Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Touchette: Comment relancer Sidney Crosby, le capitaine du Canada?

    lundi 2014-02-17 / 9:22 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Touchette: Comment relancer Sidney Crosby, le capitaine du Canada?
    Touchette: Comment relancer Sidney Crosby, le capitaine du Canada?

    Une équipe possède de bien grandes ressources lorsqu'elle se permet de laisser de côté le titulaire du trophée Norris (P.K. Subban) et le titulaire du Art Ross (Martin St-Louis).

    Si l'on se fie à cette philosophie, c'est sans doute une chance que Carey Price n'ait pas gagné le trophée Vézina, l'an passé.

    Mais soyons sérieux. Le Canada l'a échappé belle, dimanche, contre la Finlande.

    Non pas qu'il ne méritait pas de gagner, mais il a bien failli être victime de la stratégie « rope-a-dope » rendue célèbre par Muhammad Ali face à George Foreman en 1974.

    Je ne sais pas si les Finlandais ont regardé le combat, mais, inspirés par leur gardien Tuukka Rask, ils ont passé la majeure partie du match à se défendre. Et à se défendre. Fort bien, d'ailleurs.

    Mais le géant, contrairement à Foreman, n'a pas cédé à l'épuisement. Il est resté debout et, non sans peine, il a fini par gagner lorsque Drew Doughty a marqué en prolongation quelques instants, faut-il le souligner, après que Price, avec son bloqueur, eut volé un but aux Finlandais.

    Au sein d'une équipe qui regorge d'attaquants talentueux, c'est Doughty, un défenseur, qui mène l'équipe avec quatre buts (!) après trois matchs.

    Qui l'eût cru?

    Discret, Crosby

    Si le match s'est joué en surtemps, c'est d'abord à cause du brio de Rask, qui a repoussé 25 tirs – dont plusieurs dangereux – en temps règlementaire.

    N'eût été de ses prouesses, le Canada aurait facilement pris une avance de 3-0 en première période.

    Cela dit, si les Canadiens ont contrôlé la rondelle, ils n'ont pas généré beaucoup de chances de marquer en deuxième et troisième périodes, du moins pas suffisamment pour une formation aussi bien nantie en attaque.

    Face à la tenace défensive des Finlandais, ils ont rarement trouvé des réponses.

    Mike Babcock devra-t-il à nouveau modifier certains de ses trios? Probablement.

    Sidney Crosby, pour un, a été plutôt discret. Patrice Bergeron, Jamie Benn et lui n'ont pas donné les résultats souhaités. Efficace dans les deux premiers matchs, Benn a offert du jeu timide aux côtés du meilleur joueur de la planète.

    Crosby a été limité à deux mentions d’assistance depuis le début du tournoi. Si le Canada veut quitter Sotchi avec la médaille d'or au cou, il devra trouver une façon de relancer le joueur des Penguins.

    Le trio de Toews

    Le meilleur trio du Canada a été celui de Jonathan Toews, Patrick Marleau et Jeff Carter. J’ai comme l'impression que Toews pourrait jouer avec n'importe qui. Il n'arrête jamais. Un joueur inspirant s'il en est un.

    Les trois joueurs ont trimé avec acharnement. Ils ont appliqué une pression constante sur les joueurs Finlandais en territoire offensif.

    John Tavares en est un autre qui s'impose match après match. Et, bonne nouvelle pour le Canada, le gros Rick Nash, avec la complicité de Tavares, a donné l'impression de sortir de sa coquille. Il s'est vu refuser un but et, à une autre occasion, Rask lui en a volé un.

    Le Canada a donc acquis un laissez-passer direct pour les quarts de finale.

    Ne lui reste plus qu'à redonner des ailes à son capitaine!

     

    La LNH sur Facebook