Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    La ligne bleue du Canada au sommet du classement des unités défensives des Jeux olympiques

    lundi 2014-02-10 / 6:00 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    La ligne bleue du Canada au sommet du classement des unités défensives des Jeux olympiques
    La ligne bleue du Canada au sommet du classement des unités défensives des Jeux olympiques

    Les Jeux olympiques de Sotchi 2014 pourraient mettre en scène la plus grande collection de joueurs de talent dans l’histoire des tournois de hockey.

    Certains des meilleurs joueurs de cette génération tels Sidney Crosby, Alex Ovechkin et Evgeni Malkin sont au sommet de leur carrière dans la LNH. Et certains de la génération précédente comme Jaromir Jagr et Teemu Selanne obtiennent leur dernière chance d’aspirer aux grands honneurs olympiques.

    Pendant des années, le hockey international a été mené par un groupe d’aspirants aux médailles connus sous le nom de « big seven ». Mais la Suisse continue à progresser et pourrait transformer ce groupe en « big eight » plus tôt que tard.

    Alors comment est-ce que chacun de ses huit aspirants aux médailles se classe par rapport à ses adversaires à chaque position? LNH.com classe les équipes olympiques à l’attaque, en défensive et devant les buts. Nous avons débuté dimanche avec les gardiens [http://www.nhl.com/ice/fr/news.htm?id=704437], et il est maintenant temps de nous concentrer sur l’unité défensive.

    1. Canada

    Le plus gros débat entourant l’annonce de la composition d’Équipe Canada était de savoir si le gagnant du trophée Norris en 2013 allait se tailler une place au sein de l’équipe ou non. Mais à l’heure actuelle, P.K. Subban pourrait même ne pas obtenir de minutes régulières. Les Canadiens ont leur lot de défenseurs droitiers, ce qui a mené à l’omission du défenseur des Blackhawks de Chicago Brent Seabrook, qui avec Duncan Keith forme l’une des meilleures paires de la LNH. Cette équipe demeure néanmoins bien garnie à la ligne bleue. Diviser le temps de glace parmi des joueurs habitués de jouer 25 minutes et plus à tous les soirs pourrait poser problème, mais aucune autre formation ne peut se vanter d’avoir un groupe aussi solide, qui inclut certains des meilleurs défenseurs de la ligue en Keith, Subban, Drew Doughty, Alex Pietrangelo et Shea Weber.

    2. Suède

    Les Suédois forment l’équipe la plus près du Canada quant à leur force en défensive, avec une ligne bleue bien garnie. Ne pas avoir choisi Victor Hedman, qui connaît toute une saison avec le Lightning de Tampa Bay, est cependant un peu intrigant. Il y a déjà de la chimie au sein des potentielles paires de Niklas Kronwall-Jonathan Ericsson et Niklas Hjalmarsson-Johnny Oduya, mais utiliser les deux pourrait signifier qu’Erik Karlsson, Oliver Ekman-Larsson ou (probablement) Alex Edler n’auront pas de temps de glace parmi les six premiers. Ekman-Larsson et Karlsson pourraient être le meilleur duo du tournoi sur la grande surface.

    3. États-Unis

    Les Américains sont jeunes, mais ce groupe pourrait rivaliser avec celui du Canada si la LNH envoie ses joueurs en Corée du Sud dans quatre ans. Ryan Suter sera la pierre angulaire et pourrait être parmi les joueurs les plus utilisés, tout comme Zdeno Chara et Roman Josi. Qui formera une paire avec Suter sera une autre histoire à suivre, mais les jeunes droitiers John Carlson, Kevin Shattenkirk et Justin Faulk pourraient remplir ce poste. Attendez-vous à ce que l’entraîneur Dan Bylsma utilize Paul Martin et Brooks Orpik ensemble comme duo défensif alors que Cam Fowler et Ryan McDonagh pourraient également être des joueurs clés pour cette équipe.

    4. Finlande

    L’unité défensive était supposée être la grande question pour les Finlandais, mais quelques bons débuts de saison à cette position ainsi que des blessures clés à l’attaque ont tout changé. Kimmo Timonen et Sami Salo sont des vétérans de la LNH et sont tous les deux des joueurs constants. La jeunesse sera servie par l’étoile montante des Penguins de Pittsburgh Olli Maatta, un candidat négligé au trophée Calder, et Sami Vatanen, qui connaît toute une saison avec les Ducks d’Anaheim. Ossi Vaananen est un des joueurs les plus respectés en Finlande alors que Sami Lepisto et Lasse Kukkonen ont tous les deux aussi de l’expérience dans la LNH.

    5. Russie

    Andrei Markov pourrait être un des joueurs les plus importants de ce tournoi. L’ancien Markov pendant environ 10 jours pourrait aller loin pour aider les Russes à s’assurer de la médaille d’or. Slava Voynov pourrait aussi se développer comme le meilleur défenseur de son équipe. Markov pourrait évoluer avec son coéquipier chez le Canadien de Montréal Alexei Emelin, et les deux membres des Blue Jackets de Columbus, Fedor Tyutin et Nikita Nikitin, pourraient former une autre paire. Mais où Voynov sera placer pourrait être intéressant. Deux vétérans de la KHL, Ilya Nikulin et Evgeni Medvedev, ont beaucoup d’expérience au niveau international.

    6. Slovaquie

    Chara le porte-drapeau devrait passer la moitié de chaque match sur la patinoire pour la Slovaquie, ce qui signifie que 25 pour cent des minutes en défensive sont déjà comblées. Andrej Sekera connaît une bonne saison avec les Hurricanes de la Caroline et devrait également gober plusieurs minutes. Lubomir Visnovsky aurait fait partie des quatre meilleurs défenseurs de la Slovaquie, alors son absence est significative. La recrue des Oilers d’Edmonton Martin Marincin a bien fait dans un rôle limité dans la LNH et pourrait être un élément clé. Les trois défenseurs à ne pas évoluer dans la LNH jouent tous dans la KHL et possèdent beaucoup d’expérience aux Championnats du monde, mais seulement deux matchs olympiques au total.

    7. Suisse

    Josi, comme Chara et Suter, pourrait disputer jusqu’à 30 minutes par match. Mark Streit et Raphael Diaz devraient également jouer souvent pour les Suisses, qui ont décidé de ne pas sélectionner Luca Sbisa. Sbisa a été blessé pendant la majeure partie de la saison, mais est présentement de retour avec les Ducks d’Anaheim. Severin Blindenbacher a plus de 60 rencontres d’expérience en Championnats du monde/Jeux olympiques et possède un des plus beaux noms du tournoi.

    8. République tchèque

    La profondeur des Tchèques est probablement légèrement meilleure que celle des Suisses (et peut-être des Slovaques), mais est un groupe relativement vieux et devrait distribuer les minutes plus équitablement. Marek Zidlicky sera probablement le quart arrière du jeu de puissance et il sera intéressant de voir comment le style de Radko Gudas se traduira sur les plus grandes patinoires. Les chances de médailles de cette équipe dépendront de la capacité des joueurs comme Tomas Kaberle, Michal Roszival et Zbynek Michalek de jouer 20 minutes et plus et de la façon de gérer les joueurs élites sur les grandes patinoires.

     

    La LNH sur Facebook