décevant. Une médaille est une médaille et ça va rester avec toi pour toujours. On n’a pas été en mesure d’aller en chercher une et c’est ce qu’il y a de plus frustrant. »

    C’est également ce dont tous et chacun des joueurs américains vont se rappeler, alors qu’ils attendront leur retour en Amérique du Nord pour poursuivre la saison avec leurs équipes de la LNH.

    « C’est une opportunité perdue, bien honnêtement, a dit Brown. Ce n’est pas à tous les jours que tu obtiens une chance de prendre part aux Jeux olympiques. Ce n’est pas comme ça qu’on voulait que ça se passe. »

     

    La LNH sur Facebook