Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Vlasic ne croit pas que sa présence aux Jeux va changer quoi que ce soit à son anonymat relatif

    mercredi 2014-02-12 / 13:17 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Vlasic ne croit pas que sa présence aux Jeux va changer quoi que ce soit à son anonymat relatif
    Vlasic ne croit pas que sa présence aux Jeux va changer quoi que ce soit à son anonymat relatif

    SOTCHIMarc-Édouard Vlasic passe sous le radar aux Jeux de Sotchi et c’est parfait pour lui.

    C’est qu’il en a l’habitude.

    Le défenseur montréalais a fait tranquillement sa petite affaire pour devenir un des défenseurs les plus fiables de la LNH, méconnu dans l’est du continent puisqu’il joue tard le soir dans l’uniforme des Sharks de San José.

    Même au sein de sa propre équipe, il joue dans l’ombre de coéquipiers plus flamboyants comme Joe Thornton, Dan Boyle, Joe Pavelski, Logan Couture et Patrick Marleau, qui l’accompagne à Sotchi.

    L’anonymat dans lequel il évolue ne peut être mieux illustré que par les résultats du vote pour le trophée Norris la saison dernière. Pas moins de 25 défenseurs ont obtenu des votes mais Vlasic n’était pas du nombre.

    En fait il n’a jamais reçu le moindre vote pour ce trophée, ce qui en fait le seul défenseur canadien dans ce cas au tournoi olympique.

    L’ancien des Remparts de Québec, qui a été un choix de deuxième ronde (35e en 2005), se retrouve aujourd’hui sur la plus grande scène de sa carrière, placé au côté de Drew Doughty au sein du deuxième duo de défenseurs de l’équipe canadienne. Voilà qui lui vaudra certainement la reconnaissance qu’il mérite.

    Mais lui-même ne s’en fait vraiment pas avec ça.

    « Ce n’est pas un gros facteur pour moi, a-t-il dit après l’entraînement de mercredi. Je suis un gars tranquille. Je me contente de faire ce que j’ai à faire sur la glace. Pour le reste, en autant que vos pairs et les entraîneurs vous connaissent, pour moi c’est le plus important. »

    Lorsque Vlasic a pris place au côté de Doughty dès le premier entraînement lundi, cela prouvait que l’entraîneur Mike Babcock non seulement le connaissait mais l’appréciait.

    Doughty devrait passer de longues minutes sur la patinoire durant les Jeux et on peut s’attendre à ce que son partenaire fasse de même dans son rôle plus défensif.

    Vlasic avait-il une quelconque idée du défi qui l’attendait?

    « Non, je ne le savais pas, répond-il. J’aurai probablement un rôle plus défensif, mais quoi qu’il en soit je vais jouer de la même façon que depuis quatre ans. C’est pour ça que je suis ici. »

    Vlasic avoue que regarder aller ses coéquipiers de l’équipe nationale peut être impressionnant par moments et il se sent privilégié de partager la même glace qu’eux. L’équipe canadienne n’est pas comme une équipe d’étoiles, où les plus jeunes sont souvent impressionnés de se retrouver dans le même vestiaire que des vétérans qu’ils ont admirés en grandissant.

    Mais Vlasic n’est pas le mieux placé pour établir une comparaison.

    « Je n’ai pas joué dans bien des matchs des étoiles dans ma carrière, a-t-il rappelé. Ici c’est mieux. »