Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Mieux préparé mentalement avec l'aide de Stéphane Waite, Carey Price n’a jamais été aussi bon

    mercredi 2014-02-05 / 16:30 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Richard Milo - Correspondant LNH.com

    BROSSARD - Carey Price a élevé son jeu à un niveau supérieur. Il n’a jamais été aussi bon et c’est de bon augure en vue du tournoi des Jeux d’hiver de Sotchi et du dernier droit de la saison du Canadien de Montréal après la pause olympique.

    Price a réalisé deux jeux blancs à ses quatre dernières présences et il a bloqué 130 des 134 tirs dirigés vers lui au cours de ces quatre rencontres.

    En plus d’avoir remporté 24 victoires, Price présente une excellente moyenne de buts alloués de 2,37 et un taux d’efficacité de ,923.

    Une grande partie du crédit revient à Stéphane Waite, qui a nommé au poste d’entraîneur des gardiens en juillet 2013.

    « Il est plus en contrôle comme gardien de but », a expliqué Waite, fier de son élève, à LNH.com. « Il est moins agressif qu’il était. Il y a des situations pour être agressif et des situations pour être plus stable et en contrôle.

    « Il bataille plus lors des situations où il y a beaucoup de circulation devant le filet. Dans une telle situation, je veux qu’il reste plus bas qu’avant et qu’il bataille plus. Avant, il se contentait de se faire frapper par la rondelle, de chercher à voir la rondelle et à batailler au travers de la circulation.

    « La grosse affaire, c’est surtout au niveau mental – au niveau de sa préparation de match, a-t-il précisé. La façon qu’il se concentre sur les bonnes choses. On a travaillé pour qu’il se concentre pas plus loin que le prochain match. »

    Avant ses deux jeux blancs en quatre présences, Price avait accordé 24 buts en six départs alors qu’il était trop souvent abandonné par ses coéquipiers. Mais il a refusé de s’apitoyer sur son sort et il s’est relevé de brillante façon.

    « Dernièrement, a rappelé Waite, on a eu un petit creux en janvier où on a donné beaucoup de buts sauf que c’était important pour moi de rester positif avec lui. Il donnait beaucoup de buts mais il ne donnait pas de mauvais buts. Il n’y avait rien dans son jeu qui me disait qu’il était en danger. Je n’étais pas inquiet. Le plus important, c’était qu’il n’ait aucun doute dans sa tête et ça s’est bien passé. »

    Waite a connu beaucoup de succès avec les Blackhawks de Chicago en travaillant avec Corey Crawford et Antti Niemi. Il réussit jusqu'à présent aussi bien avec Price, qui sera un des trois gardiens de l’équipe canadienne à Sotchi avec Roberto Luongo, des Canucks de Vancouver, et Mike Smith, des Coyotes de Phoenix.

    Mais de toute évidence, Price est plus qu’un bon élève. C’est aussi un premier de classe.

    « C’est très facile de travailler avec lui, a affirmé Waite. Premièrement, je ne connais personne qui déteste perdre plus que lui. Il ne le montre pas trop parce que c’est important qu’il garde ses émotions. Quand ça va bien, il faut que tu sois terre-à-terre et quand ça va mal, il ne faut pas être trop abattu, que tu montres tes émotions et là-dessus, j’aime bien son comportement.

    « J’adore travailler avec lui parce qu’il veut être le meilleur, a-t-il ajouté. Il est réceptif, il n’est jamais en retard aux entraînements. On a des séances de vidéo à tous les jours ou presque et souvent, il m’attend dans mon bureau. Il veut apprendre et il veut être le meilleur. Il est ce qu’on appelle un vrai ! »

    Un joueur d’équipe

    Price (24-17-5) a été prodigieux dans certains matchs pour procurer la victoire au Canadien et ses coéquipiers ont une haute estime de lui.

    « Il a toujours été bon mais là, il est vraiment excellent », a noté le vétéran Francis Bouillon. « Il gagne des matchs par lui-même et c’est un top trois, un des meilleurs dans la Ligue nationale. Il le prouve énormément cette année. C’est plaisant pour une équipe et de la manière qu’il garde les buts, on n’est pas supposé d’en perdre trop ! »

    Visiblement, Price a acquis toute la maturité nécessaire pour connaître du succès à Montréal.

    « Quand il est arrivé ici, a rappelé Bouillon, il était très jeune et les gens ont mis beaucoup de pression sur lui. Il était très bon mais les gens faisaient des comparaisons avec Patrick Roy. Je pense qu’il est arrivé ici à environ 20 ans et c’était beaucoup de pression pour un jeune joueur. Aujourd’hui, on voit un gars qui est en pleine capacité de ses moyens et qui a une confiance incroyable. »

    Selon Bouillon, Price est aussi un bon joueur d’équipe.

    « Dans le vestiaire, il se concentre beaucoup, a-t-il noté. C’est un bon joueur d’équipe. Il aime rire, il aime avoir du plaisir. Mais quand c’est le temps du match, il se concentre et les gars ne le dérangent pas vraiment. On dit toujours que les gardiens sont spéciaux quand ils sont dans leur monde et on les laisse aller. »

    Price-Luongo

    L’objectif de Price est d’être le gardien no 1 du Canada à Sotchi mais il ne pense pas aux Jeux olympiques. Pour le moment, il se concentre uniquement sur les prochains matchs contre les Canucks de Vancouver jeudi et les Hurricanes de la Caroline samedi.

    À ses yeux d’ailleurs, sa confrontation contre Luongo au Centre Bell ne sera pas autre chose qu’un match entre deux équipes de la LNH.

    « Un match entre le Canadien et les Canucks ? C’est exactement ça, a-t-il répondu. Les deux équipes essaient d’obtenir deux points et d’effectuer une poussée pour les séries éliminatoires. Il n’y a pas d’autre enjeu que ça. C’est d’essayer de gagner. »

    À savoir néanmoins si ce sera « spécial » de se mesurer à Luongo alors que les deux athlètes visent le poste de gardien no 1 de l’équipe canadienne, Price a ajouté : « Nous ne sommes pas encore des coéquipiers. Nous allons essayer de travailler pour notre équipe.

    « Comme je l’ai déjà dit, a-t-il insisté, je me concentre sur ce qui se passe ici jusqu’à ce que je quitte [pour Sotchi] peu importe contre qui je jouerai d’ici là. Mon approche reste la même. »

    Price voudra-t-il cependant en donner plus parce qu'il affrontera Luongo ?

    « Honnêtement, je ne vois les choses comme ça », a estimé l’entraîneur-chef du Canadien Michel Therrien. « Ce sont deux gardiens d’élite de la Ligue nationale. À partir de la semaine prochaine, ce seront des coéquipiers et ils vont tout faire en leur pouvoir pour ramener une médaille d’or au Canada.

    « Mais demain, a-t-il poursuivi, c’est le Canadien contre les Canucks, deux équipes impliquées dans une course pour participer aux séries éliminatoires. Je ne vois pas ça comme une confrontation pour voir qui sera le gardien de l’équipe canadienne. Absolument pas. »

    Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
    vs.
    La série est à égalité 1-1
    vs.
    Montréal mène la série 2-0
    vs.
    La série est à égalité 1-1
    vs.
    La série est à égalité 1-1
    vs.
    Le Colorado mène la série 2-0
    vs.
    St. Louis mène la série 2-0
    vs.
    Anaheim mène la série 2-0
    vs.
    San Jose mène la série 1-0
     

    La LNH sur Facebook