Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

À l’approche de la mi-saison, le bilan est somme toute positif chez le Canadien

mercredi 2013-12-25 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


À l’approche de la mi-saison, le bilan est somme toute positif chez le Canadien
Malgré une baisse de régime au cours des dernières semaines, le bilan de la saison du Canadien jusqu’à maintenant est somme toute positif

Après une deuxième moitié de calendrier en dents de scie suivie par un exit rapide en cinq matchs face aux Sénateurs d’Ottawa en séries éliminatoires l’an dernier, le Canadien de Montréal a laissé planer beaucoup de questions en vue de la saison 2013-14. Carey Price allait-il être à la hauteur? P.K. Subban allait-il pouvoir répéter ses exploits après avoir remporté le trophée Norris? Le Tricolore allait-il être en mesure de générer davantage d’attaque?

En 38 matchs de saison régulière, le Canadien a répondu aux deux premières questions avec brio, mais il demeure toujours des doutes sur la troisième.

Price et Subban sont de plus en plus près de s’assurer une place au sein de la formation canadienne qui participera aux Jeux de Sotchi en février de par leurs prouesses respectives, et ont été de grands artisans des succès du Canadien en début de campagne.

Mais c’est dans la colonne des buts marqués que ça se gâte chez le Tricolore, qui figure en 22e place de la ligue à l’heure actuelle.

Mais qu’à cela ne tienne, à sa plus longue pause de la saison – un répit de six jours coïncidant avec la pause de Noël dans la LNH –, le CH figure au troisième échelon de la section atlantique et au quatrième rang de l’Association de l’Est, derrière seulement les Penguins de Pittsburgh, les Bruins de Boston et le Lightning de Tampa Bay. Après l’élimination décevante de l’équipe face à des Sénateurs moins bien classés au printemps dernier, force est d’admettre que peu de gens voyaient le Canadien aussi haut au classement.

Mais même si elle a quitté pour son long repos sur une bonne note – le Tricolore a battu de justesse les Predators à Nashville 4-3 en prolongation samedi –, la troupe de Michel Therrien a démontré des signes inquiétants au cours des dernières semaines, notamment avec une séquence de quatre défaites à ses sept dernières rencontres.

Voici un petit récapitulatif de la première portion de saison du Canadien, par position:

ATTAQUANTS

Le « trio des jeunes » (composé de Brendan Gallagher, Lars Eller et Alex Galchenyuk) qui avait tant fait fureur à la fin de la saison 2012-13 a poursuivi sur sa lancée en début de campagne, provoquant de véritables flammèches à l’attaque.

Tomas Plekanec a continué d’être aussi fiable qu’il l’a toujours été dans toutes les situations, lui qui est surtout reconnu pour son brio et son efficacité en désavantage numérique, mais il a également largement participé à l’attaque cette saison avec 12 buts et 23 points, bon pour le deuxième rang des pointeurs de l’équipe, premier parmi les attaquants.

Mais la non uniformité de la contribution offensive des attaquants du Canadien a forcé Therrien à procéder à son lot de modifications de combinaisons de trios au cours des 38 premiers matchs, séparant notamment le prolifique « trio des jeunes » et donnant la chance à Max Pacioretty et David Desharnais de retrouver la magie qui leur avait permis de connaître tellement de succès au cours de leurs carrières.

Après un premier mois et demi difficile pour le duo – qui a d’ailleurs valu au Québécois d’être laissé de côté pendant deux rencontres –, Pacioretty et Desharnais semblent avoir retrouvé leur touche, avec l’Américain qui trône au sommet des buteurs du club (15 buts) et Desharnais qui semble bien loin de retourner regarder des matchs sur la galerie de presse.

La tenue du nouveau venu Daniel Brière est un des problèmes qui a mené aux fréquents changements de combinaisons au sein des trios du Canadien. Celui qui s’est amené à titre de joueur autonome l’été dernier n’a pas encore répondu à l’appel, étant même laissé de côté par son entraîneur contre les Blues de St. Louis jeudi dernier. Que ce soit Brière qui ait de la misère à trouver sa niche à Montréal ou Therrien qui connaisse des difficultés à l’insérer dans sa formation, on devra trouver des solutions rapidement et à temps pour le dernier droit de la saison.

Eller (deux points à ses 10 derniers matchs) – qui semble avoir souffert de sa séparation avec Gallagher et Galchenyuk – et Rene Bourque (qui vient de revenir d’une blessure qui l’a gardé à l’écart pendant sept matchs) en sont d’autres qui peinent à retrouver leur rythme.

De son côté, l’autre acquisition estivale du Canadien, George Parros, n’a pas réussi à amener l’élément robuste que Marc Bergevin recherchait lorsqu’il est allé le chercher, lui qui a été ralenti par deux commotions cérébrales jusqu’à maintenant cette année.

DÉFENSEURS

Les étoiles de l’unité défensive du Tricolore en cette première portion de saison ont sans aucun doute été Subban et Andrei Markov.

Subban – le meilleur marqueur de l’équipe avec 27 points – a attiré les regards de tous les experts concernant sa possible participation aux Jeux olympiques de Sotchi, tandis que le vétéran Markov a retrouvé sa forme des beaux jours et sa fiabilité à tout casser dans le cadre de la dernière année de son contrat de trois saisons.

Son compatriote russe Alexei Emelin, dont l’aspect robustesse a beaucoup manqué au CH l’an dernier alors qu’il a raté une bonne partie de la campagne en raison d’une blessure au genou, a mis du temps à revenir au jeu cette année et n’a pas encore tout à fait retrouvé son air d’allée, mais Bergevin ne semble pas trop s’inquiéter, puisqu’il lui a accordé une prolongation de quatre ans et 16,4 millions $ en octobre avant même qu’il effectue son retour.

Du côté des déceptions, Raphael Diaz ne semble pas avoir déployé son plein potentiel à sa troisième saison avec le Canadien. Celui que certains avaient décrit comme « un défenseur suisse encore plus talentueux que Mark Streit » avant son arrivée dans la LNH donne l’impression de ne pas avoir encore tout à fait trouvé ses repères.

Francis Bouillon (différentiel de moins-10) et Douglas Murray (moins-11), que l’entraîneur fait jouer en alternance la plupart du temps, se sont souvent montrés vulnérables en défensive. Les dures (et très nombreuses) mises en échec distribuées par Murray lui ont cependant donné un avantage ces dernières semaines.

GARDIENS

Price, aussi brillant soit-il, réussira-t-il un jour à faire taire ses détracteurs? Probablement pas, mais ça ne l’a pas empêché de connaître tout un début de campagne en 2013-14.

Le Canadien trône présentement au troisième rang de la ligue au chapitre des buts accordés, et Price en est évidemment grandement responsable. Il figure au sixième échelon des gardiens de la LNH avec son pourcentage d’efficacité de ,932 et sa place au sein de l’équipe nationale olympique est assurée. Reste à savoir s’il y agira à titre de partant ou de réserviste.

L’auxiliaire de Price, Peter Budaj, a encore une fois fait le travail cette année, lui qui avait été récompensé pour ses efforts en obtenant un renouvellement de contrat de deux ans avec l’équipe au printemps dernier. En huit départs cette saison, il n’a subi que deux défaites et a même réalisé un jeu blanc face aux Rangers de New York le 28 octobre.

 

La LNH sur Facebook