Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Cinq Questions: John Collins à propos de la Série des Stades et de la visibilité de la ligue

mardi 2014-01-21 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Cinq Questions: John Collins à propos de la Série des Stades et de la visibilité de la ligue
Alors que la portion Série des Stades Coors Light de la LNH de la saison 2013-14 s’amène à grands pas, le directeur des opérations de la LNH, John Collins, parle du succès derrière les matchs extérieurs de la ligue et le momentum regagné depuis le dernier lock-out.

Le questions/réponses hebdomadaire de LNH.com intitulé « Cinq questions avec… » est publié à tous les mardis. Nous parlerons à des personnalités clés du sport et leur poseront des questions pertinentes pour avoir un aperçu de leur vie, de leur carrière et de leur équipe.

La plus récente édition met en vedette le directeur des opérations de la LNH, John Collins:

John Collins a surtout hâte d’entendre les bruits de la foule lorsque les Kings de Los Angeles et les Ducks d’Anaheim marcheront le long du tunnel, graviront les marches de l’enclos des releveurs et sauteront sur la glace de la patinoire du Dodger Stadium samedi soir.

« Les hurlements de la foule sont ce qui fait que ça vaut la peine », a déclaré Collins, le directeur des opérations de la LNH.

Alors que la portion Série des Stades Coors Light de la LNH de la saison 2013-14 s’amène à grands pas, Collins est confiant que la ligue s’est remise du lock-out qui a mené à l’annulation d’une partie de la campagne 2012-13.

En plus de ses matchs extérieurs, la nouvelle émission de téléréalité de la ligue, « NHL Revealed: A Season Like No Other », sera présentée mercredi sur les ondes de NBCSN au terme de la rencontre entre les Red Wings de Detroit et les Blackhawks de Chicago.

La Série des Stades s’amorce samedi à Los Angeles avec les Ducks et les Kings (21 h 30 HE; RDS2, CBC et NBCSN) et se poursuivra dimanche au Yankee Stadium de New York quand les Rangers affronteront les Devils du New Jersey (12 h 30 HE; CBC, NBC). Les Rangers se mesureront ensuite aux Islanders de New York le 29 janvier au Yankee Stadium (19 h 30 HE; RDS2, TSN, NBCSN).

Les Jeux olympiques de Sotchi 2014 seront présentés le mois prochain alors que le tournoi de hockey masculin débutera le 12 février, et s’étendra jusqu’au match de la médaille d’or le 23 février.

Et comme si ce n’était pas assez, la LNH reviendra des Jeux de Sotchi avec deux autres rencontres extérieures – le dernier match de la Série des Stades au Soldier Field de Chicago entre les Penguins de Pittsburgh et les Blackhawks de Chicago le 1er mars, ainsi que la Classique Héritage Tim Hortons 2014 au BC Place de Vancouver entre les Sénateurs d’Ottawa et les Canucks de Vancouver le 2 mars.

« On voulait juste regagner le momentum et l’erre d’aller qu’on avait avant les problèmes concernant la convention collective, a dit Collins. On doit être en mesure d’y arriver. »

Voici Cinq Questions avec… John Collins:

Comment mesurez-vous tout le buzz dans les marchés, surtout à Los Angeles et New York, maintenant que les matchs extérieurs de la Série des Stades approchent? Y a-t-il des choses en particulier que vous recherchez dans ces marchés pour intensifier l’intérêt des gens à l’aube des matchs?

« Ce qu’on regarde c’est la couverture locale, ce qui se passe, à quel point le hockey commence à dominer pas seulement les pages sportives des journaux mais dans les nouvelles locales en général. On commence à voir l’arrivée de commanditaires dans les marchés entourant l’événement. Maintenant que les groupes chargés des opérations ont mis le paquet, c’est devenu réalité, alors on reçoit beaucoup d’appels pour des billets. »

Qu’est-ce que ç’a signifié pour la ligue de voir Wayne Gretzky promouvoir la Série des Stades à Los Angeles, lui qui est un des visages de ce sport?

« De ne pas l’impliquer aurait été une erreur. Il a tout pour lui et il a connu beaucoup de succès. Et maintenant qu’on célèbre dans le marché au Dodger Stadium, c’est super de pouvoir lui lever notre chapeau et on espère que tout le monde va apprécier tout ce qu’il a accompli. »

La série télévisée « The NHL Revealed » débutera mercredi. Que pouvez-vous nous dire à propos de cela?

« J’ai visionné plusieurs segments jusqu’à présent. Je ne verrai pas l’émission au complet avant qu’elle ne soit révisée et ce ne sera pas fait avant peut-être mardi soir. Mais HBO et ‘27/7’ ont mis la barre très haute. Ils ont fait de l’excellent travail. Mais la prémisse est un peu différente. Ils ne suivent pas que deux équipes pendant quatre semaines. Ils suivent vraiment neuf équipes au cours de cinq matchs extérieurs différents avec les Jeux olympiques au beau milieu de tout ça. Dès le départ, l’idée était d’essayer de voir cette saison à travers les yeux des joueurs. Apprendre à connaître qui ils sont et relater les histoires très intéressantes que la saison présente. En ce qui concerne deux groupes de coéquipiers, Patrick Kane et Jonathan Toews ainsi qu’Evgeni Malkin et Sidney Crosby, nous avons des coéquipiers qui deviennent des rivaux pendant les Jeux olympiques et qui redeviennent des coéquipiers dès le premier week-end suivant les J.O. au Soldier Field, sous les projecteurs, à heure de grande écoute. Il y a beaucoup d’intrigues et c’est très intéressant, mais cette saison nous donne la capacité de faire quelque chose de vraiment spécial et ‘NHL Revealed’ va être une de ces belles gâteries je crois cette saison. »

De quelle façon le phénomène des matchs extérieurs vous a surpris depuis la première Classique hivernale à Buffalo? Parce que ce n’est plus que la LNH qui a adopté ce concept.

« Je pense que depuis le début, un des éléments les plus importants pour la réussite de la Classique hivernale à Buffalo était qu’elle soit authentique. C’était un match de saison régulière, qui comptait pour deux points, avec des conditions de jeu au niveau de celles de la LNH et ultimement on voulait que les joueurs et les partisans aient du plaisir. C’est un match au milieu de la saison, mais c’est bien parce que ça veut dire que c’est authentique et vrai. De présenter la popularité du hockey et de permettre à des gens de peut-être regarder le sport et les athlètes qui y participent de plus près, ou de le présenter à ses enfants parce que ça semble amusant, c’est ce qu’on espère être en train de faire. Et le long de la route, on espère créer des moments exceptionnels et de beaux souvenirs pour les partisans et les joueurs. C’est pour ça qu’on est ici. »

Dans le même ordre d’idées, quand vous vous êtes amené avec la Ligne nationale de hockey, vous aviez parlé de mettre l’accent sur le mot « nationale » parce que vous sentiez que la ligue avait besoin de plus de visibilité au niveau national. Croyez-vous que vos efforts portent fruits maintenant avec d’autres ligues sportives qui regardent vers la LNH, voient ce que vous faites, l’admirent et en quelques sortes imitent ce que vous faites? Par exemple, la NFL fera un repêchage en vue du Pro Bowl cette saison.

« Eh bien, je crois qu’on se concentre bien sur ce qu’on a à faire. Ce que je trouvais le plus excitant lors de ma première journée quand je me suis assis avec [le commissaire] Gary [Bettman], c’était son intérêt et sa volonté de changer le modèle de la business et c’était précisément pour créer un niveau plus national, une business nationale en plus de ce que les équipes faisaient déjà. Quand tu observes la situation d’il y a six ou sept ans, quand nous étions une business de 2,2 milliards $, environ cinq pour cent de ces revenus provenaient des revenus nationaux. Maintenant, on prévoit bientôt être une business de 4 milliards $ avec 20 à 22 pour cent de revenus provenant de la business nationale. C’est un contributeur important de la santé économique générale de la ligue tout comme d’autres aspects dont Gary a parlé, comme le partage des revenus. Ça fait prospérer le sport, prospérer la valeur des équipes et ça rend le sport encore plus fort. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook