Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Mike Smith, des Coyotes, tente de répondre à l’honneur olympique

    samedi 2014-01-18 / 14:34 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Jerry Brown - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Mike Smith, des Coyotes, tente de répondre à l’honneur olympique
    Pour le gardien Mike Smith, des Coyotes de Phoenix, avoir été sélectionné pour représenter le Canada aux Jeux olympiques de Sotchi représentait une raison additionnelle d’être préoccupé par son jeu instable.

    GLENDALE, Arizona – C’est un honneur incroyable, la réalisation d’un rêve d’enfance et la poursuite d’une tradition familiale.

    Mais pour le gardien Mike Smith, des Coyotes de Phoenix, avoir été sélectionné pour représenter le Canada aux Jeux olympiques de Sotchi représentait une raison additionnelle d’être préoccupé par son jeu instable. Au lieu d’apprécier le moment, ça lui a servi de motivation pour régler ses problèmes devant le filet aussitôt que possible.

    Smith a entrepris la saison avec une fiche de 11-3-3 et les Coyotes luttaient pour la meilleure fiche de l’association. Mais depuis une défaite de 4-3 en prolongation contre l’Avalanche du Colorado le 21 novembre, le joueur le plus important des Coyotes, au cours des trois dernières saisons, n’a remporté que trois de ses 18 dernières décisions. Trois victoires en trois mois. Sa moyenne de buts accordés approchait les 3,00 et son pourcentage d’efficacité a frôlé le ,900, ce qui n’était pas exactement de bonnes statistiques pour un gardien qui veut participer aux Jeux olympiques.

    « Vous travaillez déjà très fort pour remporter des victoires, ce qui amène sa part de pression, a dit Smith. Vous êtes alors choisi pour faire partie de l’équipe olympique, ce qui amène encore plus de pression à bien faire.

    « Je suis déjà un joueur qui se met beaucoup de pression, a-t-il dit avec un sourire. Je n’ai pas besoin que d’autres en rajoute. »

    Les raisons qui expliquent que les Coyotes ont plongé d’une fiche de 14-4-4 en début de saison à la neuvième place de l’Association de l’Ouest sont plus profondes que le jeu de Smith. L’attaque a été en panne sèche. L’unité en désavantage numérique a connu des ennuis en raison des blessures. La brigade défensive est plus petite et n’a pas démontré la même force de caractère que les formations précédentes des Coyotes qui ont atteint les séries éliminatoires de la coupe Stanley.

    Mais à titre d’un des joueurs les plus remarqués de l’équipe, et celui qui agit à titre de leader malgré sa position, Smith n’avait pas besoin d’être pointé du doigt. Il savait qu’il devait mieux jouer.

    « Il se soucie beaucoup et il réfléchit beaucoup et parfois, il pense trop au sujet du jeu », a déclaré l’entraîneur en chef des Coyotes, Dave Tippett. « Il est un joueur incroyable et un athlète incroyable. S’il laisse simplement parler son talent et ne pense pas trop, il se démarquera. »

    À sa période la plus creuse, Smith a indiqué que sa confiance était aussi basse que lorsqu’il avait perdu son poste de partant avec le Lightning de Tampa Bay en 2010-2011 et fut cédé aux ligues mineures avant de se joindre aux Coyotes.

    « Ce fut une période frustrante pour moi, et quand les choses allaient mal, ce fut difficile de m’en sortir, a admis Smith. J’ai alors été nommé au sein de l’équipe canadienne (7 janvier) et… Je ne dis pas que je ne méritais pas d’être choisi, mais je ressentais presque cela de la manière que je jouais.

    « Cet état d’esprit a changé. J’ai dû me rappeler que j’étais un bon gardien. Je l’ai démontré et je ne dois pas me laisser abattre quand les choses vont mal. C’est une grande leçon de vie et je serai définitivement plus intelligent car j’ai passé au travers. »

    Smith a accordé cinq buts dans une défaite de 5-1 contre les Jets de Winnipeg lundi, un match au cours duquel son habilité à très bien contrôler la rondelle l’a abandonné. Mais il se sentait à l’aise devant le filet pour la première fois depuis bien longtemps.

    « J’ai effectué quelques bons arrêts et j’ai senti que les choses se replaçaient, a-t-il dit. J’avais hâte au prochain match. »

    Le soir suivant, Smith a bien fait dans une défaite de 2-1 contre les Blues à Saint Louis et il a su qu’il avait retrouvé son rythme.

    « Mais nous n’avions pas encore gagné, a-t-il ajouté. C’est ce qui manquait. »

    La dernière étape est venue, jeudi, quand Smith a effectué 28 arrêts pour réussir son 25e jeu blanc dans la LNH (son premier de la saison) quand les Coyotes ont vaincu les Canucks de Vancouver 1-0. Smith a défié les tirs, a contrôlé les retours, a bien contrôlé la rondelle autour de son filet, et a retrouvé toute la confiance qu’il avait perdue.

    « On tentait de jouer ce genre de match depuis un bout de temps, savoir que l’on peut remporter des matchs serrés, a mentionné Smith. Chacun a fait sa part, et le fait que j’étais dans un bon état d’esprit m’a permis de faire la mienne. Ça semble bête à dire, mais pour gagner des matchs de hockey, tu dois réaliser qu’il y a des choses plus importantes dans la vie que de gagner des matchs de hockey.

    « J’ai une merveilleuse vie familiale à la maison, deux beaux enfants et une femme incroyable, c’est beaucoup plus important que de jouer au hockey. Quand j’ai pris un peu de recul et vraiment pris conscience de cela, ce fut beaucoup plus agréable de me rendre à la patinoire. Me préoccuper de tout et de rien m’a fait prendre un peu de recul. Je suis plus positif, je me sens vraiment plus énergique et je me sens mieux à propos de mon jeu. »

    La famille jouera un rôle important dans son voyage à Sotchi. Sa femme, Brigitte (Acton) Smith, a représenté le Canada à titre de skieuse aux Jeux de Turin en 2006 et aux Jeux de Vancouver en 2010; la mère de Brigitte, Diane Pratte, a fait partie de l’équipe canadienne de ski aux Jeux olympiques de Sapporo en 1972. Les trois étaient réunis à la maison de Smith à Scottsdale quand il a reçu l’appel du directeur du personnel du Canada, Doug Armstrong.

    « Je tentais de contenir mes larmes, a dit Mike Smith. Les grands-parents de Brigitte étaient à la maison et ils disaient avec leur bel accent français : ‘Il y a maintenant trois Olympiens dans la maison.' »

    Mais, il reste encore trois semaines de jeu dans la LNH avant la pause olympique et c’est une occasion de se replacer pour une place dans les séries éliminatoires avec sept matchs sur 11 à domicile et avec Smith qui croit que sa mauvaise séquence est derrière lui.

    « Smitty est un athlète spécial, et quand il se sent bien, nous gagnons, a déclaré le capitaine Shane Doan. Il n’y aucune position plus importante dans le sport que celle de gardien d’une équipe de hockey. Si tu as un bon gardien, tu as une bonne équipe, et nous savons que nous avons un bon gardien. »