Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Eric Staal tente toujours d’impressionner afin de gagner son voyage pour Sotchi

mercredi 2013-12-18 / 12:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Kurt Dusterberg - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Eric Staal tente toujours d’impressionner afin de gagner son voyage pour Sotchi
Eric Staal tente toujours d’impressionner afin de gagner son voyage pour Sotchi

RALEIGH – À moins de huit semaines des Jeux olympiques de Sotchi, les joueurs sont en attente de leur sort.

Il n’y a qu’une poignée de joueurs assurés de leur poste au sein d’Équipe Canada, dont la formation sera annoncée le 7 janvier. Plusieurs espèrent qu’ils auront assez impressionné pour décrocher un poste. C’est le cas du capitaine des Hurricanes de la Caroline, Eric Staal, qui a remporté la médaille d’or à Vancouver en 2010 et qui a produit à un rythme de 70 points depuis son entrée dans la LNH.

Et encore...

« Étant donné la qualité des joueurs que nous avons au Canada, je ne prends rien pour acquis », a dit Staal après l’entraînement de son équipe mardi.

La liste des joueurs de centre étoiles est longue pour le Canada. Les noms de Sidney Crosby, Jonathan Toews, Ryan Getzlaf, John Tavares et Patrice Bergeron font partie de toutes les conversations. C’est pourquoi Staal ne fait pas preuve de fausse modestie quand il évalue ses propres chances.

« Je dois m’assurer de bien jouer et de faire les bonnes choses sur la glace, soit exceller dans les deux sens de la patinoire, car c’est ce qui amène le succès, a dit Staal. Donc, je ne prends rien pour acquis. Je dois bien jouer et c’est la même chose pour les autres joueurs. »

Staal s’est alors mis à rire et a indiqué qu’il y avait peut-être une exception.

« À part Sid peut-être », a-t-il lancé.

La participation de Crosby au sein d’équipe Canada qui est assurée pourrait être de bon augure pour Staal. Ils ont composé un trio en compagnie de Jarome Iginla pour une bonne partie du tournoi olympique il y a quatre ans à Vancouver.

Mais Staal ne mise pas sur ses performances passées, surtout pas après son lent début de la présente saison. À ses 18 premiers matchs, il n’a amassé que neuf points. Les journalistes se sont demandé si son faible rendement n’était pas dû à la collision genou-contre-genou survenue avec le défenseur suédois Alex Edler au Championnat mondial 2013 en mai. Staal a souffert d’une entorse au troisième degré du ligament collatéral médial du genou droit et il a eu besoin d’une longue période de réadaptation au cours de l’été.

« Je pense qu’il y a une certaine corrélation, a affirmé Staal. Je me sentais peut-être à 100 pour cent, mais je ne m’entraînais pas de la manière que j’aurais dû le faire au début de la saison. Mes succès reposent sur la puissance de mon coup de patin. Ça m’a pris plus de temps que prévu pour retrouver ma forme. »

Mais il a commencé à accumuler les points. Dans les 16 derniers matchs des Hurricanes, il a marqué six buts et amassé 19 points.

« J’ai noté une différence appréciable au cours du dernier mois, mes jambes sont beaucoup plus fortes, a-t-il dit. C’est très important pour moi. Je suis très content de refaire ce que je faisais normalement. »

Comment Staal s’insérera dans Équipe Canadian est laissé à la discrétion du directeur exécutif Steve Yzerman et à son personnel. La touche de Staal autour des filets n’est pas revenue aussi vite que sa puissance sur patins. Il n’a marqué que neuf buts en 34 matchs, mais trois de ses quatre derniers ont été inscrits dans des filets déserts. Donc, s’il ne joue pas un rôle important à Sotchi, il l’acceptera. C’est un compromis que la plupart des joueurs devront accepter pour jouer sur la plus grande scène du monde.

« C’est la façon de voir les choses, a dit Staal. Chacun veut jouer une partie importante dans les succès, mais dans une situation comme celle-là, tu dois être prêt à accepter le rôle qu’on te désignera.

« Les gars sont habitués de jouer plus de 20 minutes par match, mais ce n’est pas tout le monde qui aura ce temps d’utilisation. Mais tu dois contribuer et jouer à un haut niveau dans les minutes que tu joueras. »

Il n’y aucun doute que Staal peut élever son jeu dans les grandes occasions. Il est l’un des 23 joueurs qui fait partie du groupe sélectif qui a gagné les trois principaux titres au hockey, soit la médaille d’or olympique, le championnat mondial (2007) et la Coupe Stanley (2006). Parmi tous ces exploits, la médaille d’or olympique représente quelque chose d’unique.

« Il n’y a rien de mieux, a dit Staal. C’est le calibre de compétition le plus élevé. C’est un tournoi qui est comme un match des étoiles. Il y a tellement de talent, c’est très compétitif. C’est sensationnel d’en faire partie. »

Le joueur de centre de 29 ans fera comme tous les autres joueurs qui aspirent participer aux Jeux olympiques, soit se concentrer sur les matchs de la LNH d’ici l’annonce qui aura lieu au début de janvier.

« Présentement, je me préoccupe plus d’aider l’équipe à s’améliorer, a dit Staal, dont les Hurricanes présentent une fiche de 14-13-7. On se retrouve autour de la moyenne de ,500 et on cherche une certaine constance dans notre jeu. Je me concentre là-dessus et je me soucie de mon jeu. Quand on fera connaître les joueurs choisis pour Équipe Canada, je vais m’en préoccuper un peu plus. »

 

La LNH sur Facebook