Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Paul Maurice prêt pour un nouveau défi à la barre des Jets

lundi 2014-01-13 / 18:53 / LNH.com - Nouvelles

Par Patrick Williams - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Paul Maurice prêt pour un nouveau défi à la barre des Jets
Paul Maurice prêt pour un nouveau défi à la barre des Jets

WINNIPEG – Paul Maurice en était à sa première journée de travail dans son nouveau poste d’entraîneur-chef des Jets de Winnipeg, lundi.

L’homme de 46 ans, qui a 1084 matchs d’expérience comme entraîneur dans la LNH, est arrivé à Winnipeg dimanche soir, a brièvement rencontré sa nouvelle équipe lundi et a dirigé son premier entraînement matinal au MTS Centre en vue du match de lundi contre les Coyotes de Phoenix.

Maurice a dirigé les Whalers de Hartford/Hurricanes de la Caroline lors de deux séjours différents, entre lesquels il a été derrière le banc des Maple Leafs de Toronto. Le dernier match de Maurice comme entraîneur dans la ligue remonte à 2011, avant que les Hurricanes le remplacent par Kirk Muller. Maurice a passé la saison 2012-13 dans la KHL avec le Metallurg de Magnitogorsk en Russie.

Le directeur général des Jets, Kevin Cheveldayoff, est entré en contact la semaine dernière avec Maurice, qui travaillait comme analyste pour le réseau TSN cette saison, afin de mesurer son possible intérêt pour le poste d’entraîneur des Jets en relève à Claude Noel.

« C’était très, très rapide », a dit Maurice de ses négociations avec Cheveldayoff. « Ça n’a pas pris trop de temps. Je voulais être ici. »

Maurice a cité la grosseur de l’équipe, sa vitesse et sa jeunesse comme éléments qui l’ont attiré vers ce boulot. Cependant, il a également parlé du besoin des Jets de « jouer un style qui comporte un élément défensif » comme l’un de ses plus grands défis. La moyenne de 3,00 buts accordés par match des Jets les place au 26e rang de la ligue, et leur différentiel de moins-17 les classe au 23e échelon au total.

Les Jets figurent au tout dernier rang de la section centrale et ont perdu leurs cinq derniers matchs, donc Maurice a reconnu qu’il s’amenait dans une situation difficile.

« Cette équipe est aussi bonne que sa fiche, a déclaré Maurice. Aucune équipe n’est meilleure que sa fiche. Prends ces statistiques et collent-les contre ton cœur, parce qu’on a obtenu tout ce qu’on méritait.

« [Les joueurs] veulent simplement que cette [séquence de défaites] s’arrête. Ils veulent que la colère – la frustration des partisans est la même que celle dans le vestiaire – arrête. C’est au personnel d’entraîneurs de leur montrer comment y arriver. »

Maurice a indiqué qu’une participation aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley était l’un de ses objectifs. Elle serait la première de l’organisation depuis 2007, mais Maurice sait qu’un tel objectif ne sera pas évident à accomplir pour une équipe qui présente actuellement un dossier de 19-23-5.

« Écoutez, il n’y a pas beaucoup de chair autour de l’os, et nous sommes très loin [d’être dans la course aux séries]. Et il ne reste plus beaucoup de temps, a dit Maurice. Ce sont des faits. On a joué 47 matchs de hockey, et on en a gagnés 14 [en temps réglementaire ou en prolongation]. On a une grosse montagne à escalader, il n’y a pas de doutes. »

Mais Maurice croit qu’il y a des raisons d’être optimistes à Winnipeg. Comment pourrait-il avoir un impact sur une équipe qui en est maintenant à son quatrième entraîneur depuis le début de la saison 2008-09?

« On doit devenir une équipe de hockey plus patiente, a indiqué Maurice. Mais ça n’a rien à voir avec de la passivité. On doit être agressifs, mais patients et confiants quant au style de jeu qu’on va adopter et qu’on va jouer, peu importe l’adversité, et confiants qu’on va avoir du succès en faisant cela. »

Maurice tentera aussi de mieux définir les rôles de chaque joueur, tout en gardant un œil sur l’optique de rebâtir un club plus responsable défensivement. Une partie de ce défi sera de regrouper une équipe en difficultés et de convaincre ses joueurs d’adhérer à son système.

« Tu dois avoir des valeurs fondamentales auxquelles tu crois, a dit Maurice. Et les joueurs dans ce vestiaire vont soit croire en ces valeurs, soit ils n’y croiront pas. Et s’ils n’y croient pas, ils ne peuvent pas rester dans ce vestiaire. En même temps, mon travail est de motiver ces joueurs. Mon travail est de trouver un moyen de leur trouver une place dans cette équipe pour qu’ils y croient. »

Avec plus de deux ans loin de la ligue et l’opportunité d’être témoin d’un style de hockey différent dans la KHL, Maurice retourne derrière un banc de la LNH avec le sentiment d’avoir les batteries rechargées.

« Je ne peux pas exprimer à quel point je suis heureux et excité à l’idée d’être derrière ce banc [lundi], parce que c’est la meilleure ligue au monde avec les meilleurs joueurs, a mentionné Maurice. La passion que j’ai pour le sport en tant qu’entraîneur est même beaucoup plus intense que lorsque j’ai commencé. Ça ne fait que grandir. J’adore ce sport, tout simplement.

« Je suis à Winnipeg avec ce groupe en grande partie parce que je pense qu’on peut réussir quelque chose de spécial. »

 

La LNH sur Facebook