Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Touchette: la défaite des Russes contre la Finlande n'est pas une grosse surprise

    mercredi 2014-02-19 / 13:16 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Touchette: la défaite des Russes contre la Finlande n'est pas une grosse surprise
    Touchette: la défaite des Russes contre la Finlande n'est pas une grosse surprise

    Une grosse surprise?

    Pas si sûr que ça. Les Russes n'ont pas gagné l'or depuis les Jeux d'Albertville en 1992, ils ont été franchement décevants à ceux de Vancouver il y a quatre ans, et mercredi, ils ont été sortis du paysage en ronde des quarts de finale. Les pieds devants.

    Ils se sont cognés le nez contre un mur, celui de la Finlande.

    Bref, les Russes continuent de décevoir dans les grands rendez-vous internationaux. Le match de mercredi n'a pas fait exception.

    Vrai que leur gardien Semyon Varlamov a craqué. Il a été faible sur le premier but des Finlandais, ordinaire sur le deuxième et à nouveau ordinaire sur le troisième. Pourquoi les Russes ont-ils choisi de parier sur lui plutôt que sur Sergei Bobrovsky, qui a pris la relève (trop tard...) en deuxième?

    Bonne question. Les entraineurs auront des comptes à rendre.

    N'empêche que les Russes, qui misaient sur quelques-uns des meilleurs attaquants de la planète, ont été limités à un maigre but par une défensive qui est passée maître dans l'art d'éteindre les attaques ennemies, une défense inspirée par un gardien Tuukka Rask, qui marche sur les eaux de Sotchi, rien de moins.

    Parlez-en à l'équipe du Canada, qui a eu besoin d'un but de Drew Doughty en prolongation, dimanche, pour vaincre Rask et compagnie. On a beau dire, mais la Finlande, qui n'a pas la notoriété du Canada ou de la Russie en matière de hockey, représente une formidable machine, une équipe capable de frustrer les meilleures attaques au monde. Ce n'est pas un hasard si la Finlande est le seul pays à avoir grimpé sur le podium trois fois en quatre participations depuis le retour des joueurs de la LNH aux Jeux olympiques.

    Décevant, Ovechkin 

    Dans ce tournoi, l'attaque des Russes n'a certainement pas répondu aux attentes. Et le duo Ovechkin-Malkin n'a rien cassé.

    Un seul trio, celui de l'increvable Pavel Datsyuk, aura donné les résultats espérés.

    Ovechkin le marqueur a fait ses preuves depuis longtemps, mais Ovechkin le leader a encore tout à prouver après ce tournoi. Ovechkin, souvenez-vous, avait baissé les bras aux Jeux de Vancouver. Et, mercredi, il n'a certainement pas pris les choses en mains.

    Quand les choses ne tournent pas rond, Ovechkin est rarement le meilleur joueur de son équipe. Si Ovechkin n'a pas livré la marchandise, Teemu Selanne, lui, a signé une performance digne de sa légende.

    Il a obtenu un but et une passe mercredi. Impressionnant.

    Sans complexe 

    On peut toujours reprocher aux Russes d'avoir mal géré la pression, d'avoir parié sur le mauvais gardien et quoi encore.

    Le fait reste qu'ils ont été sortis par une équipe qui joue sans complexe, une équipe qu'on a souvent tendance à sous-estimer quand vient le temps d'évaluer les forces en présence, surtout qu'elle est privée des frères Koivu, de Valtteri Filppula et d’Aleksander Barkov.

    En attendant, les Russes, proclamés la meilleure équipe au monde par Vladimir Poutine il y a quelques jours, auront besoin d'un certain temps pour digérer l'une des plus amères défaites de leur histoire.

    Une défaite de 50 milliards $.