Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Son expérience au Yankee Stadium rappelle à Tavares d’heureux souvenirs de son enfance

mercredi 2014-01-29 / 0:18 / LNH.com - Nouvelles

Par Brian Compton - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Son expérience au Yankee Stadium rappelle à Tavares d’heureux souvenirs de son enfance
Jouer sur une glace extérieure ravive des souvenirs heureux chez les joueurs des Islanders.

NEW YORK – Lorsqu’il était enfant, le capitaine des Islanders de New York, John Tavares, passait la majeure partie de ses temps libres à patiner sur la patinoire construite dans la cour de Sam Gagner, un ami du voisinage qui évolue maintenant pour les Oilers d’Edmonton. Ces souvenirs ont refait surface mardi.

Ce retour en arrière de Tavares a été déclenché lorsque ses coéquipiers et lui se sont retrouvés au Yankee Stadium pour se préparer en vue de leur duel de mercredi contre les Rangers de New York, dans le cadre de la Série des Stades Coors Light 2014 de la LNH (19 h 30 HE; RDS2, TSN, NBCSN).

« Nous pouvions passer de six à sept heures par jour sur cette patinoire », se rappelle Tavares en faisant référence au temps de son enfance passé à patiner avec Gagner. « Je me souviens que je ne sentais plus mes doigts et mes orteils pendant quelques heures. Nous avions énormément de plaisir.

« Ma famille vient de Sudbury en Ontario, alors mon père m’amenait à Ramsey Lake pour patiner. J’étais aussi inscrit au hockey mineur avant de jouer avec Sam, et nous avions l’habitude de jouer sur une patinoire extérieure une fois par semaine. Ce n’était pas vraiment un entraînement, nous nous contentions de faire des parties simulées pour avoir du plaisir. Nous avons beaucoup joué à l’extérieur, et j’ai bien hâte de me forger de nouveaux souvenirs [mercredi]. »

Les joueurs des Islanders ont participé à un entraînement enjoué qui a duré près d’une heure avant d’être rejoints sur la patinoire par leur famille. Tavares, âgé de 23 ans, a admis qu’il ne lui avait pas fallu beaucoup de temps pour retomber en enfance et pour être transporté à nouveau à cette époque magique où il passait d’innombrables heures sur la patinoire de Gagner.

« Sentir le vent, entendre les bruits et patiner sur ce genre de patinoire; beaucoup de choses sont très semblables à mes souvenirs. J’ai vraiment apprécié ce moment, a déclaré Tavares. J’aurais souhaité que l’entraînement dure plus longtemps pour être honnête. Nous voulons en profiter au maximum et savourer ce moment. »

Le compagnon de trio de Tavares, Thomas Vanek, est le seul joueur des Islanders à avoir participé à une partie extérieure de la LNH, lui qui a pris part à la Classique hivernale en 2008 alors qu’il évoluait avec les Sabres de Buffalo. Comme il s’agit d’une première pour beaucoup de joueurs, certains d’entre eux pourraient être distraits.

Cependant, les Islanders n’ont pas savouré la victoire à leurs trois derniers matchs (0-2-1) et ils cherchent désespérément à accumuler des points afin de se qualifier pour les séries éliminatoires. Ils espèrent que ce désespoir leur permettra de demeurer concentrés contre les Rangers devant une salle comble au Yankee Stadium.

Les Rangers ont remporté sept de leurs 10 dernières parties et occupent maintenant le deuxième rang de la section métropolitaine. Leurs adversaires de l’autre rive de l’East River savent qu’ils en auront plein les bras.

« Chaque point, chaque victoire est cruciale pour nous en ce moment », a admis Tavares, qui occupe le deuxième rang des pointeurs de la ligue avec 64 points (23 buts, 41 aides). « Nous avons disputé beaucoup de rencontres au cours du dernier mois. Nous avions une partie tous les deux jours, et ce fut un peu étourdissant par moment. Nous nous assurons d’y aller une partie à la fois, et nous devons nous concentrer sur chacune d’entre elles. [Mercredi], l’environnement sera évidemment différent, et nous voudrons en profiter, mais il s’agit aussi d’un match très important pour nous. Nous devons fournir un excellent effort afin de récolter ces points dont nous avons besoin. »

« À partir de la mise au jeu initiale, il ne s’agit que d’une autre partie, et nous devons aller chercher les deux points », a ajouté l’ailier droit Kyle Okposo, qui a peut-être été le meilleur joueur des Islanders au cours du dernier mois. « La période d’échauffement sera assurément amusante, et on pourra jeter un coup d’œil autour de nous en patinant… nous allons profiter du moment. [Cependant], chaque point est important pour nous, et cette [rencontre] n’est pas différente des autres. Nous avons perdu nos trois derniers matchs, ce qui ne nous a évidemment pas aidés. Cette partie est primordiale pour nous. »

Il y a de bonnes chances que le gardien Evgeni Nabokov effectue un premier départ depuis qu’il a subi une blessure au bas du corps le 6 janvier dernier. Nabokov était de retour dans l’alignement pour le revers de 6-3 encaissé lundi contre les Bruins de Boston au Nassau Veterans Memorial Coliseum, et il est venu en relève à Kevin Poulin alors qu’il restait 11:48 à faire en troisième période. Nabokov a déclaré aux journalistes qu’il serait prêt si on faisait appel à ses services, et il espère participer à cette rencontre qui devrait se dérouler dans une atmosphère phénoménale.

« J’ai été un peu surpris, c’est très ‘cool’, a souligné Nabokov. Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre pour être honnête. La qualité de la glace était plutôt bonne. J’ai trouvé l’atmosphère exceptionnelle. On peut sentir à quel point ce sera spécial. Tant que le vent ne sera pas trop fort, ça ira. »

Et que se passera-t-il si le vent se lève?

« Alors ce sera froid », a répliqué Nabokov.

Les joueurs ne sont pas les seuls à avoir hâte de prendre part à un tel événement. L’entraîneur des Islanders, Jack Capuano, a avoué qu’il pensait à cette rencontre depuis que le calendrier de la saison 2013-14 a été dévoilé.

« Je me sens extrêmement privilégié, a confié Capuano. J’en ai discuté avec [l’entraîneur des Bruins de Boston] Claude Julien [lundi]. Il a dirigé deux matchs du genre, à Edmonton [à titre d’entraîneur du Canadien de Montréal lors de la Classique Héritage en 2003] et au Fenway [Park]. Nous étions tous au courant, et nous avons encerclé cette date sur le calendrier au début de la campagne. Mais nous devons aussi nous concentrer sur notre tâche. Cette rencontre est cependant arrivée plus rapidement que je le croyais.

« On entre dans ce bâtiment, dans le Bronx, le Yankee Stadium, un stade célèbre… c’est assez exceptionnel de voir ce que la LNH a accompli avec ces événements. Je crois que lorsque nous serons sur la glace [mercredi] soir, nous serons à notre affaire. Mais [mardi], nos joueurs ont pu profiter de la journée, tenir un entraînement décontracté et passer du temps avec leur famille. Nous ne pouvons pas vivre ce genre d’expérience tous les jours. »

Suivez Brian Compton sur Twitter: @BComptonNHL

 

La LNH sur Facebook