Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Alex Ovechkin vers une version moderne de la marque des 50 buts en 50 matchs

vendredi 2013-12-13 / 15:39 / LNH.com - Nouvelles

Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Alex Ovechkin vers une version moderne de la marque des 50 buts en 50 matchs
Alex Ovechkin vers une version moderne de la marque des 50 buts en 50 matchs

Alex Ovechkin a été le meilleur buteur de la LNH durant les cinq premières saisons de sa carrière, puis ça n’a plus été le cas durant deux saisons de suite, alors que son jeu a été disséqué, il a changé d’entraîneur deux fois et Steven Stamkos est entré dans les premiers stades du meilleur de sa carrière.

Si ce n'était de la blessure de Stamkos, on pourrait avoir droit à une bataille entre lui et Ovechkin pour la suprématie des tireurs d’élite en 2013-14. Ovechkin n'est pas seulement de retour à sa forme d’autrefois, il accumule les buts à un rythme plus élevé qu’au moment de ses saisons fastes.

Ovechkin a marqué 26 buts en 29 matchs cette saison. Il en a compté 48 dans ses 50 derniers matchs et 49 à ses 52 dernières parties, total qui remonte au début d'une productive poussée de fin de saison où il a inscrit 23 buts en 23 affrontements pour terminer la campagne 2012-13.

Il a brûlé le Lightning de Tampa Bay avec une soirée de quatre buts, mardi dernier, la troisième fois qu’il accumulait un tour du chapeau additionné d’un but au cours d’un seul match en carrière, mais la première fois en près de cinq ans. Si Ovechkin arrivait à inscrire trois buts contre les Panthers de la Floride, vendredi soir, cela signifierait qu’il aurait inscrit 50 buts à ses 50 derniers matchs en saison régulière.

Ce serait loin du fameux « 50 en 50 » classique, ce qui représente une réalisation unique et vénérée au hockey. Officiellement, le joueur doit marquer 50 buts dans les 50 premières rencontres de son équipe au cours d'une saison.

Cela a été fait huit fois par cinq joueurs : Maurice Richard, Mike Bossy, Wayne Gretzky (trois fois), Mario Lemieux et Brett Hull (deux fois). Hull a été le dernier à le faire, en 1990-91 et 1991-92.

L'homme qui passait la rondelle à Hull pour ces deux saisons incroyables est le gars qui est aujourd’hui devenu l’entraîneur d’Ovechkin, Adam Oates. Après avoir mérité la réputation d'être un gourou du jeu de puissance lors de son passage comme entraîneur adjoint, on a chargé Oates d'aider Ovechkin à retrouver sa touche de marqueur.

Le jeu de puissance de Washington connaît une renaissance avec Oates en charge. Il est revenu à un niveau élite, soit au niveau où il était au cours des années de prouesses passées d'Ovechkin, et il en est responsable en majeure partie. Il a inscrit 27 buts en avantage numérique depuis le début de la saison 2012-13, 10 de plus que n'importe qui d'autre dans la ligue au cours de cette période.

D'autres joueurs ont marqué 50 buts à leurs 50 premiers matchs, mais ils se retrouvent à l’écart de la marque officielle à cause de blessures ou d'autres circonstances. Jari Kurri, Alexander Mogilny, Lemieux (deux fois) et Cam Neely font partie de cette liste. Puisque l'équipe d’Ovechkin a déjà disputé 31 matchs, il est plus susceptible de rejoindre cette liste « non officielle ».

Il n'existe aucune liste qui détaille les joueurs qui ont inscrit 50 buts en 50 matchs sur plus d’une saison. Ça n’a jamais été reconnu par le passé. Cela dit, il y a une raison qui explique le fait que personne n’ayant atteint cette marque de 50 buts en 50 parties sur cette liste ne l’a fait après la saison 1995-96.

Les gardiens de but se sont améliorés d’une façon exponentielle au cours des deux dernières décennies, de même que l'attention aux détails avec les systèmes défensifs plus élaborés. Au lendemain d’un affrontement entre les Capitals et les Penguins de Pittsburgh, qui croisaient le fer pour la première fois cette saison, Ovechkin a été interrogé à propos de la possibilité d’en marquer 50 en 50 matchs au cours d’une saison. Le « Dynamo russe » a dit qu'il ne pensait pas que c'était chose possible. Il a également dit que lorsqu’il regardait de vieilles séquences vidéo qui dataient des années 1980, il hochait la tête en voyant les performances des gardiens de but.

Considérant la façon dont le nombre de buts a baissé au cours des deux dernières décennies, le fait de marquer 50 buts en autant de matchs serait un accomplissement absolument incroyable.

Pour ce faire, Ovechkin aurait besoin d’inscrire trois buts vendredi soir, ou quatre au cours de ses deux prochains affrontements, ou encore cinq au cours de ses trois prochaines rencontres. Trois filets contre les Panthers ne semble pas se retrouver en dehors du domaine du possible. Il a inscrit 30 buts en 47 matchs en carrière contre les Panthers. La seule équipe contre laquelle il en a marqué davantage est Tampa Bay.

Après un match de quatre buts, le fait de réussir un tour du chapeau serait également un nouvel exploit pour Ovechkin. Il a marqué cinq buts en l'espace de deux matchs à cinq occasions, mais jamais six ou sept. Les deux prochains matchs après celui contre la Floride seront contre les Flyers de Philadelphie, un autre club qui a eu des problèmes au niveau du nombre de buts accordés cette saison et dans le passé face à Ovechkin. Il a inscrit 24 buts en 29 matchs au cours de sa carrière contre les Flyers.

En carrière, son plus haut total de buts inscrits en une saison est de 65, ce qui représente aussi un record pour un ailier gauche. S'il ne manque pas un autre match en 2013-14, son rythme actuel (26 buts en 29 parties) lui permettrait d’enregistrer une performance de 71 buts en 80 matchs. Ce serait le plus haut total de buts marqués en une saison depuis Mogilny et Teemu Selanne, qui en avaient tous les deux marqué 76 au cours de la saison 1992-1993.

Peu importe, si Ovechkin peut atteindre le record officiel de 50 buts en 50 matchs, le record officieux de 50 en 50, ou créer une version moderne en inscrivant 50 buts en 50 matchs étalés sur plus d’une saison, il est assez clair qu’Ovechkin a recommencé à marquer des buts comme il le faisait autrefois.

 

La LNH sur Facebook