Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Saku Koivu se repose pendant que la Finlande se prépare à la demi-finale des Jeux

    jeudi 2014-02-20 / 19:26 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Curtis Zupke - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Saku Koivu se repose pendant que la Finlande se prépare à la demi-finale des Jeux
    Saku Koivu se repose pendant que la Finlande se prépare à la demi-finale des Jeux

    ANAHEIM - Saku Koivu ne réglera pas son réveille-matin pour le match de demi-finale entre la Finlande et la Suède aux Jeux olympiques de Sotchi. Le match sera présenté vendredi à 4 h du matin, heure du Pacifique, quand Koivu sera sous les couvertures dans son lit à son domicile d’Orange County.

    « Je vais probablement l’enregistrer, a dit Koivu. Je ne me lèverai pas à 4 h du matin, mais peut-être un peu plus tard. »

    Koivu esquisse un léger sourire qui montre qu’il n’a pas un attachement qui le tient en haleine pour son pays natal mais il demeure très fier de ses compatriotes. À 39 ans, Koivu a choisi de ne pas prendre part à ses cinquièmes Jeux olympiques, une décision, a-t-il indiqué, parmi les plus difficiles de sa carrière. Il a été le capitaine de l’équipe nationale lors de chaque tournoi international auquel il a pris part depuis 1994 mais il avait le sentiment d’avoir besoin d’un moment de répit pour se préparer au reste de la saison de la LNH avec les Ducks d’Anaheim.

    Koivu n’a regardé qu’un seul match de la Finlande - la victoire de 3-1 contre la Russie qui lui a permis de poursuivre sa course inattendue dans un tournoi où le Canada, la Russie, les États-Unis et la Suède sont les favoris.

    « Quand on regarde les matchs, la Lettonie contre le Canada par exemple, on voit que les équipes préconisent du jeu défensif très serré, a noté Koivu. Cela a toujours été la force de notre pays. Nous avons toujours eu assez d’occasions de marquer pour réussir quelques buts et s’en remettre en quelque sorte à notre gardien et à l’aspect défensif du jeu. C’est ce qui fait notre force. Nous avons réussi deux buts tôt dans le match et ensuite, j’ai eu le sentiment que nous avons bien joué défensivement. C’est une autre chance pour nous et c’est formidable pour le hockey finlandais. Quand on peut l’emporter contre une équipe comme la Russie, c’est évidemment une grande réalisation. »

    La Finlande poursuit sa course sans quatre joueurs de centre, particulièrement Koivu et son frère, Mikko, qui était incapable de jouer en raison d’une blessure. Les Finlandais ont néanmoins été en mesure d’étouffer l’attaque de la Russie, et ils avaient aussi limité le Canada à deux buts en ronde préliminaire.

    L’entraîneur-chef d’Anaheim Bruce Boudreau n’a rien fait d’autres que de regarder les Jeux olympiques et il n’est pas surpris que la Finlande ait du succès dans des matchs où il y a peu de buts.

    « Le style européen, c’est la défensive, a précisé Boudreau. Les Suédois mettent aussi l’accent sur la défensive. Les seuls qui ne sont pas défensifs, ce sont les Russes. C’est pourquoi on voit de grands attaquants russes, pas de grands défenseurs russes. C’est ce que je dirais. Mais chaque équipe en Europe choisit essentiellement un alignement 1-4, et parce qu’ils sont axés sur le soccer, des matchs de 1-0 et 2-1 sont aussi excitants que le serait un match de 4-3 en Amérique du Nord. »

    Boudreau, qui a des joueurs dans les quatre équipes encore dans la course, a aimé ce qu’il a vu Teemu Selanne, qui en est à ses sixièmes Jeux olympiques. Selanne, 43 ans, qui est devenu le plus âgé à marquer lors des Jeux olympiques, porte le ‘C’ du capitaine qui appartenait à Saku Koivu.

    « La passion est différente quand on représente son pays, surtout quand on sait que c’est probablement la dernière fois, a dit Boudreau en parlant de Selanne. Il arbore le ‘C’ sur son chandail. Il fait tout ce qu’il peut pour propulser son équipe, malgré les blessures et les joueurs qui ne sont pas là. »

    Plusieurs des joueurs de la Finlande ont dit qu’ils étaient ignorés à l’occasion du tournoi, partiellement en raison des blessures, et ils se sont servis du fait qu’ils étaient négligés pour se motiver. Mais Saku Koivu ne pense pas que ce soit si différent comparativement aux tournois olympiques précédents.

    « Nous avons toujours ce rôle, a-t-il expliqué. Quand on regarde la formation complète de chaque pays, je ne pense pas que nous sommes les favoris. Ce fut le cas dans la majorité des tournois. Je sais qu’on peut bien jouer en équipe. Nous n’avons peut-être pas quatre trios ou des joueurs no 1, mais nous avons assez de ces joueurs pour avoir un bon jeu de puissance, pour avoir assez de talent pour marquer des buts. Lors de ces tournois, c’est l’effort d’équipe qui importe. »

    Saku Koivu se retrouvera à encourager une équipe qui jouera contre quelques-uns de ses coéquipiers des Ducks lors du match de la Finlande contre la Suède, et le vestiaire est divisé compte tenu que le défenseur recrue d’Anaheim Hampus Lindholm est un Suédois.

    Lindholm a indiqué qu’il y a une grande rivalité « parce qu’on joue souvent contre la Finlande, de l’équipe nationale des moins de 16 ans à l’équipe nationale. On joue contre eux dans son groupe d’âges depuis longtemps. On connaît les gars. C’est toujours agréable de jouer contre la Finlande.

    « Sur une grande surface, ils ne sont généralement pas la plus grosse équipe. Ils sont petits. Ils sont rapides, et ils travaillent vraiment fort. Je ne suis donc pas surpris qu’ils connaissent autant de succès aux Jeux olympiques. »

    Jusqu’à maintenant, Koivu a résisté à l’idée de s’envoler vers Sotchi pour assister aux matchs de la Finlande. Il a quitté la ville brièvement mais il est surtout demeuré à la maison et il était de retour sur la patinoire quand les Ducks ont repris l’entraînement mercredi.

    « Je pense que ce fut vraiment une bonne pause, a-t-il dit. C’est le cas pour tout le monde. La prochaine semaine sera importante pour avoir plus de conditionnement physique et de patinage. De plus, c’est très bénéfique mentalement. On a hâte de recommencer à jouer, et c’est une bonne chose. »

    Le conditionnement physique pourrait être crucial alors que les Ducks entreprennent le dernier droit en vue des séries éliminatoires. Pour Saku Koivu, ça pourrait signifier plus de repos pendant que ses compatriotes jouent à Sotchi et qu’ils ont une chance de prendre part au match pour la médaille d’or.