Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Stamkos subit des contacts à l’entraînement mais il n’est pas prêt à jouer

    vendredi 2014-01-31 / 20:13 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Stamkos subit des contacts à l’entraînement mais il n’est pas prêt à jouer
    Stamkos subit des contacts à l’entraînement mais il n’est pas prêt à jouer

    MONTRÉAL -- Steven Stamkos a absorbé le plus grand nombre de contacts depuis qu’il récupère d’une fracture du tibia de la jambe droite lors de l’entraînement du Lightning de Tampa Bay, vendredi.

    Le membre de l’équipe olympique canadienne a indiqué après un entraînement d’une heure qu’il n’est encore prêt pour affirmer qu’il peut revenir au jeu dans la LNH, mais il se rapproche.

    « Je me sens bien. Ce fut un bon entraînement (vendredi), a noté Stamkos après la séance du Lightning au Centre Bell. Je dois participer à tous les exercices, subir un peu de contacts. Je ne suis toujours pas où je voudrais être mais ça s’améliore vraiment et ça progresse. Je ne pense pas avoir encore atteint le niveau nécessaire pour disputer un match mais j’y arrive. »

    Il était encourageant pour Stamkos de subir des contacts lors de l’entraînement vendredi. Selon lui, le fait d’avoir à l’esprit qu’il peut composer avec des situations de match sans craindre de subir une nouvelle blessure à la jambe sera un des obstacles les plus difficiles à surmonter avant son retour au jeu.

    « J’ai travaillé dans les coins un peu plus et j’ai eu plus de contacts. Mais ce n’était d’aucune façon des contacts complets, a dit Stamkos. C’est dur mentalement aussi d’y aller sachant qu’on est un peu hésitant à certains endroits. J’ai déjà dit que ce n’est pas ce qu’on veut. J’essaie donc de surmonter ça. En faisant des progrès et subissant plus de contacts, espérons que ça disparaîtra. »

    Une décision en ce qui a trait au statut de Stamkos dans l’équipe olympique canadienne devra être prise avant le départ pour Sotchi, le 9 février. Stamkos ne jouera pas quand le Lightning affrontera le Canadien de Montréal samedi, mais il restera encore trois matchs avant la pause olympique. Le Lightning se mesurera au Wild mardi au Minnesota, aux Maple Leafs de Toronto à domicile jeudi prochain et aux Red Wings de Detroit à domicile, le 8 février.

    Stamkos espère toujours qu’il sera en mesure de disputer au moins une de ces rencontres mais il n’entend pas précipiter les choses parce que la date butoir pour les Jeux olympiques approche.

    « Il faut simplement écouter son corps, a-t-il expliqué. Il est question des Jeux olympiques et mon objectif est d’être prêt en vue de ces matchs, mais le corps ne ment pas. Quand on effectue certains mouvements et qu’on ressent de la douleur, c’est une indication qu’on n’est peut-être pas encore prêt. Ça s’est amélioré, il y a de moins en moins de douleur chaque fois que je saute sur la glace, mais il y a encore un peu d’inconfort. »

    « Dans une semaine et demie ou deux semaines, j’espère que je me sentirai beaucoup mieux et que je pourrai faire certains mouvements sans ressentir de la douleur, ou au moins que la douleur est endurable. Pour le moment, je ressens encore un peu de douleurs aigues à certains endroits. »

    L’entraîneur-chef du Lightning Jon Cooper admet que son équipe, qui a présenté un dossier de 19-13-5 sans Stamkos,s’approche probablement « du temps où il sera agréable de le voir revenir ». Le simple fait que le retour de Stamkos est possible moins de trois mois après qu'il eut été blessé le 11 novembre est un exploit incroyable en soi, qu'il prenne part aux Jeux olympiques ou non, a indiqué Cooper.

    « Quand on regarde le rapport médical, il est tellement en avance par rapport à ce que les médecins disaient où il en serait présentement, a-t-il dit. À mon avis, on devrait voir les choses ainsi au lieu de regarder s’il sera prêt pour prendre part aux Jeux olympiques. Il a été surhumain pour être là où il est maintenant. Je ne sais pas s’il sera prêt pour les Jeux olympiques et nous l’espérons tous. Mais le simple fait d’avoir une telle conversation est vraiment remarquable. »

    La douleur ressentie par Stamkos se situe dans la région du tibia. Ce n’est pas l’os. Il a précisé que sa guérison s’est très bien déroulée et que l’os ne pourrait être plus stable.

    « L’os lui-même, la façon dont c’est guéri, si tout le reste était aussi bien, je pourrais jouer, a-t-il estimé. C'est simplement d'avoir confiance aux tissus mous, les ligaments, les tendons, les muscles qu’on sollicite quand on fait des mouvements brusques et explosifs. C’est vraiment là où est le gros de mon inconfort. »

    Stamkos devrait subir une autre radiographie quand l’équipe reviendra Tampa après la rencontre au Minnesota mardi, mais ça ne servira qu’à confirmer que l’os demeure solide. Quant à sa présence à Sotchi, la décision viendra de Stamkos. Il aura besoin d’évaluer si le niveau de douleur qu’il ressent sur la glace est tolérable.

    « Il y a une date butoir et il faudra répondre aux questions, a-t-il révélé. Je devrai décider si je suis suffisamment prêt pour jouer à ce niveau. Je devrai évidemment parler à Steve (Yzerman, le directeur exécutif de l’équipe canadienne ) et notre personnel médical ici à Tampa.

    « De toute évidence, il y aura une réponse la semaine prochaine et espérons qu’elle sera bonne. »

     

    La LNH sur Facebook