Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

ÉCJ: des gardiens établis et des Québécois prometteurs

lundi 2013-12-02 / 18:25 / LNH.com - Nouvelles

Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


ÉCJ: des gardiens établis et des Québécois prometteurs
ÉCJ: des gardiens établis et des Québécois prometteurs

MONTRÉAL – Hockey Canada a procédé à l’annonce de la formation qui participera au camp de sélection pour l’équipe nationale junior qui s’envolera pour Malmo en Suède pendant le temps des Fêtes.

Mais plus surprenant que la sélection des joueurs elle-même, le nombre de joueurs; 25. Parmi eux, seulement deux gardiens – l’espoir du Canadien de Montréal Zachary Fucale et celui des Red Wings de Detroit Jake Paterson –, signifiant qu’ils sont tous les deux assurés de se tailler un poste au sein de l’équipe.

Situation assez inhabituelle, certes, mais qui allait de soi d’après Benoît Groulx, qui sera un des entraîneurs adjoints à Brent Sutter pour le tournoi.

« On était confortables avec ces deux bonhommes-là, a-t-il déclaré. Ce sont des gars qui selon nous ont livré de très bonnes performances à la Super Série Subway, on verra maintenant comment ils vont se comporter dans notre camp de sélection. »

Selon Sean Burke, qui fait partie de la direction d’ÉCJ, réduire le nombre de gardiens à deux aussi tôt était aussi la décision qui semblait la plus logique pour le Canada.

« Il va quand même y avoir une compétition pour les deux postes de gardien », a déclaré Burke, qui est aussi un ancien gardien dans la LNH en plus d’être entraîneur des gardiens pour les Coyotes de Phoenix et ajdoint au directeur général. « On devra décider qui va jouer la majeure partie des matchs après le camp et les matchs préparatoires. En ce moment, nous avons deux joueurs qui peuvent faire le travail, et pour nous d’en garder d’autres et de devoir prendre une décision au dernier moment ne semblait pas logique. Les deux sont très talentueux et nous sentons qu’ils pourraient tous les deux aller chercher l’or. »

Groulx et Burke ont d’ailleurs lancé des fleurs à Fucale, qui a fait écarquiller bien des yeux autant au camp du Canadien que partout où il est passé depuis.

« Zachary est un joueur de très grande qualité, a évoqué Burke. J’ai été impressionné par son jeu quand je l’ai vu cet été [au camp d’évaluation] à Lake Placid, et j’ai aussi eu la chance de le voir quelques fois cette année. C’est un de ces joueurs qui vous donnent confiance en tant qu’équipe, vous pourriez demander à quiconque a joué avec lui ou contre lui, il a toute une présence. Il a connu beaucoup de succès, il a prouvé qu’il était un gagnant à différents niveaux et ce que j’ai vu de lui me rend très confiant. »

« Fucale est encore un jeune gardien de but, on l’oublie souvent, mais c’est un gars qui partout où il passe le succès semble lui coller à la peau, a ajouté Groulx. Je pense que c’est une qualité chez lui. Il a démontré de belles choses, du sang-froid aussi. »

Avec les montées des gardiens de but de talent dans d’autres pays tels la Finlande, avec notamment Tuukka Rask, Antti Niemi et Kari Lehtonen, la Suède, avec Henrik Lundqvist entre autres, ou les États-Unis, avec Jonathan Quick et Ryan Miller, certains pourraient être portés à croire que le Canada accuse du retard sur les autres nations à ce chapitre.

Mais Burke n’en croit pas un mot.

« Je ne pense pas qu’on soit derrière les autres pays quant au développement de nos gardiens de but, je crois simplement que les autres pays ont fait du bon boulot pour nous rattraper, a-t-il dit. Il fut un temps où quand le Canada préparait son équipe nationale, il aurait pu y avoir deux formations complètes et trois gardiens sur chacune d’elle capables de gagner. Maintenant, il y a davantage de gardiens européens dans la ligue, les États-Unis aussi développent de très bons gardiens.

« Je crois que la compétition est juste plus féroce, je ne pense pas que le Canada ait pris du retard. Il y a beaucoup de bons gardiens [au Canada], si on regarde l’équipe olympique, les décisions seront très difficiles à prendre parce qu’il y a beaucoup de gardiens talentueux, comme pour nous au niveau junior. »

Un incontournable chez les Québécois

Six joueurs de la belle province, qui s’adonnent aussi à être des joueurs issus de la LHJMQ, font partie de la liste d’invités pour le camp de sélection.

Et c’est sans surprise que Jonathan Drouin, choix de première ronde (troisième au total) du Lightning de Tampa Bay en 2013 et récent vainqueur de la Coupe Memorial se retrouvait parmi ladite liste.

En plus de Drouin et Fucale, Frédérik Gauthier, Félix Girard, Charles Hudon et Anthony Mantha ont aussi été remarqué par Hockey Canada.

Groulx, qui voit les Québécois évoluer plus souvent qu’à son tour de l’arrière du banc des Olympiques de Gatineau dans la LHJMQ, et qui a rempli le rôle d’entraîneur-chef lors de la Super Série Subway il y a quelques semaines, n’avait que de bons mots pour les représentants du circuit Courteau qui pourraient se tailler un poste au sein de l’équipe canadienne.

« C’est un incontournable, c’est le meilleur joueur de notre ligue, probablement le meilleur au Canada », a-t-il d’abord évoqué par rapport à Drouin. « Surtout de la façon dont il a joué à la Super Série. Je crois qu’Anthony Mantha et Charles Hudon ont aussi montré qu’ils pouvaient jouer à un haut niveau. Ils ont eu un impact sur les deux matchs [du Québec pendant la Super série]. Frédérik Gauthier et Félix Girard sont des joueurs qui ont été utilisés en désavantage numérique, des gars qui ont été très solides. Notre désavantage numérique a très bien fonctionné et ils en ont été des rouages très importants. »

Si les six Québécois à avoir été invités au camp réussissaient à faire l’équipe, cela égalerait le total de l’édition 2000, un nombre qui n’a pas encore été égalé depuis.

Mais peu importe la quantité, Groulx a insisté sur le fait que ce qui compte, c’est le rôle important qui sera attribué à chacun.

« Pour nous, ce n’est pas une équipe d’étoiles qu’on voulait former, a-t-il précisé. C’était bâtir une équipe avec des joueurs qui vont pouvoir s’adapter, des joueurs versatiles, des joueurs qui vont pouvoir se mettre au service de l’équipe et vraiment performer dans différentes situations. Et je pense que notre groupe de direction ici a fait un travail extraordinaire pour aller dénicher ces joueurs-là. »

Hudon, repêché en 2012 par le Candien en cinquième ronde (122e au total), ne connaît quant à lui peut-être pas le début de saison espéré avec les Saguenéens de Chicoutimi, mais ses performances lors de la Super Série Subway lui ont sauvé la peau.

« Il a eu un très bon camp cet été à Lake Placid, et on savait aussi que Charles avait connu de bonnes performances avec les moins de 18 ans dans le passé, a ajouté Groulx. C’était un joueur clé. Et la Série Subway dans son cas a tout déterminé, parce qu’il a eu un début de saison en dents de scie. […] Ces deux parties ont été cruciales pour lui. Il a performé et a démontré qu’il était capable d’être un joueur important à ce niveau-là, et ça lui a valu une invitation. »

 

La LNH sur Facebook