Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

David Perron espère que les Oilers suivront les traces des Blues

vendredi 2013-12-20 / 17:16 / LNH.com - Nouvelles

Par Louie Korac - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


David Perron espère que les Oilers suivront les traces des Blues
David Perron, échangé par les Blues de St. Louis pendant la saison morte, affrontera son ancienne équipe pour la première fois et il espère que les Oilers d’Edmonton suivront la même trajectoire que les Blues.

À l’approche de son premier rendez-vous avec son ancienne équipe depuis qu’il a été échangé, l’attaquant des Oilers d’Edmonton David Perron a admis qu’il s'attend à passer par toute la gamme des émotions.

« Je ne sais même pas comment ce sera, bien honnêtement », a déclaré Perron plus tôt cette semaine. « Tout ce que je sais, c’est que la veille et le jour de la partie, je vais essayer de faire comme si c’était un match comme les autres pour rester concentré sur la partie. »

Qu’il soit prêt ou non, les Blues de St. Louis le seront. Cette organisation avait réclamé Perron au 26e rang du repêchage de 2007 et c’est à St. Louis que le joueur originaire de Sherbrooke, au Québec, a passé les six premières années de sa carrière dans la LNH. Perron a inscrit 84 buts et 198 points avec les Blues.

Ces deux formations s’affronteront pour la première fois de la saison samedi (22 h HE, CBC) au Rexall Place, et Perron est impatient d’y être.

« Ce sera génial de les affronter et ce sera aussi spécial », a convenu Perron, acquis par les Oilers le 10 juillet contre Magnus Paajarvi et un choix de deuxième ronde en 2014. « J’ai passé six belles années là-bas et on a fait les séries éliminatoires à trois reprises. J’ai beaucoup appris comme joueur et comme personne. Ç’a été des belles années.

« C’est très bien que l’échange ait eu lieu pendant l’été. Je pense que ç’aurait été plus difficile si j’avais été échangé pendant la saison et si j’avais dû les affronter seulement deux semaines plus tard. Ç’aurait été étrange. J’aurais eu peur de me rendre au mauvais banc pour faire un changement. Mais là, ça fait presque une demi-saison. »

Perron s’adapte bien à sa nouvelle équipe. Après un lent départ, Perron semble avoir trouvé son rythme dernièrement. Il traverse actuellement une léthargie de quatre parties sans point, mais il avait auparavant connu une séquence de 12 matchs avec au moins un point. Il avait alors récolté 15 points, dont 10 de ses 14 buts cette saison.

Perron partage le troisième rang de compteurs des Oilers avec Ryan Nugent-Hopkins (27 points), derrière Taylor Hall (30 points) et Jordan Eberle (29 points).

« Ça va bien en ce moment, a-t-il déclaré. J’ai bien joué pendant le camp d’entraînement et j’ai continué comme ça. J’ai peut-être été moins productif dans les 10 premiers matchs, mais j’essaie de m’améliorer chaque année. À l’exception de l’an passé, à cause du conflit de travail, je pense que j’ai toujours bien performé à chacune de mes saisons.

« Je ne me suis jamais senti confortable l’année dernière. J’ai manqué d’essence juste avant les séries. C’est une nouvelle étape cette année et j’espère continuer comme ça pendant toute ma carrière. Il ne manque que les succès collectifs cette saison. C’est difficile jusqu’à présent. On perd trois matchs sur quatre et c’est l’inverse pour St. Louis. C’est vrai que c’est frustrant, mais il y a 30 équipes dans la ligue qui essaient de gagner la Coupe Stanley, alors personne ne va s’apitoyer sur notre sort. On doit trouver le moyen de s’en sortir nous-mêmes. »

Perron prévoyait rencontrer certains de ses anciens coéquipiers, dont le capitaine des Blues David Backes, et aller souper avec eux. Cependant, vendredi avant-midi, la présence de Backes demeurait incertaine puisqu’il a manqué les deux dernières rencontres des Blues en raison d’une blessure au haut du corps.

« J’ai parlé à quelques joueurs déjà cette année, a ajouté Perron. J’ai proposé à Backes et à quelques autres d’aller souper ensemble. Ce sera agréable de les revoir. Toutefois, connaissant [Backes], dès la mise en jeu, notre amitié ne comptera plus du tout. Il travaillera aussi fort que lors des autres matchs et c’est l’approche qu’il faut adopter. »

TJ Oshie, repêché au 24e rang en 2005, a grandi dans l’organisation des Blues en compagnie de Perron et il reconnaît que ce sera bizarre de le voir dans l’uniforme des Oilers.

« Ce sera vraiment étrange, a confié Oshie. Ce sera difficile. J’imagine qu’il va être très motivé pour ce match. Quand [Perron] veut jouer dur, c’est impossible de lui enlever la rondelle. Peu importe son gabarit, ce sera difficile de se mesurer à lui, mais ce sera aussi amusant. »

Perron a connu une période creuse semblable avec les Blues avant qu’ils se joignent à l’élite du circuit. Il doit maintenant aider les jeunes Oilers à se hisser au sommet. Perron prétend que les Oilers sont promis à un bel avenir et il espère en faire partie.

« C’est différent. J’obtiens beaucoup de chances, a-t-il révélé. Je joue sur le jeu de puissance, en désavantage numérique et à quatre contre quatre.

« À St. Louis, j’avais l’impression d’être moins utilisé en prolongation tandis qu’ici, dès qu’on joue à quatre contre quatre, je suis sur la patinoire. C’est très amusant et on joue mieux quand on se sent en confiance. J’ai l’impression que j’aurais pu produire autant à St. Louis. Je l’ai fait quand je suis revenu après ma longue absence [à cause d’une commotion cérébrale]. J’aurais pu le faire dans ce système-là aussi, mais c’est ici maintenant que je peux le faire.

« On a grandi tous ensemble à St. Louis et ça nous a pris trois ou quatre ans avant d’y arriver. Quand on réussit à faire les séries, on ne devient pas automatiquement les nouveaux champions de la Coupe Stanley. Ça fait maintenant trois ou quatre ans que ça va bien à St. Louis et je pense que ça va être la même chose ici. Je suis curieux de voir où nous serons dans quelques années. Il faut continuer de travailler fort. Ça n’arrivera pas tout seul, il faut le mériter. »

 

La LNH sur Facebook