Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Touchette : Un grand absent au sein de l’Équipe Canada, Martin St. Louis

    mardi 2014-01-07 / 15:29 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Touchette : Un grand absent au sein de l’Équipe Canada, Martin St. Louis
    Pourquoi Martin St. Louis, boudé à Vancouver, n'a pas été sélectionné au sein d'Équipe Canada en vue des Jeux de Sotchi ?

    Pas question de monter sur mes grands chevaux.

    Pas question non plus de tomber à pieds joints sur Steve Yzerman et ses lieutenants, qui ont largement gagné le bénéfice du doute en sélectionnant l'équipe, qui, faut-il le rappeler, a gagné l'or, il y a quatre ans, à Vancouver.

    Les gagnants, c'est connu, n'ont jamais tort.

    Mais comme bien d'autres, je me pose la question: pourquoi Martin St. Louis, boudé à Vancouver, n'a pas été sélectionné au sein d'Équipe Canada en vue des Jeux de Sotchi ?

    Un rêve, bien souvent, tient à peu de choses. Celui de St. Louis s'est évanoui d'un seul trait, mardi

    après-midi, à Toronto lors du dévoilement des effectifs de l'équipe canadienne. Dommage.

    Sur le coup, j'ai failli tomber de ma chaise.

    « Pincez-moi quelqu'un », que me je me suis dit.

    St. Louis était sur ma liste. Et pour plusieurs raisons: pas plus tard que l'an passé, il a remporté le championnat des marqueurs et, mieux encore, il tient le Lightning de Tampa Bay, privé de son meilleur marqueur Steven Stamkos, à bout de bras depuis le début de la saison en compagnie du gardien Ben Bishop.

    Ce n'est pas tout. St. Louis est à la fois un leader et une boule d'énergie capable de faire basculer un

    match à tout moment. Capable aussi de rallumer une équipe qui sommeille, capable d'assumer

    ses responsabilités défensives.

    Bref, il réunit tous les critères et plus encore.

    L'embarras du choix

    Mais Yzerman et ses lieutenants ont dit non merci. Dur à comprendre, en effet.

    Les décideurs d'Équipe Canada, on s'entend, avaient l'embarras du choix. Ils avaient suffisamment de talent sous la main pour composer non pas une, mais deux équipes représentatives ce qui, évidemment, les a contraint à faire quelques choix déchirants. On n'a qu'à penser à Joe Thornton et Claude Giroux, entre autres, qui ont été laissés de côté.

    St. Louis a-t-il été victime de ses 38 ans ? À cela, je vous répondrai que Teemu Selanne, à 43 ans, sera de la formation finlandaise aux Jeux. Et St. Louis connait une bien meilleure saison que le vénérable Selanne.

    « Ce fut une décision très difficile », a répété Yzerman.

    On n'en doute pas. Le Canada, assurément, misera sur une équipe de premier-plan, une équipe qui sera épargnée par la critique uniquement si elle ramène l'or.

    Mais St. Louis aurait quand même dû avoir sa place. Somme toute, l'histoire se répète. À une certaine époque, personne n'en voulait, lui qui n'a même pas été repêché. Au fil des ans, plusieurs équipes

    s'en sont mordu les doigts. Et deux fois mieux qu'une.

    Est-ce que le Canada se mordra les doigts à son tour ? Sotchi nous le dira.

    Parmi les six ?

    Pour le reste, il n'y pas eu de grande surprise à signaler.

    L'absence de Claude Giroux ? De toute évidence, il a été victime de son atroce début de saison.

    Cela dit, les sélections de Jamie Benn et Jeff Carter m'ont un peu surpris.

    Celle de Rick Nash ? Pas vraiment. Cette année, il a été ralenti par les blessures. Lorsqu'il est en santé, il appartient certainement à l'élite. Un gros ailier rapide et puissant aura toujours sa place que ce soit à Sotchi, à New York ou à ... Mont-Laurier !

    Par ailleurs, la sélection de P.K. Subban a cloué le bec de ses dénigreurs.

    Personnellement, je n'ai jamais douté de sa présence à Sotchi.

    C'est vrai que le défenseur du Canadien de Montréal commet parfois des erreurs dans sa zone, mais il n'en demeure pas moins l'un des défenseurs les plus complets de la LNH. Et un joueur de pointe exceptionnel pendant les supériorités numériques.

    Il est également un joueur énergique et émotif capable d'enflammer une équipe. Et l'émotion, qu'on le veuille ou non, pèse parfois lourd dans un tournoi olympique.

    Une question demeure, cependant: sera-t-il au nombre des six premiers défenseurs de l'équipe ?

    Lui seul détient la réponse.

     

    La LNH sur Facebook