Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les Canucks ont hâte de voir le BC Place transformé pour la Classique héritage

vendredi 2013-12-06 / 1:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Canucks ont hâte de voir le BC Place transformé pour la Classique héritage
Les Canucks de Vancouver ne passent habituellement pas beaucoup de temps au BC Place, mais ils ont hâte de voir de quoi aura l’air le stade de 55 000 sièges lorsqu’il sera transformé pour la Classique héritage Tim Hortons de la LNH le 2 mars.

VANCOUVER – Pour la plupart des joueurs de longue date des Canucks de Vancouver, le BC Place est un peu plus qu’un large stade au toit en champignon devant lequel ils passent presqu’à chaque jour en chemin vers leur propre amphithéâtre.

Le défenseur Kevin Bieksa est un des rares à avoir pénétré à l’intérieur du BC Place alors que le monde entier avait les yeux rivés sur Vancouver lors des Jeux d’hiver en 2010, en tant que spectateur pour la cérémonie d’ouverture.

« J’ai eu la chance de vivre cette expérience et c’était incroyable », a dit Bieksa, qui était demeuré à Vancouver en février 2010 en raison d’une blessure, pendant que le reste des Canucks étaient sur la route quand les Jeux olympiques ont débuté. « L’énergie dans ce stade était extraordinaire, tu pouvais la sentir. »

On commençait à se demander jeudi si l’ambiance serait similaire lorsque 55 000 partisans rempliront le BC Place le 2 mars contre les Sénateurs d’Ottawa. Il existe cependant une différence majeure par rapport aux Jeux olympiques: ce vieux stade au toit en champignon a été complètement transformé, dans le cadre de rénovations évaluées à 563 millions $, pour assurer que le premier match de la LNH à être disputé sous un toit rétractable ait une vraie ambiance de match extérieur.

C’est exactement le sentiment qu’il y avait jeudi, alors que le soleil brillait à travers la large ouverture et qu’un vent frisquet donnait l’impression qu’il faisait plus froid que le 1 degré Celcius ressenti.

« La température en ce moment serait parfaite », a déclaré Daniel Sedin.

Comme Sedin et Bieksa l’ont plus tard mentionné, de bonnes averses de pluie le jour du match pourraient obliger les organisateurs à fermer le toit. Mais après avoir vu de quoi allait avoir l’air le BC Place avec la patinoire au centre du terrain et les gradins remplis par trois fois plus de partisans que ce à quoi les Canucks sont habitués au Rogers Arena de l’autre côté de la rue, il semble que la température et le toit n’aient pas vraiment d’importance finalement.

La troisième Classique héritage de l’histoire sera un spectacle à ne pas manquer, peu importe les conditions climatiques.

« Jouer devant 50 000 personnes, l’atmosphère sera extraordinaire, a dit Bieksa. La plupart d’entre nous ont appris à patiner à l’extérieur. Ça fait quelques années qu’on regarde ces matchs en rongeant notre frein et en espérant qu’on puisse y participer un jour. »

Même s’il a regardé les matchs extérieurs précédents à la télévision, Ryan Kesler n’a pas vraiment senti ce que c’était avant de mettre les pieds au BC Place.

« Tu le réalises quand tu pénètres dans le stade », a mentionné Kesler, qui n’était pas de la cérémonie de clôture des Jeux de Vancouver quelques heures après avoir perdu la médaille d’or face au Canada. « C’est assez incroyable. »

La LNH travaille actuellement sur un projet pour partager le plus possible l’aventure menant à la Classique héritage 2014 à travers une série télévisée, qui s’appellera « NHL Revealed: A Season Like No Other » (LNH dévoilée: une saison pas comme les autres).

Un extrait a été présenté aux médias jeudi, où on voyait l’attaquant des Canucks Dale Weise en état de panique parce qu’il n’arrivait plus à trouver son casque, qui avait été caché par un de ses coéquipiers, avant une récente séance d’entraînement, et l’entraîneur John Tortorella motiver ses troupes entre deux périodes d’une victoire contre les Sénateurs le jour suivant.

Selon John Collins, chef des opérations de la LNH, ce genre d’accès illimité est en grande partie ce qui permet à un événement comme la Classique héritage d’être une véritable expérience pour la communauté, qui s’étend au-delà de Vancouver.

« Les partisans adorent qu’on les inclut dans le jeu et voir à quel point cet événement est spécial et à quel point les gars qui y participent sont spéciaux, a dit Collins. Comment pouvons-nous célébrer notre sport de façon majeure? En rassemblant toute la communauté. »

Et quelle meilleure façon qu’avec un match extérieur, qui a fait replonger les joueurs de la LNH dans leurs souvenirs de jeunesse jeudi.

Kesler a notamment parlé des patinoires extérieures que son père construisait dans le jardin de la maison familiale et de l’époque où il jouait sur les lacs gelés du Michigan avec son oncle et ses frères.

« Ce sera un moment spécial dans ma vie que je n’oublierai jamais », a-t-il indiqué.

 

La LNH sur Facebook