Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Demi-finales du CMHJ: Canada vs Finlande; Suède vs Russie

vendredi 2014-01-03 / 0:24 / LNH.com - Nouvelles

Par Mike G. Morreale - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Demi-finales du CMHJ: Canada vs Finlande; Suède vs Russie
Demi-finales du CMHJ: Canada vs Finlande; Suède vs Russie

La ronde des demi-finales du Championnat mondial de hockey junior 2014 sera présentée samedi quand le Canada affrontera la Finlande et que la Suède se mesurera à la Russie.

Les survivants se feront face lors du match de la médaille d’or prévu dimanche à 13 h 00 H.E. (RDS, TSN). La rencontre de la médaille de bronze aura quant à elle lieu à 9 h 00 H.E. au Malmö Arena.

L’équipe canadienne junior en est à sa 16e présence de suite dans le carré d’as. Les Suédois en sont de leur côté à une huitième apparition d’affilée en demi-finale et ce sera la quatrième fois consécutive pour la Russie. La Finlande n’avait pas réussi à se rendre jusqu’à la ronde des médailles lors du tournoi de 2013, et ce n’est que la deuxième fois en huit ans que le pays aura la chance de jouer pour une médaille.

Il y aura certainement une nouvelle équipe championne dimanche puisque la Russie a vaincu les États-Unis, les champions en titre de la médaille d’or, 5-3 en quarts de finale jeudi. Toujours en quarts, le Canada a battu la Suisse 4-1, la Suède a blanchi la Slovaquie 6-0 et la Finlande a défait la République tchèque 5-3.

Voici une analyse plus en profondeur des duels de demi-finales de samedi:

CANADA vs FINLANDE, 13 h 30 H.E. (RDS, TSN)

ÉCJ a eu la main heureuse face à la Finlande au cours des dernières années au CMHJ, remportant leurs huit derniers duels.

Le Canada présente une fiche de 22-7-6 à vie contre les Finlandais et l’a même emporté 4-2 contre eux en ronde préliminaire le 20 décembre. Mais peu importe, l’entraîneur des Canadiens, Brent Sutter, sait que son équipe ne prendra rien pour acquis. Après tout, le Canada n’a pas remporté la médaille d’or à ce tournoi depuis 2009, et il y a à peine un an le pays a terminé sans médaille pour la première fois depuis 1998.

« Il y a encore beaucoup de travail à faire », a déclaré le défenseur du Canada Griffin Reinhart jeudi. « On s’attend à être fidèles à nous-mêmes, mais on sait que ce n’est pas encore terminé. On ne peut rien prendre à la légère. On doit disputer chaque match comme si c’était notre dernier. »

Sutter, qui a mené le Canada à des médailles d’or en 2005 et 2006, abonde dans le même sens.

« La parité dans ce tournoi est vraiment forte, a-t-il dit. Si tu ne joues pas au niveau que tu devrais jouer, tu peux être battu à tout moment. »

Le Canada a été mené à l’attaque par Anthony Mantha (Red Wings de Detroit) avec cinq buts et 11 points, Jonathan Drouin (Lightning de Tampa Bay) avec deux buts et huit points, Curtis Lazar (Sénateurs d’Ottawa) avec trois buts et six points et Nicolas Petan (Jets de Winnipeg) avec quatre buts et cinq points. Samuel Reinhart, un espoir classé A sur la liste de décembre des joueurs à surveiller du Bureau central de dépistage en vue du repêchage 2014, a produit deux buts et cinq points.

Défensivement, Derrick Pouliot (Penguins de Pittsburgh) a marqué un but et amassé quatre points. Griffin Reinhart (Islanders de New York), qui a effectué un retour dans la formation contre les États-Unis mardi après avoir terminé de purger sa suspension de quatre matchs dont il avait écopé lors du tournoi de l’an dernier, a eu un impact immédiat autant physiquement qu’en tant que leader.

Il semble que Mathew Dumba (Wild du Minnesota), qui a donné durement contre la bande et raté la deuxième moitié de la deuxième période après que l’attaquant suisse Vincent Praplan l’eut fait trébucher jeudi, sera en mesure d’affronter la Finlande.

Connor McDavid, qui ne sera pas éligible pour le repêchage de la LNH avant 2015, a inscrit un filet et récolté quatre points. Zachary Fucale (Canadien de Montréal) devrait obtenir le départ, son troisième de suite. Il présente une fiche de 2-0-0 avec une moyenne de buts alloués de 2,00 et un pourcentage d’efficacité de ,911 pour le Canada, qui accorde en moyenne 4,6 buts par match.

Les Finlandais possèdent la meilleure unité défensive en désavantage numérique du tournoi, n’allouant qu’un but en 21 occasions. Le pays est également le deuxième à écoper du moins de minutes de pénalité, étant puni en moyenne 11,20 minutes par rencontre.

Offensivement, l’équipe est menée par le capitaine Teuvo Teravainen (Blackhawks de Chicago), qui affiche le meilleur différentiel de l’équipe à plus-7 et qui a neuf points, tous des aides. Saku Maenalanen (Predators de Nashville) a marqué six buts et amassé sept points, alors que Rasmus Kulmala a inscrit un filet et produit quatre points. En défensive, Esa Lindell (Stars de Dallas) figure au sommet de l’équipe avec quatre points (trois aides) et à égalité au troisième rang avec 14 tirs au but. Les Finlandais ont 13 joueurs ayant marqué au moins un but dans le tournoi.

Le gardien qui devrait être d’office contre le Canada, Juuse Saros (Predators de Nashville), affiche un dossier de 3-0-1 avec une moyenne de buts alloués de 1,67 et un pourcentage d’efficacité de ,938.

SUÈDE vs RUSSIE, 9 h 00 H.E. (RDS, TSN)

Les deux équipes ayant marqué le plus de buts du tournoi devraient se livrer tout un duel au Malmö Arena, qui affichera complet pour l’occasion. Mais ne soyez pas surpris si l’affrontement devient un duel de gardiens de but entre le Suédois Oscar Dansk (Blue Jackets de Columbus) et le Russie Andrei Vasilevski (Lightning de Tampa Bay), deux des meilleurs jusqu’à maintenant.

La Suède, qui inscrit en moyenne 5,6 buts par match, peut compter sur 11 joueurs qui étaient de l’équipe qui avait gagné l’argent l’an dernier à Oufa, en Russie, et 10 joueurs qui ont produit quatre points ou plus. Le capitaine de l’équipe, Filip Forsberg (Predators de Nashville), et Elias Lindholm (Hurricanes de la Caroline) évoluaient déjà dans la LNH avant d’être prêtés à la Fédération de hockey suédoise et ont marqué cinq buts et récolté 19 points en tout.

Il y a 15 joueurs de l’équipe suédoise ayant inscrit au moins un filet, et le pays figure au troisième rang aux chapitres du jeu de puissance (35 pour cent) et du désavantage numérique (83 pour cent).

Forsberg, Andre Burakovsky (Capitals de Washington), Alexander Wennberg (Blue Jackets), Andreas Johnson (Maple Leafs de Toronto) et Jacob de la Rose (Canadien) ont tous touché la cible à trois reprises jusqu’à maintenant.

Gustav Olofsson (Wild) figure au premier échelon de tous les défenseurs de l’équipe avec cinq points (quatre aides) et Dansk a récolté quatre victoires, un jeu blanc, une moyenne de buts alloués de 1,75 et un taux d’efficacité de ,927.

La Russie, qui a inscrit 5,2 buts en moyenne par match, est au premier rang en supériorité numérique (43 pour cent) et au deuxième à court d’un homme (85 pour cent). Treize joueurs différents ont fait bouger les cordages pour la Russie et huit ont amassé quatre points et plus, incluant Mikhail Grigorenko (Sabres de Buffalo), Pavel Buchnevich (Rangers de New York) et Anton Slepyshev (Oilers d’Edmonton). Le premier trio, composé de Slepyshev, Grigorenko et Buchnevich, a fourni huit buts et 21 points en cinq rencontres.

Défensivement, Nikita Zadorov (Sabres), qui a inscrit deux buts sur le jeu de puissance dans la victoire des siens face aux Américains jeudi, a marqué quatre fois, récolté cinq points et affiché un différentiel de plus-4. Vasilevski, qui a effectué 30 arrêts contre les États-Unis, présente un dossier de 3-1-0 avec une moyenne de buts alloués de 2,01 et un pourcentage d’efficacité de ,928.

 

La LNH sur Facebook