Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Raphael Diaz et l’équipe olympique suisse gagnent en confiance

    mardi 2014-01-21 / 6:00 / Jeux de Sotchi 2014

    Par James Murphy - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Raphael Diaz et l’équipe olympique suisse gagnent en confiance
    Le défenseur du Canadien de Montréal Raphael Diaz est optimiste quant aux chances de la Suisse aux Jeux olympiques de 2014 à Sotchi, même si les équipes comme le Canada ne se laissent plus surprendre par la formation helvète.

    MONTRÉAL – Plusieurs choses ont changé pour le programme de hockey suisse et le défenseur du Canadien de Montréal Raphael Diaz depuis qu’il a représenté son pays aux Jeux olympiques de Vancouver en 2010. Il s’agissait alors d’une première expérience olympique pour Diaz. Celui-ci a maintenant un poste régulier dans la LNH et la Suisse n’est plus une proie facile dans les tournois internationaux.

    « Oui, les choses ont beaucoup changé », a récemment admis Diaz à LNH.com après une séance d’entraînement du Canadien. « Je suis dans la LNH comme plusieurs autres de mes compatriotes. Je crois que la Suisse est reconnue comme étant une équipe améliorée. »

    L’équipe olympique suisse de 2010 ne comptait que quatre joueurs de la LNH dans son alignement. À cette époque, Diaz était un membre du EV Zug dans la ligue élite suisse. En compagnie du gardien de but Jonas Hiller et des défenseurs Mark Streit, Yannick Weber et Luca Sbisa, il a contribué à améliorer la notoriété internationale de la Suisse pendant les rondes préliminaires du tournoi olympique.

    Grâce à une performance exceptionnelle de 43 arrêts de Hiller, la Suisse avait forcé la tenue de tirs de barrage contre le Canada avant que Sidney Crosby ne procure finalement la victoire aux Canadiens.

    « Hiller a été incroyable et on les a presque battus, s’est rappelé Diaz. Ç’a été très bon pour notre confiance. »

    Et depuis, cette confiance n’a fait que croître pour l’équipe nationale suisse, qui a démontré que cette belle prestation n’était pas qu'un accident de parcours. Même si l’entraîneur de l’équipe olympique de 2010, Ralph Krueger, a pris la barre des Oilers d’Edmonton en 2012, la formation nationale a continué sa progression sous la férule de Sean Simpson, qui dirigera les troupes suisses lors des Jeux olympiques de 2014 à Sotchi le mois prochain. Simpson a mené la Suisse à la médaille d’argent au Championnat du monde de 2013, un premier podium lors d’un tournoi international depuis la médaille de bronze récoltée aux Mondiaux de 1953.

    Diaz s’est joint à la formation suisse à mi-chemin du tournoi de 2013 après que le Canadien eut été éliminé en cinq parties par les Sénateurs d’Ottawa lors des quarts de finale de l’Association de l’Est. Il avait été marqué par la chimie et la confiance que dégageait cette équipe, et ce, grâce à Simpson. Selon Diaz, cet entraîneur accorde beaucoup d’importance à l’esprit d’équipe.

    « Je me souviens quand je suis arrivé au Championnat du monde, c’était déjà une bonne équipe et c’était comme si tout le monde jouait ensemble depuis longtemps, a raconté Diaz. Ça m’a vraiment aidé à mon arrivée et ça s’est remarqué sur la glace parce qu’on a pris le deuxième rang, une première pour notre pays.

    « Je l’ai eu comme entraîneur à ma première saison chez les professionnels à Zug à l’âge de 17 ans, puis pendant deux autres années. Il est ensuite parti à Zurich, puis il a pris les rênes de l’équipe nationale aux Mondiaux de l’an passé. Il insiste beaucoup sur l’esprit d’équipe et sur le travail collectif. Il est habituellement capable de nous motiver à jouer pour lui, pour nos coéquipiers et pour notre pays. Nous avions un excellent esprit d’équipe au Championnat du monde. Tout le monde se sacrifiait pour les autres et chacun assumait ses responsabilités. C’est important de jouer en équipe et de travailler pour les autres. »

    Diaz rejoindra Weber, Hiller et Streit, ainsi que
    Damien Brunner (Devils du New Jersey), Nino Niederreiter (Wild du Minnesota), Reto Berra (Flames de Calgary) et Roman Josi (Predators de Nashville) pour former le contingent de huit joueurs de la LNH qui évolueront pour l’équipe olympique de hockey masculin de la Suisse en 2014. Avec Hiller (dossier de 23-5-4, moyenne de buts accordés de 2,37 et taux d’efficacité de ,914), qui est un des gardiens de l’heure dans le circuit Bettman, Diaz est optimiste quant aux chances de la Suisse à Sotchi, même si les équipes comme le Canada ne se laissent plus surprendre par la formation helvète.

    « Il est assurément plus élevé maintenant », a déclaré Diaz à propos du potentiel de l’équipe suisse. « Je suis certain que les autres pays l’ont remarqué et qu’ils se préparent mieux. Donc je ne crois pas qu’on puisse encore les surprendre. Mais le gardien de but joue un rôle crucial et si l’on se fie à la façon dont Hiller joue présentement à Anaheim, c’est très encourageant pour nous. Il m’épate quand je le regarde jouer. Il est tellement bon et tellement concentré. C’est très important dans un tournoi à simple élimination. »

    Diaz a souligné que peu importe son rendement et celui de ses coéquipiers aux Jeux de Sotchi, il est heureux et honoré de représenter son pays aux Olympiques pour une deuxième fois.

    « C’est très agréable et c’est évidemment un honneur de jouer pour son pays, a conclu Diaz. C’est le tournoi par excellence qui réunit les meilleurs joueurs au monde sur la plus grande scène sportive. Participer aux Olympiques est le fait saillant de la carrière de tous les athlètes, pas seulement des hockeyeurs. C’est formidable de pouvoir dire que j’y aurai participé à deux reprises! »

     

    La LNH sur Facebook