Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Quatorze joueurs à surveiller en deuxième moitié de saison

mardi 2014-01-07 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

La première moitié de la saison 2013-14 de la LNH a été fertile en rebondissements, mais la deuxième portion du calendrier pourrait fort bien nous réserver de nouvelles intrigues, en plus de voir se dénouer celles qui se sont développées au cours des premiers mois de la campagne.

Plusieurs des vedettes de la première moitié de saison étaient inattendues, comme les jeunes recrues Tomas Hertl et Seth Jones, de jeunes joueurs qui avaient fait preuve d’inconstance par le passé tels que Cam Fowler et Tyler Seguin, ainsi que des vétérans qui ont atteint de nouveaux sommets comme Alexander Steen et Josh Harding. Certaines des plus grandes étoiles de la ligue ont été tenues à l’écart en raison de blessures, et d’autres joueurs se sont levés pour prendre leur place.

Qui sont ces joueurs qui pourraient venir modifier le scénario de la saison 2013-14 et jouer un rôle important en deuxième moitié de campagne? Voici quatorze noms à retenir alors que la deuxième portion du calendrier nous amènera à la pause olympique, à la date limite des échanges et aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Jonathan Quick, Kings de Los Angeles

Les Kings sont parvenus à demeurer parmi le groupe des meilleures équipes de la LNH malgré le fait que Quick n’affiche pas la forme des deux dernières séries éliminatoires, en plus de rater près de deux mois d’activité en raison d’une blessure à un genou. Martin Jones et Ben Scrivens ont tous deux agréablement surpris, mais les Kings représentent probablement un plus grand défi pour les Blackhawks de Chicago s’ils peuvent compter sur Quick en santé, et que ce dernier affiche sa forme des beaux jours. Si cela se produit au cours des prochaines semaines, les États-Unis seront peut-être aussi un adversaire plus redoutable aux Jeux olympiques 2014 de Sotchi.

Evgeni Malkin, Penguins de Pittsburgh

Malkin a récolté 26 points à ses 13 derniers matchs. Le problème est qu’il a raté trois semaines de jeu au cours de cette période. Après un début de campagne difficile, le grand joueur de centre russe a semblé être le principal rival de Sidney Crosby dans la course au trophée Art Ross pendant environ une semaine avant de se blesser. Les Penguins ont rarement pu compter à la fois sur Malkin et Crosby à 100 pour cent de leurs capacités au cours des quatre dernières saisons. La Russie aura aussi besoin que le « Grand Geno » s’impose à Sotchi le mois prochain.

Steven Stamkos, Lightning de Tampa Bay

Stamkos s’était approprié le titre de « meilleur buteur au monde », mais le prochain nom sur cette liste lui fait une chaude lutte grâce à une superbe fin de saison en 2012-13 ainsi qu’un début de saison incroyable cette année. Alors que le débat Crosby contre Alex Ovechkin représentait la rivalité individuelle la plus importante de la LNH, la lutte entre Stamkos et Ovechkin pour le titre de « meilleur buteur » se veut un débat intéressant. Stamkos veut toujours participer aux Jeux olympiques de Sotchi, ce qui représenterait un dénouement remarquable après sa longue récupération à la suite d’une blessure à la jambe.

Alex Ovechkin, Capitals de Washington

Ovechkin marque des buts à un rythme effréné, mais il a été plutôt malchanceux lorsque ses coéquipiers tiraient au but alors qu’il se trouvait sur la glace. Selon ExtraSkater.com, seulement 5,3 pour cent des lancers de Washington à cinq contre cinq ont pénétré dans le filet lorsqu’Ovechkin se trouvait sur la patinoire. N’oubliez pas, cela inclut tous les tirs d’Ovechkin, et il occupe le premier rang de la LNH au chapitre des buts inscrits à égalité numérique. Il est fort probable que davantage de tirs de ses coéquipiers se transforment en buts en deuxième moitié de saison, ce qui pourrait donner à Ovechkin plus de mentions d’aide. Une bonne deuxième moitié de campagne peut faire des merveilles pour la candidature d’un joueur à un trophée majeur… comme dans le cas d’Ovechkin la saison dernière.

Zdeno Chara, Bruins de Boston

Parmi les 50 joueurs présentant le plus bas pourcentage de tirs d’équipe à égalité numérique, Zdeno Chara est à égalité au premier rang au chapitre du pourcentage Fenwick pour (55,9 pour cent) et arrive au deuxième rang derrière le défenseur Anton Stralman des Rangers de New York en ce qui concerne le pourcentage Corsi pour (55,7 pour cent, un dixième derrière Stralman). Il est parvenu à afficher ces statistiques malgré le fait qu’il affronte une compétition plus forte que tous ses coéquipiers. Il doit être l’un des plus sérieux candidats au trophée Norris, et une meilleure collecte de points attribuable à un peu plus de chance aiderait certainement sa cause.

Zach Parisé/Mikko Koivu/Jason Pominville, Wild du Minnesota

Si ce trio d’attaquants du Wild n’évolue pas toujours ensemble à forces égales, il lui est arrivé de le faire par le passé. Ils ont tous été plutôt malchanceux, alors que le pourcentage de tirs de l’équipe se situe sous les sept pour cent lorsqu’un de ces joueurs se trouve sur la glace à forces égales. Est-ce que ce problème pourrait empêcher ces trois joueurs de relancer le Minnesota? Les statistiques générales de possession de rondelle de l’équipe sont en constante régression après un excellent début de saison, et le Wild est passé d’une équipe appartenant à l’élite à une équipe de milieu de peloton. Une meilleure production de la part de ces trois joueurs serait la bienvenue, mais il se pourrait que ce ne soit pas suffisant pour permettre au Wild de sortir de sa mauvaise séquence. Koivu devrait aussi rater un mois d’activité à la suite d’une opération à la cheville, ce qui n’aide en rien la cause de l’équipe.

Eric Staal/Alexander Semin, Hurricanes de la Caroline

Staal et Semin ont fait équipe avec Jiri Tlusty afin de former l’un des trios les plus productifs (et sous-estimés) de la LNH la saison dernière. Pour différentes raisons, les choses ne se sont pas passées de la même manière cette année. Staal a amorcé la campagne au ralenti, en partie parce qu’il avait subi une blessure au genou au Championnat du monde de l’IIHF 2013. Semin a été tenu à l’écart du jeu en raison d’une commotion cérébrale et Tlusty est actuellement blessé, lui qui a dû subir une appendicectomie d’urgence. Lorsque Staal ou Semin se trouve sur la patinoire à forces égales, l’équipe ne convertit même pas sept pour cent de ses lancers. D'un point de vue personnel, Semin affiche le pire pourcentage de tirs de sa carrière avec 6,5 pour cent, et celui de Staal n’a pas été aussi bas depuis son année recrue. Une bonne deuxième moitié de saison de ces deux joueurs pourrait propulser les Hurricanes en séries dans la très faible division Métropolitaine.

Rick Nash/Derek Stepan, Rangers de New York

Puisque l’on parle de compagnons de trio occasionnels, Nash et Stepan devraient être les deux principales armes offensives des Rangers. Cependant, Stepan se trouve au troisième rang des pointeurs de son équipe alors que Nash, qui a raté beaucoup de rencontres en raison d’une commotion cérébrale, occupe le huitième rang. Aucun de ces deux joueurs n’a un pourcentage de tirs supérieur à sept pour cent, alors la malchance explique peut-être en partie ces résultats. Les Rangers seraient une équipe bien différente si Stepan et Nash accumulaient un point par rencontre pendant la deuxième moitié de la campagne.

Evander Kane, Jets de Winnipeg

Kane a toujours lancé souvent au filet, et il occupe d’ailleurs le deuxième rang de la ligue derrière Ovechkin avec une moyenne de 4,4 lancers par rencontre. 23 de ses 164 lancers ont été décochés alors que les Jets évoluaient en avantage numérique, et un seul de ces tirs s’est retrouvé au fond du filet. S’il pouvait être un peu plus chanceux, particulièrement en supériorité numérique, Kane pourrait connaître une saison de 35 buts.

Nail Yakupov, Oilers d’Edmonton

« Yak City » a éprouvé beaucoup de difficultés en première moitié de saison. Rayé de l’alignement, confiné au quatrième trio, retiré des unités spéciales… il a reçu beaucoup plus de bâton que de carotte de la part du nouvel entraîneur Dallas Eakins. L’équipe ne marque que sur 6,9 pour cent de ses lancers lorsque Yakupov est sur la glace à forces égales, mais le vrai problème est que les gardiens ne maintiennent qu’un pourcentage d’arrêts de ,868 à cinq contre cinq quand le jeune attaquant russe se trouve sur la patinoire. Est-ce que Yakupov est en partie responsable de cette statistique en raison de son jeu défensif sous la moyenne? Probablement, mais si les gardiens élevaient leur jeu d’un cran derrière lui, Yakupov pourrait jouer avec un peu plus de confiance, ce qui lui permettrait peut-être de voir plus de temps de glace. Yakupov a prouvé la saison dernière qu’il peut marquer sa part de buts lorsqu’il est dans une bonne séquence.

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
Montréal mène la série 1-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
New York mène la série 1-0
vs.
Le Colorado mène la série 1-0
vs.
St. Louis mène la série 1-0
vs.
Anaheim mène la série 1-0
vs.
San Jose mène la série 1-0
 

La LNH sur Facebook