Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    La recrue des Stars Nichushkin continue de progresser et gagne sa place aux Olympiques

    lundi 2014-01-13 / 3:00 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Tal Pinchevsky - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    La recrue des Stars Nichushkin continue de progresser et gagne sa place aux Olympiques
    Les succès de la recrue des Stars de Dallas Valeri Nichushkin au sein de l’un des meilleurs trios de la LNH lui ont valu un immense honneur la semaine dernière alors qu’il a été sélectionné par l’équipe olympique russe.

    À l’approche du repêchage de 2013 de la LNH, le mot qui était le plus souvent associé à l’espoir russe Valeri Nichushkin était « si ».

    S’il peut s’adapter aux plus petites patinoires...

    S’il surmonte le choc culturel à son arrivée en Amérique du Nord…

    S’il trouve un moyen de rompre son contrat dans la Ligue continentale de hockey…

    Ce scepticisme explique pourquoi le talentueux attaquant originaire de Tcheliabinsk n’a été sélectionné qu’au 10e rang par les Stars de Dallas. Depuis, la direction des Stars s’est engagée à donner la chance à l’énigmatique Russe de se tailler un poste avec la formation dès le début de la campagne 2013-14.

    Personne ne s’attendait à ce que l’ailier droit de 18 ans et de 6 pieds et 4 pouces performe aussi bien qu’il l’a fait jusqu’à maintenant à sa première saison dans la LNH.

    Après avoir amassé seulement deux mentions d’aides à ses 12 premières parties dans la ligue, Nichushkin s’est épanoui aux côtés du capitaine Jamie Benn et du meilleur marqueur des Stars Tyler Seguin au sein du premier trio de l’équipe. Il compte 9 buts et 22 points en 43 matchs.

    « Tout le monde sait que j’ai connu un mauvais début de saison, mais je n’ai pas paniqué et j’ai continué de travailler pour m’améliorer », a révélé Nichushkin au site Web russe de LNH.com. « Je n’ai pas connu du succès immédiatement, mais c’est venu avec le temps. J’ai l’impression que les choses continuent de s’améliorer. C’est plus facile depuis que j’obtiens de bons résultats. »

    Les succès de la recrue au sein de l’un des meilleurs trios de la LNH lui ont valu un immense honneur la semaine dernière alors qu’il a été sélectionné par l’équipe olympique russe.

    « Je savais qu’il avait beaucoup de potentiel, mais je ne me doutais pas qu’il allait devenir si bon aussi rapidement, a déclaré Benn. Ce n’est pas facile de venir ici pour un jeune Russe de 18 ans et de s’adapter au style de vie et au jeu nord-américain. Pourtant, il s’est très bien adapté à notre style de jeu. »

    La transition n’a pas été facile. À son arrivée au Texas pour le camp des recrues des Stars, Nichushkin a été accueilli par des amis de la famille du président des Stars Jim Lites, qui sait très bien comment gérer les Européens de l’Est. Alors qu’il faisait partie de l’organisation des Red Wings de Detroit dans les années 1980 et 1990, il a organisé la défection de joueurs d’Europe de l’Est, tels que Petr Klima et Sergei Fedorov.

    Jumelé à une famille américaine qui ne parle pas le russe, Nichushkin a immédiatement commencé à apprendre l’anglais avec l’aide d’un tuteur qui visitait la maison régulièrement. Quand il n’étudiait pas avec son tuteur, il passait la plus grande partie de son temps avec son coéquipier Sergei Gonchar, le vétéran défenseur originaire lui aussi de Tcheliabinsk.

    « Sur la route, on est presque toujours ensemble, a affirmé Gonchar. Je dois le féliciter parce qu’il se débrouille très bien. Il apprend la langue et il s’améliore constamment. »

    Il a même une phrase fétiche en anglais que ses coéquipiers connaissent très bien maintenant : « I am Val Nichushkin (Je suis Val Nichushkin). »

    Environ un mois après le début de la saison, la visite de sa mère et de sa sœur ont facilité davantage la période de transition de Nichushkin. C’est à ce moment que l’adolescent russe s’est installé dans son propre appartement avec l’aide précieuse de sa famille.

    « Ils l’ont aidé à se trouver un appartement et des meubles. Il était très content, a ajouté Gonchar. Évidemment, maman lui a cuisiné de bons plats maisons. Il n’y a rien de mieux que ça. »

    Pratiquement au même moment, Nichushkin a connu une séquence de 12 points en 14 matchs en décembre. Cette explosion offensive, marquée par une soirée de quatre points le 7 décembre contre les Flyers de Philadelphie, a attiré l’attention de la ligue et du Comité olympique russe.

    Les compagnons de trio de Nichushkin ont été particulièrement impressionnés par le jeu de la recrue. Benn a encensé son jeune coéquipier en le comparant à l’un des meilleurs joueurs au monde.

    « Il me rappelle [Evgeni Malkin] par son gabarit et sa façon de patiner. Il est très puissant et très excitant à regarder », a déclaré le capitaine des Stars, qui représentera le Canada aux Olympiques de 2014. « Faire l’équipe [olympique russe] est tout un exploit pour un jeune de 18 ans. Il le mérite totalement. Ce sera agréable de le voir jouer sur une grande patinoire. »

    Si Benn était heureux d’apprendre qu’il allait à Sotchi, Nichushkin, lui, flottait sur un nuage. L’appel lui annonçant qu’il ferait partie de la mythique équipe nationale russe est l’un des plus beaux moments de sa jeune carrière. Les réactions de ses amis et de sa famille ont fusé de toute part.

    « J’ai reçu beaucoup d’appels et de messages de plusieurs personnes, alors la pile de mon téléphone s’est vite épuisée. Tout le monde me félicitait et me souhaitait bonne chance », a raconté Nichushkin, qui a rencontré le directeur général de l’équipe russe Alexei Kasatonov à Long Island la nuit avant l’annonce de la formation finale. « On a parlé de mon rendement et il a mentionné l’équipe olympique, mais il n’a pas dit si j’en faisais partie. Donc, inutile de dire que je n’ai pas bien dormi cette nuit-là. »

    Nichushkin sera l’un des plus jeunes joueurs présents au tournoi olympique, alors les défis seront nombreux. Il pourra cependant compter sur les conseils de son mentor, Gonchar, à l’aube de cette nouvelle expérience. Le vétéran défenseur a participé à quatre jeux olympiques pour la Russie et il a remporté l’argent à Nagano en 1998 et le bronze à Salt Lake City en 2002.

    « Toute la fébrilité et toutes les choses qui vous entourent peuvent rendre cette expérience déroutante. Il faut rester concentrer. Je suis certain qu’on va en parler et je suis convaincu qu’il sera prêt », a expliqué Gonchar, qui n’a pas été retenu par l’équipe russe pour les jeux de Sotchi. « Il aura l’occasion de jouer avec les meilleurs, alors il pourra apprendre seulement en les côtoyant. Il aura la chance d’apprendre des meilleurs à un très jeune âge. Ça va lui donner de la confiance et il sera encore meilleur à son retour. »

    Et c’est justement ce que les défenseurs adverses craignent. La jeune étoile montante des Stars pourrait être encore meilleure à son retour de Sotchi.