Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les Bruins défont les Penguins grâce à deux buts dans la dernière minute et demie de jeu

samedi 2013-12-07 / 22:22 / LNH.com - Nouvelles

Par Matt Kalman - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Bruins défont les Penguins grâce à deux buts dans la dernière minute et demie de jeu
Les Bruins défont les Penguins grâce à deux buts dans la dernière minute et demie de jeu

BOSTON – Samedi, la dernière rencontre entre les Bruins de Boston et les Penguins de Pittsburgh en saison régulière a donné lieu à du jeu robuste comme on en voit en séries éliminatoires, incluant 67 mises en échec. Pour la troisième fois de l’année, la confrontation entre les deux finalistes de l’Association de l’Est l’an passé s’est décidée par la marge d’un but.

Boston a comblé un déficit de deux buts dans la dernière minute et demie de jeu, dont celui de Zdeno Chara avec seulement 13 secondes à faire à la partie, pour interrompre la série de cinq victoires des Penguins – un sommet pour eux cette saison – et s’imposer 3-2 au TD Garden.

« C’était vraiment difficile pour moi. Dès le début du match c’était du jeu très physique, a déclaré Chara. Il y avait beaucoup d’émotion et beaucoup de chances de marquer, du hockey très digne des séries éliminatoires.

« On tirait de l’arrière pendant tout le match. On ne faisait que se battre pour ce but égalisateur et on l’a eu, et par la suite on a transporté ce momentum jusqu’en fin de match et on a réussi à marquer avec très peu de temps au cadran. C’était une bonne victoire pour nous. »

Le défenseur des Penguins Brooks Orpik a dû quitter la patinoire sur une civière après une altercation avec l’attaquant des Bruins Shawn Thornton en première période. Orpik a été libéré de l’hôpital en fin de soirée samedi et devrait être en mesure de retourner à Pittsburgh avec le reste de l’équipe.

« Écoutez, je me sens terriblement mal. Ce n’était pas mon intention que ça se termine comme ça, a dit Thornton. Je connais Brooksie. J’ai appris à le connaître au cours des dernières années. J’ai patiné avec lui pendant l’été et pendant le lock-out. Je lui ai envoyé des textos à quelques reprises. Je me sens vraiment mal. Ce n’est définitivement pas ce que je voulais voir ni ce que personne ne voulait voir. »

Les Bruins (19-8-2) se sont hissés à un point des Penguins (20-10-1) et du Canadien de Montréal au premier rang dans l’Est.

« C’était une bonne victoire pour nous. Nous n’étions pas particulièrement satisfaits de notre jeu à cause des hauts et des bas, et ce soir (samedi) c’était vraiment un match étrange, un match éreintant », a déclaré l’entraîneur des Bruins, Claude Julien. « Il ne semblait pas se passer grand-chose, et pour nous d’être en mesure de marquer deux fois en fin de match et d’aller chercher la victoire en temps réglementaire, je crois qu’on doit bâtir là-dessus. »

Tirant de l’arrière 2-1 au début de la troisième période, les Bruins ont eu plusieurs occasions de créer l’égalité. Reilly Smith a raté une cage abandonnée et Chara a touché le poteau. Sidney Crosby aurait pu creuser l’écart en faveur des Penguins, mais il a été stoppé sur une échappée immédiatement après que Chara eut atteint le poteau.

Les Bruins ont retiré leur gardien de but Tuukka Rask à la faveur d’un attaquant supplémentaire et David Krejci a égalé la marque à 18:31. Chara a fendu l’air sur la passe de Milan Lucic, mais Krejci a déjoué Marc-André Fleury avec un tir des poignets de l’enclave.

Chara a inscrit le but gagnant lui aussi avec un tir des poignets du haut de l’enclave à 19:47.

Avant la fin du premier vingt, les Bruins avaient déjà perdu deux attaquants: Loui Eriksson en raison d’une commotion cérébrale et Thornton qui a écopé d’une pénalité de match.

Thornton a blessé Orpik en frappant le joueur des Penguins alors qu’il était étendu sur la patinoire. Orpik était alerte et conscient au Massachusetts General Hospital, d’après les Penguins, et l’entraîneur Dan Bylsma a indiqué que Orpik avait quitté l’hôpital et qu’il s’envolerait pour Pittsburgh avec l’équipe.

Peu de temps après le début de la rencontre, Orpik a frappé Eriksson près de la ligne bleue des Bruins. Après le coup de sifflet, Eriksson est retourné au vestiaire des siens et il n’est pas revenu au jeu par la suite.

Thornton a voulu s’en prendre à Orpik plus tard dans l’engagement et il a écopé d’une punition pour rudesse. Les Penguins en ont profité pour marquer en avantage numérique quand le tir des poignets du coin gauche de Chris Kunitz a dévié sur le bâton du défenseur de Boston Dennis Seidenberg, puis sur Chara devant le filet avant de déjouer Rask à 6:33.

L’attaquant des Bruins Reilly Smith a égalé le pointage 1-1 avec un tir sur réception du cercle des mises en jeu de gauche à 10:13. Patrice Bergeron a orchestré le jeu en encaissant une mise en échec le long de la bande gauche. Il s’agissait du premier de cinq tirs au but des Bruins en première période. Pittsburgh en a obtenus 13.

Lors d’un arrêt de jeu survenu à 11:06, quand l’attaquant de Boston Brad Marchand s’est retrouvé sur la glace, son coéquipier Gregory Campbell a eu une discussion avec les défenseurs de Pittsburgh Kristopher Letang et Orpik. Thornton s’est amené et a projeté Orpik sur la patinoire.

L’attaquant des Penguins James Neal a reçu une punition mineure pour avoir donné un coup de genou à la tête de Marchand juste avant cet incident.

« Qu’est-ce que vous voulez que je dise? Que j’essayais de le frapper?, a mentionné Neal. Non, je passais à côté de lui, je ne me suis pas tassé. Je dois faire plus attention, j’imagine que je dois enlever mon genou du chemin, mais je n’essayais pas de le frapper à la tête ou le blesser. »

La LNH a annoncé samedi soir que Neal allait avoir une audience téléphonique avec le Département de sécurité des joueurs lundi. Thornton aura quant à lui une audience en personne à une date qui reste à déterminer.

Les Penguins ont fait de leur mieux pour demeurer concentrés après avoir vu Orpik quitter de la sorte.

« C’était assez silencieux [sur le banc], a dit Crosby. C’est difficile de se concentrer sur le hockey quand tu vois un coéquipier et ami étendu sans bouger comme ça. Tu ne sais pas ce qui ne va pas. On a entendu qu’il se portait bien, mais c’est un scénario assez différent quand tu es assis sur le banc et que c’est silencieux. Tout l’amphithéâtre était silencieux. Je crois qu’ils ont réalisé que c’était assez vicieux. »

Les deux équipes ont joué à 4-contre-4 pendant deux minutes, puis les Penguins ont compté une fois pendant le reste de la pénalité de Thornton. Neal a capté une longue passe de Matt Niskanen à la ligne bleue des Bruins à sa sortie du cachot. Il a battu Rask du côté rapproché avec un tir des poignets du cercle des mises en jeu de gauche à 13:13 pour donner les devants 2-1 à Pittsburgh.

L’attaque à cinq des Penguins a été neutralisée à deux reprises au deuxième vingt. Rask peut remercier d’ailleurs son défenseur Dennis Seidenberg, qui a bloqué le tir sur réception de Jussi Jokinen pendant un de ces jeux de puissance alors que le gardien de Boston se trouvait hors position.

Les Bruins amorceront un périple de quatre parties à l’étranger dimanche contre les Maple Leafs de Toronto avant de se rendre dans l’Ouest canadien.

 

La LNH sur Facebook