Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Touchette: le hockey féminin n'est peut-être plus seulement l'affaire du Canada et des États-Unis

    lundi 2014-02-10 / 13:36 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Touchette: le hockey féminin n'est peut-être plus seulement l'affaire du Canada et des États-Unis
    Touchette: le hockey féminin n'est peut-être plus seulement l'affaire du Canada et des États-Unis

    Depuis trop longtemps, le hockey féminin est l'affaire de seulement deux équipes, le Canada et les États-Unis.

    Un instant, papillon.

    Une troisième équipe est peut-être en train de se faufiler au sommet de la pyramide.

    J'ai nommé la Finlande.

    Qui aurait cru, lundi, que le pointage entre le Canada et la Finlande après 40 minutes de jeu serait de 0-0? Je vous le demande.

    Les Canadiennes l'ont finalement emporté 3-0 à l'aréna Shayba, mais elles ont eu droit à un avertissement de la part d'une équipe qui a offert une étonnante résistance.

    Elles ont été coriaces, les Finlandaises. Coriaces et combatives.

    En compétitions internationales, les États-Unis sont la seule équipe à avoir déjà battu le Canada. Pendant un moment, lundi, on a presque cru que l'équipe Finlandaise serait la deuxième. C'est vous dire.

    Cela dit, le Canada a dominé le match, mais la Finlande a fait la preuve qu'une solide gardienne de but, en l'occurence Noora Raty, et un bon plan de match pouvaient avoir raison d'une équipe plus talentueuse dans le cadre d'un tournoi.

    Des signes de frustration

    Pendant plus de deux périodes, les Finlandaises ont non seulement compliqué à souhait l'existence des Canadiennes, mais leur défense a bloqué à merveille les corridors de passes et de lancers. Tellement, qu'on a commencé à voir des signes de frustration chez les joueuses canadiennes. Le Canada a même écopé d'une pénalité en deuxième parce que son entraîneur Kevin Dineen a refusé de reprendre le jeu avant d'obtenir d'abord une explication de la part de l'arbitre à la suite d'une punition.

    Bref, le Canada, à son deuxième match préliminaire, ne l'a pas eu facile, lui qui avait vaincu la Suisse 5-0 l'autre jour.

    Il aura fallu un but de Meaghan Agosta-Marciano pendant une supériorité numérique pour donner les devants 1-0 au Canada à mi-chemin en troisième. Agosta-Marciano, jusque-là, avait été invisible ou presque.

    Jayna Hefford a ensuite fait 2-0 à la suite d'un bel effort individuel, mais quelques instants auparavant, les Finlandaises avaient bien failli provoquer l'égalité. C'est là que le match s'est joué.

    Une bonne chose

    D'après un peu tout le monde, la grande finale, une fois de plus, devrait opposer le Canada aux Américaines.

    Il y a effectivement de fortes chances qu'il en soit ainsi.

    Mais la Finlande a eu le mérite, lundi, d'obliger le Canada à puiser dans ses ressources et à jouer une troisième période du tonnerre pour l'emporter.

    Et c'est tant mieux. Le hockey féminin, c'est bien connu, a grand besoin d'une troisième joueuse capable de tenir tête au Canada et aux États-Unis, une joueuse susceptible de pimenter un tournoi devenu nettement trop prévisible.

    À cet égard, la Finlande, dans la défaite, a peut-être remporté une victoire significative au nom du hockey féminin.