Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Rosen : Johansen livre enfin la marchandise aux Blue Jackets

mercredi 2013-12-18 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Alors que le centre des Blue Jackets de Columbus Ryan Johansen se sent comme si le poids qu'il portait sur ses épaules depuis deux saisons était disparu, tout ce que cela signifie, c'est que les attentes envers le joueur de 21 ans sont à la hausse et la pression monte.

« Je peux voir le niveau que je veux atteindre », a déclaré Johansen à LNH.com. « À Pittsburgh [le 9 décembre], mon trio a été appelé à jouer contre la ligne de Sidney Crosby tout au long du match et c’était assez difficile de s'adapter. Parfois, je sentais que j’arrivais à le surveiller et puis, il y avait des moments où je courais partout sur la glace. C'est excitant, malgré tout, d’avoir le sentiment que je m’approche et que je peux être un bon joueur dans cette ligue. »

Johansen l’a prouvé cette saison avec une récolte de 27 points en 34 matchs, un sommet au sein de son équipe. De plus, 11 de ces points ont été récoltés au cours de son actuelle séquence de neuf rencontres avec au moins un point. Il a récolté 33 points en 107 matchs au cours de ses deux premières saisons dans la LNH.

Le centre Brandon Dubinsky des Blue Jackets a affirmé que le niveau de préparation de Johansen s'est amélioré cette saison.

« Il n’a plus ces hauts et ces bas que vous voyez souvent avec de jeunes joueurs, surtout avec les jeunes gars de talent », a déclaré Dubinsky à LNH.com. « Il commence à se présenter à chaque partie et il a confiance de pouvoir dominer lors de ces rencontres. C'est un joueur qui possède un bon gabarit et qui a le niveau d’habiletés d’un petit joueur. Il va certainement commencer à contrôler les matchs de plus en plus. »

DANS LE COURRIER DE ROSEN

Comment les Penguins réussissent-ils à gagner avec pratiquement la moitié de leur formation sur la touche? Ce n’est pas même encore Noël et ils ont déjà rappelé NEUF joueurs! -- @RobOstrom

Ça commence avec le directeur général Ray Shero, qui donne le ton. Son personnel de recruteurs amateurs a fait du très bon boulot pour aller chercher des gars comme Olli Maatta et Jayson Megna. Leurs recruteurs professionnels savaient aussi que Jussi Jokinen allait bien se fondre à l’équipe, alors Shero est allé le chercher la saison dernière. La transaction a été super pour Pittsburgh. Dan Bylsma est un des meilleurs entraîneurs, et comme dans la plupart des bonnes organisations, il y a de l’uniformité de haut en bas. Les Penguins de Wilkes-Barre/Scranton dans la Ligue américaine utilisent les mêmes systèmes de jeu et le même vocabulaire que les Penguins, alors quand les joueurs sont rappelés, ils se trouvent en position familière et jouent dans un système au sein duquel ils sont habitués de jouer. Bien sûr, ça aide qu’ils puissent compter sur certains des meilleurs joueurs au monde et sur de très bons gardiens.

Des nouvelles de la santé de Colton Orr et de son éventuel retour dans la formation? -- @wakeryder

OK je dois l’admettre, j’ai dû faire quelques recherches. Je n’ai pas beaucoup entendu parler de Colton Orr récemment. Je ne crois pas que d’autres aient eu des nouvelles non plus. Les Maple Leafs de Toronto ont des problèmes plus graves à résoudre que de savoir quand Orr réintégrera la formation. Cependant, puisque vous l’avez demandé, j’ai fait des recherches et j’ai posé des questions pour trouver une réponse. Ce que nous savons, c’est que Orr est sur la liste des blessés et qu’il a raté huit matchs de suite avec une blessure au coude. Ce que nous ne savons pas, c’est quand sera la date de son retour au jeu.

Comment croyez-vous que Ryan Strome va se développer à Long Island? -- @Cnato14

Il pourrait devenir un joueur de premier plan, peut-être même une vedette, si les Islanders de New York font bien en mettant Strome dans des positions pour qu’il ait du succès. Il a besoin de jouer avec de bons joueurs dans la LNH et il a besoin qu’on lui donne du temps et de la liberté pour qu’il trouve son style. Il ne peut pas avoir peur de commettre des erreurs en territoire défensif parce que ça affectera son jeu en général. C’est un joueur offensif à qui on devrait permettre d’utiliser sa créativité pour développer des chances de marquer. Si on lui donne cette liberté, Strome devrait être bon pour les Islanders au cours des prochaines années.

Avec les blessures perpétuelles à Brooks Laich, la demande de transaction de Martin Erat est-elle hors du portrait maintenant? -- @ZackAttack2828

Je ne peux pas dire que la demande n’est plus sur la table parce qu’Erat n’a pas dit ça à personne, mais les Capitals pourraient ne pas être très enclins à exaucer le souhait d’Erat en ce moment. Erat était le deuxième centre de Washington mardi. Il voulait avoir plus de temps de glace, et à cause de blessures et de la grippe de Mikhail Grabovski, il obtient sa chance. Sa valeur aux yeux des Capitals pourrait être plus élevée en ce moment que sa valeur sur le marché des transactions. Ceci étant dit, de jeudi au 27 décembre, les équipes ne peuvent apporter de changements à leur formation en raison du temps des Fêtes. Nous verrons ce qui va se passer.

Si le Lightning de Tampa Bay demeure dans ou près de la course aux séries sans Steven Stamkos, Jon Cooper pourrait-il être un candidat au trophée Jack Adams? -- @tblightning491

Absolument. Ça ne fait aucun doute. Même avant que Stamkos se blesse, personne ne s’attendait à ce que le Lightning présente une fiche de 12-5-0. Évidemment, Patrick Roy, Bruce Boudreau et Michel Therrien sont en voie de se mériter d’être considérés aussi, mais pour l’instant, on doit au moins considérer Cooper. Il devrait cependant être noté que le Lightning est un peu chanceux que les Red Wings de Detroit soient décimés par les blessures, que les Maple Leafs de Toronto aient connu de mauvaises séquences et que les Sénateurs d’Ottawa n’ont pas ressemblé à l’équipe à laquelle ils devraient avoir l’air cette saison.

Si vous avez une question à laquelle vous souhaitez que Dan Rosen réponde, envoyez un tweet à @drosennhl. Le courrier sera une section hebdomadaire de cette rubrique.

Malgré son âge et la nécessité manifeste de se développer dans la LNH, Johansen a passé ses deux premières saisons à se demander s’il allait arriver à atteindre le potentiel avec lequel il est entré dans la ligue en étant le 4e choix lors du repêchage 2010 de la LNH. Il ne s'est jamais senti comme étant assez bon pour contrôler le rythme d’un match, comme les joueurs d'élite savent le faire. Il ne s'est jamais senti assez vite ou assez fort pour jouer face aux meilleurs joueurs de centre.

Bien sûr, personne à Columbus ne s'attendait à ce qu'il soit à ce niveau en tant que joueur de 19 ou de 20 ans, mais ce n’est pas une tâche facile que d’expliquer à un haut choix au repêchage qu'il doit encore se développer à l’intérieur d’un corps de 6 pieds 3 pouces et qu’il doit passer à travers les épreuves auxquelles un jeune joueur essayant de faire sa place dans la LNH est confronté.

Johansen détestait cela.

« Je savais bien que j'avais quelque chose à prouver, a déclaré Johansen. Les gens attendaient d’assister à mon développement et que je devienne enfin le joueur qu'ils pensaient que je pouvais être. »

Il y arrive, maintenant.

Johansen s’est senti en confiance au cours des bons moments qu’il a connus contre Crosby à Columbus, lors de la défaite de 2-1 encaissée face aux Penguins. Il a aussi rappelé un match contre les Bruins de Boston, disputé à la fin de novembre, quand il n’a jamais senti qu’il n’était pas à sa place lorsque confronté à des joueurs comme Patrice Bergeron ou David Krejci. Il a bien joué quand il a fait face à Mikko Koivu et à Zach Parisé du Wild du Minnesota.

C'est un soulagement.

« C'est vraiment ce qui arrive quand vous y réfléchissez, a déclaré Johansen. Au début de cette saison, ça a enfin cliqué pour moi. Je me sentais plus rapide. Je me sentais plus fort. J'ai senti que je pouvais arriver à battre les gars pour l’obtention de la rondelle plus souvent. Ces petites choses vous aident à devenir un joueur d'élite. »

Mais Johansen n’est pas encore rendu à bon port. Le directeur général des Blue Jackets Jarmo Kekäläinen veut s'assurer qu'il ne l’oublie pas.

« Je pense qu’il a cette capacité d’établir le rythme lors de chaque présence qu'il passe sur la glace, mais vous devez être en bonne condition physique, vous devez être fort, vous devez être rapide, il faut tous ces détails », explique Kekäläinen à LNH.com. « Il est encore jeune. Il doit travailler davantage sur son physique afin de devenir plus fort, plus rapide et avoir une plus grande endurance. Les meilleurs joueurs sont les meilleurs joueurs, car ils arrivent à dicter le rythme lors de chaque présence.

« Il commence à peine à réaliser l’étendue de son potentiel. Le ciel est la limite pour lui, avec la taille et les habiletés dont il dispose, mais il y a tellement place pour l'amélioration, même avec la saison qu’il connaît. »

Quenneville parle des gardiens de but ainsi que du retour de Crawford

L'entraîneur des Blackhawks de Chicago Joel Quenneville a déclaré que le gardien de but Corey Crawford, qui est présentement blessé, devrait revenir sur la glace plus tard au cours de la présente semaine.

« J'espère qu'il ne sera pas trop loin d’un retour une fois qu’il aura recommencé à fouler la glace », a dit Quenneville à LNH.com, ajoutant que le gardien auxiliaire Nikolai Khabibulin n’a toujours pas recommencé à patiner, de sorte qu’il est difficile d'établir un calendrier pour son retour au jeu éventuel.

Pour l'instant les Blackhawks vont continuer à faire confiance à Antti Raanta en tant que gardien numéro un et à Kent Simpson comme gardien auxiliaire. Aucun n’a joué dans la LNH avant cette saison, mais Quenneville n'a montré aucun signe d’inquiétude, parce que le vétéran entraîneur estime que la situation actuelle à Chicago est pratiquement un jeu d'enfant par rapport à ce qu'il avait à gérer au début de la saison 2002-03, alors qu’il était entraîneur chez les Blues de St. Louis.

« Personne ne pourra jamais s’approcher de ce scénario, nous avons gagné cinq matchs de suite en utilisant quatre gardiens de but différents, a déclaré Quenneville. C'est un chaos à un niveau différent. Je ne peux même pas me rappeler des raisons. Je ne connais pas les raisons. Mais je sais ce qui s'est passé. »

Quenneville se réfère à un tronçon de cinq matchs, du 15 au 26 octobre 2002, quand les Blues ont utilisé Reinhard Divis, Curtis Sanford, Cody Rudkowsky et Fred Brathwaite pour battre les Hurricanes de la Caroline, les Blue Jackets de Columbus, les Stars de Dallas, les Oilers d'Edmonton et les Flames de Calgary. Les 30 minutes jouées par Rudkowsky dans une victoire de 2-1 face à Edmonton sont les seules minutes qu'il aura jouées dans la LNH au cours d'une carrière professionnelle de huit ans.

Les Blues ont utilisé sept gardiens lors de cette saison, incluant également les noms de Tom Barrasso, Chris Osgood ainsi que Brent Johnson.

« C'était complètement fou, a déclaré Quenneville. C'était absolument incroyable ce qui s'est passé, le fait que nous ayons eu à faire jouer tous ces gardiens lors de cinq matchs de suite et de les avoir tous gagnés, c’était encore plus incroyable. Cela n'arrivera plus jamais à nouveau, surtout le fait de gagner les cinq matchs. »

Trotz tente de rebâtir la confiance de Jones

Les choses sont peut-être allées un peu trop vite pour le défenseur recrue Seth Jones des Predators de Nashville, de sorte que l'entraîneur Barry Trotz a décidé de couper sur le temps de glace de son joueur de 19 ans, afin d'essayer de lui permettre de retrouver sa confiance.

Trotz a affirmé à LNH.com qu’il pense que ça a marché, car avec ce temps de glace plus limité, du moins par rapport à celui auquel il était habitué, Jones semble « plus frais, plus dynamique et il fait de bons jeux. »

Le fait que Roman Josi soit revenu au jeu et qu’il évolue au sein de la première paire en défensive a permis à Trotz de retirer un peu de temps de glace à Jones.

« Je me sens à l'aise en lui confiant 17 à 20 minutes par soir », a déclaré Trotz au sujet du temps de glace de Jones. « Certaines soirées ce sera plus et d’autres moins, mais l’idée d’ensemble est de s’approcher de cette moyenne. Son jeu va dicter les minutes de jeu qu’il obtiendra. Il joue bien présentement. Je ne vois pas cela comme étant un problème. »

Jones a été utilisé en moyenne 23:56 par match dans les 29 premières rencontres des siens et à deux occasions il a joué plus de 30 minutes. Il est ensuite passé d’une utilisation de 24:40 contre les Hurricanes de la Caroline, le 5 décembre, à 12:42 minutes contre les Capitals de Washington, deux jours plus tard. Il a passé son plus bas total de minutes sur la glace (9:29) le 10 décembre contre les Rangers de New York et son temps d’utilisation est allé en augmentant progressivement depuis, passant à 11:00 deux jours plus tard contre les Stars de Dallas à 13:56 le 14 décembre contre les Sharks de San Jose avant de baisser à 11:56 mardi contre les Blackhawks.

Il a été retiré de l’unité de supériorité numérique pour quelques rencontres, mais Trotz a dit qu'il pourrait bénéficier à nouveau de ces minutes de jeu.

« Il a été formidable, il a vraiment bien joué, mais un jeune homme qui doit jouer autant de minutes à un tel niveau, il va finir par frapper un mur, a déclaré Trotz. Il a effectivement frappé ce mur et il n’avait plus de « jus » dans son jeu, nous l'avons donc fait par nécessité et aussi à cause du retour de Roman. »

Boudreau explique le succès des Ducks à la maison

Aussi bons que les Ducks d'Anaheim aient pu l’être au Honda Center cette saison, c’est la seule équipe de la LNH à ne pas avoir encaissé la défaite en temps réglementaire à la maison (13-0-2), l'entraîneur Bruce Boudreau admet qu’une partie de ce succès peut être attribuée à un calendrier plutôt favorable.

À domicile, sept fois les Ducks ont affronté une équipe qui avait joué un match la veille. Anaheim a un dossier de 6-0-1 au cours de ces rencontres.

CE QU'ILS ONT DIT



Joel Quenneville qui discute des chances de Patrick Sharp de se tailler un poste au sein de l’équipe olympique canadienne:
« Équipe Canada possède beaucoup de talent et plusieurs joueurs différents qui méritent d’être considérés. En même temps, Sharpie connaît une saison incroyable. C’est sa meilleure saison depuis que je suis ici. La constance est là. Il est une menace offensivement. Ce trio a été très important pour nos succès. Le jeu de puissance aussi, et il a excellé de ce côté-là également. Il a fait tout ce qu’il avait à faire. Il a été invité au camp cet été et je crois qu’il sera largement considéré. En espérant qu’il se taille une place au sein de l’équipe. »

Barry Trotz qui parle d’attentes élevées et de l’aspect qu’on oublie souvent de gérer des recrues qui arrivent directement des rangs juniors:
« On pense que lorsque les jeunes arrivent du junior ils vont jouer dans la Ligue nationale de hockey et être des joueurs de premier plan, mais regardez les joueurs repêchés au tout début du repêchage. [Nathan] MacKinnon était sur le troisième trio. [Aleksander] Barkov est sur le deuxième trio. [Jonathan] Drouin joue encore dans le junior et ensuite il y a Seth [Jones]. Je crois que nous avons des attentes élevées pour pour ces jeunes et ils vont probablement devenir exactement ce à quoi on s’attend d’eux, mais parfois on oublie qu’ils ont 19 ans et qu’ils jouent contre les meilleurs joueurs au monde. C’est beaucoup demander à un joueur de 19 ans. »

Anaheim a été le troisième arrêt au cours des tournées en Californie pour les Rangers de New York, les Sénateurs d'Ottawa, les Sabres de Buffalo, les Canucks de Vancouver et le Lightning de Tampa Bay. Les Ducks ont une fiche de 5-0-0 au cours de ces affrontements.

« Je pense que ça ne nuit pas, pour être franc, il est souvent arrivé que l'adversaire avait joué un match à Los Angeles au cours de la soirée précédente ou à San Jose la veille », a déclaré Boudreau à LNH.com. « Ils jouent contre de grosses équipes qui peuvent vous amortir un peu. »

Boudreau pense également que le calendrier des rencontres sur la route des Ducks a quelque chose à voir avec le succès que son équipe connaît à la maison.

« Quand on joue sur la route, ce sont des tranches de huit matchs ici, quatre matchs là, et nous sommes actuellement dans une séquence de quatre matchs, a-t-il dit. Le dossier sur la route, après un certain temps, a son prix, mais les matchs que nous avons eus à la maison ont été plutôt bien répartis. Nous avons bénéficié d’un jour de congé ou de deux journées de repos avant d’avoir à jouer la partie suivante. Je pense que c’est un avantage pour nous »

Anaheim n’aura pas à disputer deux matchs en deux soirs à la maison cette saison.

Parlant des Ducks et de leur séjour actuel sur la route…

Boudreau retournera diriger un match au Verizon Center, lundi, pour la première fois depuis qu'il a été congédié par les Capitals de Washington le 28 novembre 2011. En fait, il effectuera un retour au Verizon Center dimanche, parce que les Ducks ont prévu tenir un entraînement au domicile des Capitals avant le match de lundi.

Pendant combien de temps Boudreau a songé à son retour à Washington?

« Oh, j’y pense depuis environ deux ans », a-t-il dit.

Boudreau a été l’entraîneur des Capitals pendant quatre ans, compilant une fiche de 201-88-40. Il a remporté le trophée Jack Adams en 2008, a remporté quatre titres consécutifs de la Division Sud-Est et a remporté le trophée des Présidents en 2009-10. Les Capitals, cependant, ne sont jamais parvenus à atteindre le deuxième tour des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

« Je serai nerveux, mais ça va être amusant de revoir tant de personnes, a déclaré Boudreau. J'aime cet édifice et j'aime y jouer, parce que c'est toujours rempli à pleine capacité et c’est toujours très bruyant. Ça va être amusant de revenir, mais je serai nerveux. Beaucoup des joueurs qui évoluent encore au sein de cette équipe étaient là quand j'y étais et je les connais très bien. Nous avons en quelque sorte grandi ensemble à Hershey. Ça va être agréable de les voir, mais si nous avons l'occasion de les battre, je pense que nous aimerions. »

Sakic : MacKinnon joue comme prévu jusqu’à maintenant

L'Avalanche du Colorado a sélectionné Nathan MacKinnon avec le premier choix au total au dernier repêchage parce que les dirigeants étaient convaincus qu'il serait un joueur d'impact dès son arrivée. Ils avaient raison.

MacKinnon a amorcé le match de mardi avec une récolte de 19 points en 32 matchs. Il a passé en moyenne plus de 16 minutes de temps de glace par match et menait toutes les recrues du circuit avec 96 tirs au but. Il a récemment déménagé au sein du premier trio, à l’aile droite, aux côtés de Matt Duchene et Ryan O'Reilly.

Joe Sakic, vice-président exécutif des opérations hockey de l’Avalanche du Colorado, a affirmé à LNH.com que la meilleure chose qu'il a vue de MacKinnon jusqu'à présent est sa témérité.

« Il bataille. Il a de la volonté, a déclaré Sakic. Il ne recule pas. Il n'a peur de personne. Il n’hésite pas à aller dans les zones difficiles. Évidemment, vous voulez l'emmener lentement, mais il nous force la main. Il a fait un travail formidable et il est prêt à apprendre et à faire tout ce qu'il faudra pour être un joueur plus complet. »

Lorsqu'on lui a demandé si cela le surprenait, Sakic a rapidement répondu dans la négative.

« Eh bien, vous vous attendiez à un oui, mais je ne dirais pas qu'il est surprenant, a déclaré Sakic. C'est ce que à quoi nous nous attendions. Nous savions qu'il était un gars compétitif. Cela ne se produit pas avec tout le monde quand ils font le grand saut, mais nous nous attendions à ce que cela survienne dans le cas de MacKinnon.

« Vous pouvez voir qu'il est beaucoup plus à l'aise maintenant, mais cela provient du fait qu’il est ici et qu’il joue », a-t-il poursuivi. « Il faut s'habituer au rythme. Pour un gars comme lui, il lui faut réaliser que ces joueurs sont rapides, mais qu’il est encore plus rapide qu’eux. Il décolle. Il vole. »

Ici et là

* Chez les Blackhawks, la tâche de tuer les pénalités a été le seul talon d'Achille de l'équipe cette saison, un problème qui a beaucoup à voir avec le fait que Michael Frolik joue maintenant pour les Jets de Winnipeg.

Quenneville n'a pas été en mesure de trouver un remplaçant pour Frolik au sein de la première unité de désavantage numérique cette saison. Marcus Kruger en est le pilier et dernièrement il a été jumelé avec Michal Handzus.

Frolik, cependant, était une raison importante pour laquelle Chicago était la troisième meilleure équipe en désavantage numérique dans la ligue avec un rendement de 87,2 pour cent, la saison dernière. L’unité d’infériorité numérique des Blackhawks était au 29e rang du circuit à 73,8 pour cent avant d’entamer le match de mardi contre les Predators de Nashville.

« Je donne à Fro un certain crédit, il a fait un excellent travail, a dit Quenneville. La seule année où il l'a fait ici, nous avons vraiment connu une bonne saison avec lui, mais je pense que tout le monde devrait être en mesure d’apporter son aide et nous allons replacer les choses. »

* L’ailier droit des Blue Jackets Nathan Horton patine avec l'équipe et pourrait être autorisé à reprendre l’entraînement avec contacts bientôt. Horton a été opéré à l'épaule le 17 Juillet et Kekäläinen avait affirmé à ce moment qu’il lui faudrait une période de remise en forme de six mois avant de pouvoir renouer avec l’action.

« Il lui faudra probablement quelques semaines encore, mais il se rapproche maintenant, a déclaré Kekäläinen. Tout dépend du moment où le personnel médical estime que sa force est à 100 pour cent. Ils ne vont pas précipiter les choses pour un match ou deux. »

Marian Gaborik, qui est à l’écart depuis le 14 novembre à cause d’une blessure au genou gauche, pourrait revenir au jeu cette semaine.

* Trotz a déclaré que le gardien Pekka Rinne (infection de la hanche) a recommencé à s’entraîner, mais que ce dernier n'est pas près d'effectuer un retour au jeu. Pendant ce temps, Carter Hutton a été nommé la troisième étoile de la semaine dans la LNH, pour la semaine dernière, après avoir affiché un dossier de 3-0-0 avec une moyenne de buts alloués de 1,33 ainsi qu’un pourcentage d’arrêts de ,960. Marek Mazanec a été nommé recrue du mois de novembre dans la LNH, quand il a affiché un rendement de 5-4-1 avec une moyenne de buts alloués de 2,00 ainsi qu’un pourcentage d'arrêts de ,932.

« Nous nous accrochons », a dit Trotz.

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
Montréal mène la série 1-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
Anaheim mène la série 1-0
vs.
La série débute le 17 avril
 

La LNH sur Facebook