Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Rosen : Greene est grandement apprécié au New Jersey

mercredi 2013-12-25 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Rosen : Greene est grandement apprécié au New Jersey
Le défenseur des Devils du New Jersey Andy Greene apprécie le fait que les gens lui demandent comment il se sent de ne pas s’être taillé une place sur la liste des États-Unis pour les Jeux de Sotchi en 2014, mais il est en fait assez surpris d’avoir même fait partie du portrait.

Le défenseur des Devils du New Jersey Andy Greene apprécie le fait que les gens lui demandent comment il se sent de ne pas s’être taillé une place sur la liste des États-Unis pour les Jeux de Sotchi en 2014, mais il est en fait assez surpris d’avoir même fait partie du portrait.

« Pour être honnête avec vous, je crois que j’aurais été encore plus surpris d’être sur cette liste », a dit Greene.

Greene n’a pas à se plier au protocole olympique antidopage administré par l’Agence antidopage américaine puisqu’il n’a pas été inscrit sur la longue liste des États-Unis. Un représentant de USA Hockey a indiqué que les joueurs omis de cette liste ne sont techniquement pas inéligible à participer aux Jeux olympiques puisqu’il y a un processus d’appel, mais c’est clairement plus difficile pour eux.

« Ce n’était honnêtement pas une chose à laquelle je pensais, a mentionné Greene. Ça ne m’a pas du tout traversé l’esprit, d’une manière ou d’une autre; je n’ai été ni déçu ni excité. »

Mais Greene se dit tout de même honoré que l’omission de son nom soit devenue un sujet de discussion.

« Ça veut dire que je fais quelque chose de bien, s’il y a des ‘et si’, a déclaré Greene. Mais ce n’est une chose à laquelle je porte attention. Que je joue à un haut niveau aide notre équipe et c’est comme ça que j’essaie de voir ça. Je ne vais pas m’asseoir et bouder. Selon moi tout arrive pour une raison. »

Greene démontre certainement le même niveau de jeu qu’un joueur qui aurait été grandement considéré pour prendre part aux Jeux olympiques. Il a été le défenseur le plus constant et le plus fiable des Devils, jouant en moyenne 24 minutes par match et menant les défenseurs de l’équipe avec 20 points en 39 rencontres, incluant une soirée de trois points avec un but victorieux dimanche face aux Capitals de Washington.

Greene est facilement l’un des défenseurs no 1 les plus modestes de la LNH. Il se mêle au groupe, mais n’est pas trop exubérant. Il fait rarement des commentaires qui s’éloignent de la philosophie de « l’équipe avant tout » des Devils.

« L’an dernier, il a été sans aucun doute notre meilleur défenseur pendant la saison écourtée et il a poursuivi sur sa lancée cette année », a mentionné l’entraîneur des Devils, Peter DeBoer. « Il joue avec beaucoup de confiance dans toutes les situations et contre les meilleurs joueurs de toutes les équipes. Je n’ai pas vraiment besoin d’en dire plus. »

Eh bien ce n’est pas tout à fait vrai. L’autre élément que Greene a amené aux Devils cette saison est son leadership et ses conseils pour le groupe de jeunes et prometteurs défenseurs. À travers son jeu, Greene a en quelque sorte servi de mentor aux recrues Éric Gelinas et Jon Merrill.

« Il a été d’une très bonne influence parce qu’il joue de la bonne façon, a dit DeBoer. C’est un vrai pro. Il se présente et c’est un gars qui n’a jamais eu tout cuit dans le bec. Il n’a pas été repêché et a travaillé fort pour tout ce qu’il a. C’est super d’avoir des gars comme lui dans le vestiaire. »

Greene a signé avec les Devils en 2006 à titre de joueur non repêché qui sortait de l’Université de Miami (Ohio). Sa seule expérience internationale est survenue lors du Championnat du monde senior en 2010.

« Il est un élément clé de cette équipe et je crois qu’il est un des meilleurs défenseurs de la ligue, a déclaré Merrill. Je ne comprends pas pourquoi il ne reçoit pas plus de crédit, mais il devrait. Il le mérite. »

Reconnaître Lindholm

Le défenseur des Ducks d’Anaheim Hampus Lindholm pourrait être le candidat au trophée Calder le plus sous-estimé cette saison parce qu’il est discret et qu’il fait rarement partie des faits saillants des bulletins sportifs télévisés, sauf s’il marque le but gagnant comme il l’a fait lundi face aux Capitals.

Mais Lindholm doit définitivement être considéré parmi les candidats au Calder à cause de sa constance, sa confiance et son intelligence au hockey.

L’entraîneur des Ducks, Bruce Boudreau, a indiqué que le jeu de Lindholm, un Suédois de 19 ans, sous la pression est ce qu’il y a de plus impressionnant.

« Ça ne le dérange pas, a dit Boudreau. Tu affrontes un de tes plus grands rivaux dans un match énorme et il ne fait que sauter sur la patinoire comme d’habitude et il fait ce qu’il aurait fait à l’entraînement. Ça ne semble pas l’affecter du tout, ce qui est un super atout puisque ça peut être un peu accablant parfois pour un jeune joueur qui vient d’être rappelé ou qu’il n’a pas joué beaucoup. »

CE QU'ILS ONT DIT



L’entraîneur des Ducks, Bruce Boudreau, à propos de la différence qu’il a sentie dans le voyagement en tant que membre d’une équipe de l’Ouest:
« Quand tu es dans l’Est et que tu ne le sais pas parce que c’est ton premier emploi, tu te dis ‘Wow, il y a beaucoup de voyagement’. Ça, c’est jusqu’à ce que tu travailles dans l’Ouest et que tu réalises que le voyagement dans l’Est est assez facile et léger. [Nous avons] un bon groupe de joueurs. Ils ne se plaignent jamais, ils ne disent jamais rien à propos de ça. Ils font simplement leur travail et ils ont connu du succès jusqu’à présent. »

Jaromir Jagr sur une de ses routines étranges qui l’aide pendant ses matchs:
« Je ne porte pas de chaussettes à l’entraînement. J’en porte deux pendant les matchs. Étrange, non? Et je vais vous dire pourquoi; c’est parce que je ne veux pas me sentir à l’aise à l’entraînement. C’est pour cela que je le fais. Pas de chaussettes à l’entraînement, deux paires pendant les matchs. »

Lindholm dit qu’il a pour objectif de ne pas connaître de hauts et de bas, ou du moins de les minimiser, pour qu’ils ne soient pas remarqués.

« En tant que défenseur, si tu as une mauvaise journée, ça va paraître, a-t-il évoqué. Ils vont te contourner et marquer à tes dépens. À titre d’attaquant tu peux perdre la rondelle, mais comme défenseur tu dois être plus alerte. C’est ce que j’essaie de faire. »

Boudreau a été appelé à comparer Lindholm à un autre joueur, mais il n’a pas réussi. Le meilleur comparatif à Lindholm pourrait être le défenseur des Penguins de Pittsburgh Olli Maatta, un autre athlète de 19 ans qui fait discrètement sa place sans être exubérant, mais qui joue avec une certaine arrogance et qui essaie de masquer toute erreur qu’il commet du mieux qu’il peut.

« Je ne pense pas aux erreurs, je pense aux bonnes choses que je fais, a dit Lindholm. Si tu commets une erreur, tu ne pourras jamais la changer. Je vais simplement de l’avant et je continue à jouer comme je le faisais. Si tu commences à te soucier de tes erreurs, tu vas être encore pire. »

Trotz croit que Stalberg peut être comme Wheeler

L’entraîneur des Predators de Nashville, Barry Trotz, a accepté l’attaquant Viktor Stalberg avec patience. Il a bien voulu attendre que Stalberg s’adapte à la « façon Predators » après avoir passé les trois saisons précédentes à jouer un style de hockey complètement différent avec les Blackhawks de Chicago.

« [À Chicago], il affrontait toujours la troisième paire alors il avait plus d’espace, a évoqué Trotz. Viktor était probablement huitième ou neuvième ou 10e sur la liste des attaquants dont les autres équipes se préoccupaient, mais maintenant il affronte les Shea Weber de l’autre équipe. C’est plus difficile de produire lorsque tu joues plus haut au classement. Il y a une période d’ajustement à passer. »

Et cette période d’ajustement devrait bientôt être terminée.

Les Predators ont besoin que Stalberg produise plus qu’il ne l’a fait (11 points en 31 matchs). Ils croient qu’il devrait être un régulier au sein des deux premiers trios. Trotz pense qu’il pourrait être aussi productif et efficace que l’attaquant des Jets de Winnipeg Blake Wheeler.

Mais Stalberg éprouve des difficultés à impressionner.

« On espère que Viktor pourra continuer d’évoluer en tant que joueur, de la même façon qu’un Blake Wheeler, qui est dynamique et qui possède beaucoup de vitesse, et qu’ensuite il retrouve sa touche offensive, a mentionné Trotz. Ça ne va pas arriver du jour au lendemain, mais on espère qu’avec sa vitesse et le puissant tir qu’il a, qu’il pourra créer des chances de marquer et permettre aux autres d’avoir plus d’espace grâce à sa vitesse. »

Niederreiter impressionne

Lorsqu’appelé à décrire quels éléments l’attaquant Nino Niederreiter a apporté à l’équipe cette saison, l’attaquant du Wild du Minnesota Zach Parisé a mentionné le gabarit (6 pieds 2 pouces, 209 livres), sa hargne et ses habiletés. Ce sont, après tout, les trois meilleurs atouts de Niederreiter.

« Il se met le nez dans les endroits plus difficiles, il participe aux mêlées après les sifflets, il protège bien la rondelle », a dit Parisé de Niederreiter, qui a amassé 17 points en 39 rencontres. « Peu importe où tu le places et peu importe quand tu l’utilises, tu sais qu’il est sur la glace. »

Niederreiter croit que son assez bon départ au Minnesota (il a été échangé au Wild par les Islanders de New York lors du repêchage 2013) est la suite de son jeu lors du Championnat mondial 2013. Il avait inscrit cinq buts et récoltés huit points en 10 matchs pour aider la Suisse à remporter la médaille d’or.

« C’était énorme, a dit Niederreiter. J’ai eu la chance de me mettre en valeur et de montrer ce dont j’étais capable, quel genre de joueur je veux être. »

Il a obtenu la même opportunité au début de la présente saison, et il n’a pas déçu. Quand Niederreiter est dans son élément, il se trouve habituellement devant ou près du filet, dérangeant l’adversaire. Il mentionne qu’il a toujours joué de cette façon, mais c’est plus visible maintenant parce qu’il joue d’importantes minutes sur un trio offensif, au lieu de se trouver sur un quatrième trio, ce qui était son cas lorsqu’il était avec les Islanders en tant que recrue en 2011-12.

« Au bout du terme, l’objectif est de marquer le plus de buts que tu peux dans la LNH et c’est évidemment là que tu es récompensé alors c’est ce que tu dois faire, a déclaré Niederreiter. Ce n’est pas mon but personnel [de déranger les autres joueurs]. Je veux juste être devant le filet, marquer mon territoire et m’assurer que j’y fasse ma place. »

La prochaine opportunité de Niederreiter pourrait survenir lors des Jeux de Sotchi en 2014. Il devrait avoir le pied dans la porte pour faire partie de l’équipe suisse.

Les préférés de Jagr

L’attaquant des Devils Jaromir Jagr a indiqué aux reporters présents au United Center lundi que ses deux joueurs préférés à regarder étaient Patrick Kane des Blackhawks et Pavel Datsyuk des Red Wings de Detroit.

Jagr les a décrits comme « des génies sur glace ». Il les a comparés à Michael Jordan.

« Je paierais pour les voir jouer », a-t-il dit.

Puisqu’il était à Chicago, Jagr a parlé spécifiquement de Kane, l’appelant « un joueur prototype de 1995 qui joue aujourd’hui. Il ralenti le jeu. C’est ce qu’on adorait autrefois. »

Jagr a poursuivi en disant que la plupart des jeunes joueurs de la ligue ne ralentissaient pas le jeu comme Kane. Il a dit qu’ils fonçaient avec beaucoup de vitesse, arrivaient à la rampe et rebroussaient chemin.

« Il est différent », a mentionné Jagr en parlant de Kane. « C’est pour cela qu’il peut dominer dans notre ligue, parce qu’il joue un style différent.

« Il ralenti tout, mais il a une longueur d’avance sur tout le monde alors personne ne peut vraiment lui soutirer la rondelle, même s’il n’est pas très gros. Il est bien plus intelligent que beaucoup de gars. Il sait comment utiliser ses forces à son avantage. Peu de joueurs peuvent le faire, et il fait partie des rares qui en sont capables. »

ICI ET LÀ

* Les Ducks et les Blackhawks figurent respectivement aux premier et deuxième rangs du classement de la LNH pour plusieurs raisons, incluant les suivantes:

Les Blackhawks et les Ducks ont dominé leurs adversaires au chapitre des tirs dans 27 matchs, à égalité pour le sommet de la ligue dans cette catégorie. Les Ducks présentent une fiche de 20-6-1 dams ces rencontres et les Blackhawks affichent un dossier de 18-4-5.

Les Ducks sont la seule équipe de la ligue sans défaite en temps réglementaire à domicile (13-0-2) et les Blackhawks sont la seule formation de la ligue sans défaite en temps réglementaire s’ils marquent en premier (20-0-4).

Anaheim mène la LNH avec 31 points sur la route (14-7-3); les Blackhawks sont deuxièmes avec 27 points sur les patinoires adverses (13-5-1). Les Ducks sont l’équipe à avoir disputé le plus de matchs sur la route (24).

* Le défenseur des Blackhawks Duncan Keith est en voie d’amasser 63 aides cette saison. La seule fois qu’un défenseur avait récolté au moins 60 aides au cours d’une année, c’était en 2007-08, quand Nicklas Lidstrom avait amassé 60 mentions d’assistance et remporté le trophée Norris pour une troisième campagne de suite. Lidstrom a récolté 64 aides en 2005-06.

* Le centre des Ducks Ryan Getzlaf est en voie d’inscrire 41 buts et 95 points, qui seraient tous les deux des sommets en carrière. Getzlaf n’a jamais marqué plus de 25 buts au cours d’une saison.

* Le défenseur des Blues de St. Louis Jay Bouwmeester a prolongé sa séquence de matchs avec au moins un point face aux Flames de Calgary à quatre grâce à une aide lundi. La séquence date du 12 décembre 2008. Bouwmeester a évidemment disputé 279 matchs dans l’uniforme des Flames de 2009 à 2013.

* Le Wild éprouve des difficultés à marquer des buts, mais ça ne pose pas problème pour le défenseur Ryan Suter. Il connaît présentement une séquence de sept matchs avec une aide, un sommet en carrière et la plus longue du genre pour tout joueur du Wild cette saison. Le Minnesota n’a cependant inscrit que 12 buts à ses neuf dernières rencontres.

* Les Maple Leafs de Toronto Maple ont alloué 35 tirs ou plus lors de 24 de leurs 39 matchs, incluant leurs trois derniers. Toronto accorde une moyenne de 36,1 par rencontre, un sommet dans la ligue. Les Maple Leafs ont dominé leurs adversaires au chapitre des tirs seulement six fois, le plus bas total de la LNH.

* Le joueur de centre des Sharks de San Jose Logan Couture a égalé sa pire disette à 10 matchs sans toucher la cible. La dernière fois qu’il avait passé 10 parties sans marquer, c’était entre le 15 et le 31 mars 2012. Il l’a fait comme recrue en 2009-10, mais pas dans des matchs consécutifs. Couture a dirigé 40 lancers vers le but au cours de cette disette. Il avait envoyé 26 tirs vers le filet lors de sa mauvaise séquence de 2012.


 

La LNH sur Facebook