Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Peu utilisé récemment, Daniel Brière prend son mal en patience et tente de demeurer positif

samedi 2014-02-01 / 20:34 / LNH.com - Nouvelles

Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Peu utilisé récemment, Daniel Brière prend son mal en patience et tente de demeurer positif
Peu utilisé récemment, Daniel Brière prend son mal en patience et tente de demeurer positif

MONTRÉALDaniel Brière a suivi une performance de deux points jeudi à Boston en inscrivant le seul but du Canadien de Montréal, samedi, dans un revers de 2-1 du Tricolore en prolongation face au Lightning de Tampa Bay.

Et tout ça en étant utilisé pendant moins de 10 minutes pour un troisième match de suite, terminant la rencontre avec le troisième plus bas temps de glace chez le Canadien (8:41) derrière seulement le nouvellement rappelé Christian Thomas (8:16) et le dur à cuire George Parros (1:23).

Mais le Québécois évite de s’apitoyer sur son sort et continue de ronger son frein en silence, même s’il admet que passer aussi peu de temps sur la patinoire tend à devenir dangereux.

« Tu peux te mettre à douter et être frustré, mais il faut que tu trouves une façon de demeurer concentré sur la rencontre, a-t-il expliqué. Pour être honnête, ce n'est pas facile. Il faut que tu parviennes à trouver tes repères en très peu de temps. C'est vraiment ce qui est le plus difficile. »

Samedi, Brière n’a passé que 1:26 sur la patinoire en première période, avant de doubler ce chiffre en deuxième avec 3:02 de temps de jeu. Mais lorsqu’on lui a demandé s’il avait commencé à s’impatienter pendant les deux premiers tiers, il a plutôt des difficultés qui s’y rattachent quand vient le temps de sauter sur la glace à nouveau.

« C’est que c’est difficile de rester dans le match, a-t-il évoqué. Tous les autres joueurs ont quand même joué pendant deux heures, la sueur, t’es dans le match. C’est sûr que quand tu ne joues pas, tu as l’impression qu’il ne se passe rien et là c’est un peu du rattrapage. »

L’entraîneur Michel Therrien a légèrement augmenté son temps d’utilisation au troisième vingt, période au cours de laquelle Brière a marqué son but, alors qu’il a eu la chance d’évoluer sur le trio de Brian Gionta et Tomas Plekanec.

« J’avoue que les deux premières [présences], c’était un peu difficile. Mais encore une fois, je ne sais pas pourquoi, mais depuis le début de la saison avec Plekanec et Gionta il y a des flammèches presqu’à chaque fois qu’on a la chance de jouer ensemble, a-t-il déclaré. C’est ce que je me disais quand j’ai eu ma chance en troisième, j’ai réalisé que ce n’était peut-être pas juste une présence, que j’aurais la chance de passer la période avec eux. Alors je me suis dit qu’il fallait essayer d’en profiter, que ça va bien normalement. »

Therrien n’a pas voulu entrer dans les détails lorsqu’il a été appelé à commenter la performance de Brière et à parler de la façon dont il allait l’utiliser prochainement.

« J’ai aimé sa contribution [samedi] », a-t-il mentionné en parlant de Brière. « Au cours d’un match, on se doit de s’ajuster et on fait les changements nécessaires pour tenter de gagner des matchs de hockey. […] On a un plan, et pendant le match on s'ajuste. C'est ce qu'on a fait à partir de la deuxième période; on a essayé (Rene) Bourque avec Plekanec et Gionta, puis on a décidé d'y aller avec 'Dany' en troisième et il nous a donné un but. »

Brière a ainsi marqué dans un deuxième match de suite, après avoir inscrit un filet et amassé une aide lors de la victoire convaincante du Canadien contre les Bruins jeudi, tout en étant utilisé pendant seulement 7:39. Mais Brière sait très bien que ses récentes performances ne lui garantissent pas pour autant plus de temps de glace.

« Ça c’est hors de mon contrôle, tout ce que je peux contrôler c’est la façon dont je joue, a-t-il dit. Personnellement, je trouve que ça va beaucoup mieux depuis les trois dernières semaines, même si avant cette séquence-là (de trois points en deux matchs), les points ne s’accumulaient pas. Je me sens beaucoup mieux sur la patinoire, je me sens beaucoup plus en confiance, j’espère juste que ça va continuer comme ça. »

Le jeu de puissance en arrache

Un aspect du jeu où Brière pourrait être utile et où il pourrait peut-être même aller chercher du temps de glace est sur le jeu de puissance du Tricolore, qui est en panne sèche par les temps qui courent.

Le CH a été blanchi en quatre supériorités numériques (contre trois pour le Lightning) samedi, en plus d’accorder un but à l’adversaire sur le jeu de puissance. Il n’a maintenant inscrit que quatre buts à ses 45 derniers jeux de puissance et se trouve en milieu de peloton au classement de la ligue à ce chapitre, avec un taux d’efficacité de 18,6 pour cent.

D’après P.K. Subban, la seule façon de connaître du succès en avantage numérique est de revenir à la base.

« Il faut recommencer à diriger des rondelles vers le filet plus régulièrement, a-t-il déclaré. Je pense qu’on veut faire des jeux et on veut être créatifs, mais quand on a eu du succès sur le jeu de puissance par le passé, on l’a fait en mettant des rondelles au filet avec des gars qui se tiennent tout près. Alors il faut qu’on simplifie les choses un peu plus. »

 

La LNH sur Facebook