Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Bulletin olympique: Il faudra garder un œil sur la Finlande

    lundi 2013-12-23 / 1:03 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Bulletin olympique: Il faudra garder un œil sur la Finlande
    La Finlande pourrait à nouveau causer une surprise et se faufiler sur le podium olympique. De la manière dont certains jeunes joueurs finlandais – ainsi que les moins jeunes – jouent dernièrement, les choses s’annoncent prometteuses à l’approche des Jeux olympiques 2014 de Sotchi.

    La Finlande pourrait à nouveau causer une surprise et se faufiler sur le podium olympique.

    Les Finlandais sont les seuls à avoir accompli cet exploit à trois reprises depuis que les joueurs de la LNH ont commencé à participer aux Jeux olympiques en 1998, et de la manière dont certains jeunes joueurs finlandais – ainsi que les moins jeunes – jouent dernièrement, les choses s’annoncent prometteuses à l’approche des Jeux olympiques 2014 de Sotchi.

    Deux adolescents, Olli Maatta et Aleksander Barkov, ont élevé leur jeu d’un cran au cours des dernières semaines. Le joueur étoile vieillissant Teemu Selanne a de son côté retrouvé sa touche offensive avec une récolte de quatre points à ses trois dernières parties, lui qui n’avait pas amassé de point à ses 16 matchs précédents.

    Mikko Koivu, Valtteri Filppula et Jussi Jokinen continuent d’être efficaces aux deux extrémités de la patinoire. Olli Jokinen connaît quant à lui une bonne saison avec les Jets de Winnipeg.

    De plus, la Finlande pourra évidemment compter sur des gardiens de qualité, peut-être même les meilleurs du tournoi olympique, avec Tuukka Rask, Antti Niemi et Kari Lehtonen. Le nom de Pekka Rinne n’apparaît même pas sur cette liste, car ses chances de participer aux Jeux olympiques semblent minces en raison de son infection à la hanche.

    Deux Finlandais prometteurs apparaissent dans la section « valeur en hausse » de notre bulletin olympique hebdomadaire, alors qu’aucun joueur de la Finlande n’apparaît dans la section « valeur en baisse » cette semaine.

    Voici donc la plus récente édition du bulletin olympique:

    VALEUR EN HAUSSE

    Olli Maatta, Finlande (Penguins de Pittsburgh)

    Il n’est âgé que de 19 ans, mais Maatta affiche l’aplomb d’un vétéran, surtout depuis que les Penguins ont vu plusieurs de leurs défenseurs être victimes de blessures. Maatta reçoit plus de temps de glace en raison des blessures à Kristopher Letang, Brooks Orpik, Paul Martin et Rob Scuderi. Il passe régulièrement plus de 20 minutes par rencontre sur la glace, et il apporte sa contribution à l’attaque avec une récolte de deux buts et cinq mentions d’aide à ses 11 dernières parties. Mais ce ne sont pas ses statistiques offensives qui ont permis à Maatta d’être considéré pour défendre les couleurs de son pays. Il s’agit plutôt de son calme, qu’il a maintes fois démontré depuis le début de sa carrière dans la LNH, et qui lui a permis d’être un sérieux prétendant au trophée Calder.

    Aleksander Barkov, Finlande (Panthers de la Floride)

    Le nom de Barkov se trouvait dans la section « valeur en baisse » il y a deux semaines puisque sa production ne cessait de diminuer et qu’il semblait avoir frappé un mur au cours de sa saison recrue. Le jeune homme de 18 ans a cependant retrouvé son rythme au cours des six derniers matchs, et il a amassé deux buts et trois aides en plus d’avoir affiché un différentiel de plus-5. Son âge pourrait jouer contre lui, mais Barkov a été épié par Jarmo Kekalainen, le directeur général des Blue Jackets de Columbus, qui agit aussi à titre d’adjoint au directeur général pour la Finlande. Il oblige l’état-major finlandais à s’attarder sur son cas en prévision des prochains Jeux olympiques.

    Tyler Seguin, Canada (Stars de Dallas)

    Le compagnon de trio de Seguin, le capitaine des Stars Jamie Benn, est au cœur de plusieurs discussions entourant l’équipe olympique canadienne, et à juste titre. Benn joue très bien, mais il est possible que Seguin ait forcé Steve Yzerman et ses adjoints à considérer sérieusement sa candidature. Il a amassé 12 points à ses huit derniers matchs, incluant deux parties de quatre points, et il mène son équipe avec 18 buts et 35 points. Le problème est que Seguin est un centre naturel, et que le Canada est très bien nanti à cette position. Il est aussi difficile de savoir si le Canada a inscrit le nom de Seguin sur sa longue liste de joueurs admissibles à participer aux Jeux olympiques avant le début de la saison. Afin d’être sélectionné, il est obligatoire que le nom du joueur y figure, et le Canada n’a pas rendu cette liste publique.

    Mike Smith, Canada (Coyotes de Phoenix)

    Si l’on tient pour acquis que Carey Price et Roberto Luongo sont les deux premiers gardiens du Canada, il reste toujours une place devant le filet. Grâce à ses récentes performances, Smith a beaucoup aidé ses chances de décrocher cette place. Après un début de campagne difficile, Smith a mieux fait à ses derniers départs, notamment avec une soirée de 37 arrêts dans le cadre d’un gain de 4-3 contre les Sénateurs d’Ottawa samedi. S’il est en mesure de répéter ce genre de performance à quelques reprises, il pourrait recevoir son invitation pour Sotchi.

    Cam Fowler, États-Unis (Ducks d’Anaheim)

    Grâce à son jeu constant, fiable et productif depuis le début de la saison, Fowler a forcé les dirigeants américains à prendre sa candidature au sérieux, et a peut-être même assuré sa place sur l’équipe olympique. Fowler mène les Ducks au chapitre du temps de jeu (24:07 par rencontre) en plus d’occuper le quatrième rang des pointeurs chez les défenseurs américains avec 21 points. Il possède un bon lancer, il déplace bien la rondelle, il a dramatiquement amélioré son jeu en défensive et il a toujours été un excellent patineur. Ses aptitudes pourraient faire de lui un candidat idéal pour la glace aux dimensions olympiques de Sotchi.

    VALEUR EN BAISSE

    Tomas Hertl, République tchèque (Sharks de San Jose)

    Hertl connaissait une excellente saison recrue et semblait en voie d’assurer sa place pour les Jeux olympiques, mais il manquera à l’appel pour au moins les quatre prochaines semaines puisqu’il a subi une blessure au genou jeudi dernier contre les Kings de Los Angeles. Le directeur général des Sharks, Doug Wilson, n’a pas écarté la possibilité que Hertl s’absente pour le reste de la campagne. Il a déclaré qu’il en saurait davantage lorsque l’enflure allait diminuer et que d’autres tests seraient effectués. Hertl avait récolté 15 buts et 10 mentions d’assistance en 35 parties.

    Dion Phaneuf, Canada (Maple Leafs de Toronto)

    Phaneuf a connu un meilleur match samedi contre les Red Wings de Detroit avec un but et un différentiel de plus-2 dans le cadre d’une défaite en tirs de barrage par la marque de 5-4. Cependant, les statistiques de possession de rondelle de Phaneuf n’ont pas été reluisantes depuis le début de la campagne, lui qui passe près de la moitié de chaque rencontre sur la glace pour les Maple Leafs, et que ces derniers passent beaucoup de temps dans leur territoire, en plus d’allouer une moyenne de 35,9 lancers par match.

    Kristopher Letang, Canada (Penguins de Pittsburgh)

    Letang est à l’écart du jeu en raison d’une blessure au haut du corps. Il pourrait revenir au jeu peu de temps après Noël, mais il va peut-être manquer de temps pour impressionner Yzerman et l’entraîneur de l’équipe canadienne, Mike Babcock. Letang a vu son nom être rayé de l’alignement à plusieurs reprises cette année en raison de ses blessures, mais lorsque son nom y apparaît, il n’a simplement pas été assez bon pour mériter l’un des huit postes à la ligne bleue de l’équipe canadienne. Letang a jusqu’ici amassé 11 points en plus de présenter un différentiel de moins-6. Letang est enclin à commettre des revirements, en partie parce qu’il prend des risques. Il s’agit peut-être de risques que le Canada n’est pas prêt à courir sur la patinoire aux dimensions olympiques.

    Bobby Ryan, États-Unis (Sénateurs d’Ottawa)

    Il peut être surprenant de voir le nom de Ryan sur cette liste, mais il s’y trouve parce qu’il n’a pas produit de manière suffisante dernièrement pour faire oublier d’autres aspects plus faibles de son jeu. Ryan n’a que trois buts à ses 13 dernières parties, et il doit marquer davantage pour aider les Sénateurs à sortir de leur mauvaise séquence. S’il le fait, il devrait être un incontournable de la formation des États-Unis. Cependant, ce n’est pas comme si les Américains ne comptaient pas sur d’autres ailiers avec un flair offensif avec Patrick Kane, Phil Kessel, James van Riemsdyk et Zach Parisé.

    Sergeï Bobrovsky, Russie (Blue Jackets de Columbus)

    Semyon Varlamov allait probablement être le gardien no 1 de la Russie avant même que Bobrovsky ne subisse la blessure à l’aine qui le tient à l’écart du jeu depuis le 3 décembre. Cependant, cette blessure et le rendement inconstant de Bobrovsky pourraient fort bien le priver d’une place au sein de l’équipe olympique russe. Ilya Bryzgalov joue bien avec les Oilers d’Edmonton et il pourrait à nouveau représenter son pays, prenant potentiellement la place d’Evgeni Nabokov. La Russie pourrait aussi vouloir faire une place à un gardien de la KHL. Konstantin Barulin et Vasily Koshechkin ont été invités au camp pré-olympique au mois d’août.

    Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

     

    La LNH sur Facebook