Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Doughty génère l’attaque nécessaire pour mener le Canada à un gain en prolongation

    dimanche 2014-02-16 / 14:59 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Doughty génère l’attaque nécessaire pour mener le Canada à un gain en prolongation
    Doughty génère l’attaque nécessaire pour mener le Canada à un gain en prolongation

    SOTCHI – L’arme offensive la plus redoutable du Canada a permis à son pays de terminer au premier rang du Groupe B aux Jeux olympiques de Sotchi 2014.

    Et cette arme n’est pas celle que plusieurs attendaient.

    Le défenseur Drew Doughty a inscrit son deuxième but du match et son quatrième du tournoi – un sommet d’équipe – à 2:32 de la prolongation pour mener le Canada vers une victoire de 2-1 contre la Finlande au Palais de glace Bolchoï, dimanche, pour conclure la ronde préliminaire.

    Le Canada a donc jusqu’à maintenant inscrit 11 buts en trois matchs, mais quatre d’entre eux ont été l’oeuvre de Doughty et Jeff Carter en a marqués trois en une période contre l’Autriche. Tous les autres joueurs en ont inscrits quatre au total, et ce manque d’attaque a été d’autant plus évident face à la Finlande.

    Lorsqu’on lui a posé une question somme toute inoffensive à propos de ce qu’il pensait du jeu de son équipe, Babcock a commencé à défendre ses joueurs.

    « À chaque fois que je suis venu en Europe pour diriger une équipe, que ça soit en 1997 aux Championnats du monde junior ou en 2004 aux Championnats du monde senior ou cette fois-ci, personne ne semble satisfait de nous, alors que j’ai trouvé que [les joueurs] se sont battus comme jamais, a dit Babcock. Alors je suis plus satisfait que les gens qui se trouvent à 200 pieds [de la glace].

    « Ce n’est pas évident. Le hockey européen est complètement axé sur la défensive. »

    Doughty, qui évoluait du côté gauche avec Shea Weber pendant la prolongation, a accepté une passe de Carter – son coéquipier chez les Kings de Los Angeles – avant de décocher un tir des poignets qui a déjoué Tuukka Rask pour donner le gain au Canada.

    Avec la victoire en surtemps, les Canadiens terminent au troisième rang du tour préliminaire et obtiennent un laissez-passer pour les quarts de finale de mercredi. Ils affronteront l’équipe gagnante du match de qualification de mardi entre la Suisse et la Lettonie.

    Les Finlandais figurent quant à eux maintenant au quatrième échelon et obtiennent aussi un passe-droit pour les quarts de finale à titre de meilleurs deuxièmes. Ils feront face aux gagnants du duel de qualification Russie-Norvège.

    Rask a rebondi après des débuts olympiques difficiles dans un gain de 8-4 face à l’Autriche, en effectuant 25 arrêts.

    Son opposant canadien Carey Price, qui fait régulièrement face aux Bruins de Boston de Rask avec le Canadien de Montréal, a repoussé 13 rondelles en temps réglementaire et une en prolongation.

    Price a indiqué qu’il avait appris la veille à 21 h 00 qu’il serait le partant, mais qu’il ne voyait pas cette décision comme une garantie qu’il allait être l’homme de confiance de Babcock pour le reste du tournoi.

    « Je ne me concentrais pas sur ça, sur cette mentalité, a mentionné Price. Je ne faisais que me concentrer sur ce que j’ai fait tout au long de la saison et je me suis préparé pour bloquer des rondelles. Ç’a fonctionné ce soir (dimanche). »

    Le Canada compte sur 11 des 15 meilleurs pointeurs de la LNH parmi ses 14 attaquants. Malgré cela, les voisins scandinaves de la Norvège et de la Finlande ont limité les Canadiens à quatre buts en temps réglementaire en deux matchs.

    Le capitaine de la Finlande, Teemu Selanne, a dit que l’objectif de dimanche était de gagner la zone neutre, chose qu’ils ont très bien exécutée.

    « On tentait de les garder à l’extérieur parce que les angles ne sont pas aussi bons que dans la LNH en raison de la largeur de la patinoire, a expliqué Selanne. Je pense que pour la majeure partie de la rencontre, on a fait du bon boulot. »

    La Finlande a amorcé le tournoi très loin d’être en confiance, s’amenant à Sotchi sans Mikko Koivu, son frère Saku Koivu et Valtteri Filppula, en plus d’avoir perdu les services d’Aleksander Barkov une fois à Sotchi.

    Avant un affrontement probable contre les Russes mercredi, les Finlandais avaient besoin d’une performance comme celle-là contre une puissance pour prouver qu’ils avaient une chance de se rendre jusqu’en demi-finales du tournoi olympique pour une troisième fois de suite.

    « Évidemment, nous avons beaucoup de jeunes joueurs qui n’ont encore jamais affronté ces super puissances, a dit Selanne. Je crois que c’était un bon [élan] de confiance de réaliser qu’on pouvait rivaliser avec ces gars-là. »

    La troupe de Babcock croyait avoir pris les devants à 7:58 de la première période à la suite d’un jeu extrêmement rare.

    Le défenseur Alex Pietrangelo a décoché un lancer qui a bondi dans les airs et atterri sur la cage des Finlandais. Rick Nash a tenté de frapper le disque, donnant plutôt un coup sur le haut du filet, et la rondelle a atteint Rask dans le dos avant de pénétrer dans le filet.

    Les officiels ont cependant jugé après la reprise vidéo que la rondelle avait été frappée plus haut que la hauteur permise et le but a été refusé.

    Le règlement 481 de la Fédération internationale de hockey sur glace parle spécifiquement des cas où la rondelle se trouve sur le haut du filet et stipule que « si un joueur frappe le disque sans que ça soit plus haut que la hauteur permise pendant qu’il se trouve à l’extérieur du demi-cercle au moment où la rondelle tombe dans le demi-cercle, le but doit être accordé ».

    Cependant, on se demande si Nash a touché à la rondelle avec son bâton ou s’il a simplement frappé le filet et fait rebondir le disque, et la pertinence de ce questionnement semble floue.

    « J’ai cru que le but allait être refusé à cause du bâton trop haut puisque dans la LNH ils utilisent la barre horizontale comme barème, a indiqué Babcock. Alors si la rondelle se trouve au-dessus du filet, la solution facile est de ne pas accorder le but. »

    Le Canada a finalement pris les devants moins de cinq minutes plus tard.

    Doughty a récupéré la rondelle dans le haut du cercle et dirigé un lancer des poignets qui a déjoué un Rask qui avait la vue voilée à 13:44, un but que Rask aimerait certainement revoir.

    Il s’est racheté peu de temps après quand Patrick Sharp s’est emparé du disque dans le fond de la zone de la Finlande et a coupé au filet avant de passer à Chris Kunitz dans l’enclave. Kunitz a décoché un tir vif et Rask a réalisé un arrêt de la mitaine très difficile à 15:04 du premier vingt.

    La deuxième période s’est déroulée exactement comme les Finlandais le voulaient, avec très peu de chances de marquer de chaque côté avant qu’ils ne créent l’égalité en fin d’engagement.

    Tuomo Ruutu s’est amené vers le devant du filet et bataillait pour sa position avec Marc-Édouard Vlasic quand Ossi Vaananen a lancé de la pointe. Ruutu a réussi à suffisamment se défaire de Vlasic pour rediriger le tir de Vaananen et déjouer Price à 18:00 pour faire 1-1.

    -----------------------------------

    SOMMAIRE DU MATCH

    FIN  0 1 0 0 - 1

    CAN 1 0 0 1 - 2

    Première période

    1. CAN, Doughty (Weber, Crosby) 13:44

    Pénalités - Immonen FIN (obstruction) 12:28, Nash CAN (bâton élevé) 18:05

    Deuxième période

    2. FIN, Ruutu (J Jokinen, O Jokinen) 18:00

    Pénalités - Aucune

    Troisième période

    Pénalités - Aucune

    Prolongation

    3. CAN, Doughty (Carter) 2:32

    Pénalités - Aucune

    TIRS AU BUT

    FIN  8 4 2 1 - 15

    CAN 8 9 8 1 - 26

    Gardiens de but (arrêts-tirs reçus) - FIN: Rask (D, 24-26), CAN: Price (V, 14-15)

    Jeux de puissance (buts-occasions) - FIN: 0-1, CAN: 1-1

     

    La LNH sur Facebook