Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

P.K. Subban assure qu’il comprend le message de son entraîneur Michel Therrien

vendredi 2014-01-10 / 15:33 / LNH.com - Nouvelles

Par Richard Milo - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


P.K. Subban assure qu’il comprend le message de son entraîneur Michel Therrien
P.K. Subban assure qu’il comprend le message de son entraîneur Michel Therrien

BROSSARD - Mis en pénitence à Philadelphie, P.K. Subban a compris le message.

Au lendemain de sa sélection avec Carey Price dans l’équipe canadienne, Subban a été cloué au banc pendant la première moitié de la troisième période même si le Canadien de Montréal tirait de l’arrière par deux buts dans la défaite de 3-1 contre les Flyers de Philadelphie, mercredi.

L’entraîneur-chef Michel Therrien n’a pas apprécié sa mauvaise pénalité pour rudesse lors d’une mêlée après la fin de la deuxième période.

« C’est la décision de l’entraîneur », a lancé Subban à l'issue de l’entraînement, vendredi matin. « On a une équipe ici. Ce fut son verdict. Je l’ai accepté et quand j’ai eu la chance de jouer ensuite, j’ai fait mon travail. Il est l’entraîneur et au bout du compte, il doit prendre des décisions dans les meilleurs intérêts de l’équipe.

« Ce n’est pas l’équipe de P.K., ce n’est pas l’équipe de Carey, a-t-il tranché. C’est le Canadien de Montréal. Tout le monde doit suivre les mêmes règlements. Si ça arrive à quelqu’un d’autre, la même chose va se produire. »

Gagnant du trophée Norris la saison dernière, Subban est le joueur le plus productif du Canadien avec 33 points, sept buts et 26 passes, en plus d’afficher un différentiel de plus-13, un sommet dans l’équipe.

Si Therrien peut sévir contre Subban, qui est un des meilleurs dans la Ligue nationale, aucun joueur n’est à l’abri s’il déroge au concept d’équipe.

« Je pense qu’il [Subban] a compris », a commenté Josh Gorges. « Peu importe ce qui se passe, ici c’est l’équipe qui vient en premier pour remporter des matchs. Peu importe qui on est, quelle est sa position. L’équipe vient en premier. Je pense que c’est la philosophie que les entraîneurs et le directeur général ont voulu amener ici quand ils sont arrivés et qu’ils veulent maintenir. »

« Il faut que tout le monde soit responsable de ses actions », a renchéri Price, selon lequel Subban a acquis suffisamment de maturité pour comprendre le message. « On essaie de gagner des matchs et on ne peut pas le faire quand on joue à court d’un joueur. Je pense que c’est important dans notre équipe que tout le monde le réalise. »

Une grosse histoire

Therrien a été surpris que sa décision de laisser Subban sur le banc fasse une aussi grosse histoire.

« Je prends toujours mes décisions en fonction du bien de l’équipe, a expliqué Therrien. Ça ne changera pas. Je suis très conscient qu’on est dans un marché où il y a beaucoup d’émotions mais pour moi, le résultat à long terme est très important.

« Je suis conscient du marché dans lequel je dois travailler mais il faut que je fasse abstraction de ça, a-t-il souligné. Je prends mes décisions pour le bien de l’équipe. C’est ensemble, avec de bonnes attitudes, qu’on va être capable d’accomplir de bonnes choses. »

Selon lui, Subban a raté quatre présences pendant les environ huit minutes qu’il a été cloué au banc contre les Flyers, ce qui n’est pas énorme.

« Les joueurs savent où on s’en va avec la discipline d’équipe, a souligné Therrien. J’ai eu une conversation avec P.K. ce matin. Il était au courant des raisons pour lesquelles j’ai pris cette décision. Il semblait d’accord. Dans le passé, on a réagi de la même façon avec d’autres. Il faut être honnête envers tout le monde. Quand tu es honnête avec tout le monde, tu marches la tête haute et tu peux regarder tout le monde dans les yeux.

« Tout ce qu’on fait pour l’équipe va passer en premier, a-t-il insisté. Aucun joueur ne veut être traité différemment, surtout pour ce genre de choses. Nous voulons que P.K. soit un leader dans notre équipe pendant longtemps. Ça fait partie de ce processus. »

Aux Olympiques

Mais n’est-il pas trop sévère avec Subban ? Ne devrait-il pas avoir la même marge de manœuvre que des joueurs étoiles comme Sidney Crosby à Pittsburgh ou Jonathan Toews à Chicago, par exemple ?

« On travaille étroitement avec P.K, a noté Therrien. Il a besoin d’un bon encadrement pour bien performer et on doit s’assurer de lui donner un tel encadrement pour soutirer le maximum d’un joueur comme lui. »

Plus tôt cette saison, Therrien avait semoncé Subban en lui attribuant la responsabilité d’une défaite de 4-1 au Colorado, le 2 novembre.

« Il avait un travail à faire en début de saison et sa concentration n’était pas là, a expliqué Therrien. On a décidé d’y aller avec une sortie pour attirer son attention. C’est à ce moment qu’il a commencé à jouer du hockey. À partir de là, c’est là qu’il a élevé son jeu à un autre niveau, qu’il a porté plus d’attention aux détails, et c’est une des raisons pour lesquelles il a été capable de se tailler une place aux Olympiques. S’il continuait comme lors du premier mois et demi, je ne suis pas sûr qu’il aurait été là et si j’étais resté les bras croisés, à faire le bon gars en lui disant c’est beau et continue, au bout de la ligne il n’aurait pas été récompensé en allant aux Jeux olympiques. Je me serais dit, en me couchant le soir, que je n’ai pas fait mon travail.

« Quand il a été nommé dans l’équipe olympique, a rappelé Therrien, je l’ai félicité et je lui ai dit que c’était une occasion exceptionnelle d’être entouré de grands gagnants et de jeunes bons leaders comme Crosby, Toews, et d’apprendre. Si t’es capable de rentrer dans ta valise l’expérience de côtoyer de grands athlètes, ça va faire de toi et un grand leader et ça va faire de toi un meilleur joueur éventuellement. »

Un gros test

Le Canadien traverse une période difficile, n’ayant remporté que six victoires à ses 14 derniers matchs (6-6-2), et il n’aura pas la partie facile contre les Blackhawks de Chicago au Centre Bell, samedi.

Son jeu de puissance a été tenu en échec lors des trois derniers matchs (0-en-11) et il était approprié qu’il entreprenne l’entraînement vendredi en travaillant pendant plusieurs minutes sur l’avantage numérique.

« Notre avantage doit être meilleur, a admis Therrien. On l'a abordé avec notre équipe, notre exécution doit être meilleure et notre prise de décisions avec la rondelle aussi. On semble un peu mêlé. »

Max Pacioretty était le seul absent à l’entraînement. Il a obtenu la permission de retourner chez lui au Connecticut après la rencontre à Philadelphie pour voir son fils Lorenzo, qui est né le 23 décembre. Il sera de retour pour affronter les Blackhawks.

« Ce sera un gros test contre les Blackhawks, a reconnu Gorges. C’est probablement la meilleure équipe dans la Ligue nationale. Il y a beaucoup de travail qui nous attend. Il faudra s’assurer d’avoir le bon état d’esprit, de ne pas jouer comme si on était craintif ou qu’on avait peur. Il faudra se concentrer sur nous, être agressif et jouer comme on peut le faire. »

 

La LNH sur Facebook