Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Alfredsson des Red Wings n'est pas nerveux à l'idée de retourner à Ottawa

dimanche 2013-12-01 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Sean Farrell - Correspondant LNH.com

OTTAWADaniel Alfredsson a quitté l’aréna des Sénateurs en banlieue d'Ottawa comme il l'a fait des centaines de fois par le passé.

Or, ce samedi, c'était quelque peu différent. Non seulement l'édifice s'appelle-t-il maintenant le Centre Canadian Tire, mais Alfredsson revêt aussi un uniforme différent, soit celui des Red Wings de Detroit.

Dimanche, l'ancien capitaine des Sénateurs disputera un premier match à Ottawa depuis qu'il s'est joint aux Red Wings à titre d'agent libre.

« Je me sentais bien », a déclaré Alfredsson après l'entraînement des Red Wings samedi après-midi. « Il y a toujours des arénas dans la ligue où l'on se sent bien et je me sens bien ici, c'est évident. »

Celui qui occupe le premier rang de l'histoire des Sénateurs pour les parties jouées (1178), les buts (426), les assistances (682) et les points (1108) se présente à Ottawa sur une belle lancée. Alfredsson a inscrit trois points vendredi, dont ses cinquième et sixième buts de la saison, dans un gain de 5-0 sur la route contre les Islanders de New York. Detroit signait ainsi une troisième victoire consécutive.

On a demandé à Alfredsson s'il appréhendait la réaction des partisans quand son ancienne formation diffusera un hommage vidéo avant la rencontre. Ce sera le troisième affrontement entre les Red Wings et les Sénateurs cette saison, mais le premier à Ottawa.

« Pas vraiment, a répondu Alfredsson. C'est surtout le match qui me rend nerveux. On verra bien. C'est complètement différent de tout ce que j'ai fait auparavant, alors je ne sais pas à quoi m'attendre, ni ce qui va arriver. J'espère que ce sera une belle soirée. »

Le commentateur francophone des matchs des Sénateurs Patrick Lalime, qui en était à sa première campagne à Ottawa quand Alfredsson a été nommé capitaine en 1999, a souhaité la bienvenue à son ancien coéquipier après que celui-ci eut rencontré les médias, dont un journaliste et une équipe de tournage de Suède.

Les deux anciens Sénateurs se sont entretenus de leurs retours respectifs dans l'amphithéâtre où ils ont disputé tant de parties. Alfredsson a révélé que ses enfants avaient demandé s'ils pouvaient utiliser le bain tourbillon.

C'est un des avantages dont Alfredsson et sa famille ne peuvent plus profiter.

Son départ des Sénateurs l'été dernier ne s'est pas passé comme prévu. Personne à Ottawa ne croyait que sa carrière dans la capitale nationale, où les quatre fils d'Alfredsson sont nés, se terminerait ainsi.

« Oui, ç'a été dur », a admis le défenseur des Sénateurs Marc Méthot. « Je mentirais si je disais le contraire. On pensait tous qu'il allait revenir. Il occupait tellement de place dans le vestiaire, donc ç'a été très difficile. Ça en dit long sur le type de joueur qu'il était. »

Et Alfredsson a toujours le respect de ses anciens coéquipiers selon l'ailier droit des Sénateurs Chris Neil.

« Il était beaucoup aimé dans la ville et il est comme ça, a expliqué Neil. Je suis certain que les joueurs des Red Wings vous diront la même chose. C'est un joueur d'équipe qui s'adapte facilement. Il est prêt à tout pour ses coéquipiers. C'est un des travailleurs les plus acharnés sur la glace, et ce, tous les soirs. Il a toujours été comme ça pendant toutes ces années. Nous avons été chanceux à Ottawa de pouvoir compter sur lui pendant plusieurs années, de pouvoir le regarder jouer et de le voir produire comme il l'a fait. »

Le défenseur des Sénateurs Chris Phillips a évolué aux côtés d'Alfredsson, qui a été un choix de sixième ronde au repêchage de 1994 et qui a remporté le trophée Calder en 1995-96, pendant toute sa carrière jusqu'à cette année.

« L'affronter est un gros événement et quand ça soulève autant de passion, on veut en ressortir gagnant, a dit Phillips. On n'a pas besoin de motivation supplémentaire. On ne parle pas vraiment de ces choses-là, mais d'un autre côté, il veut gagner autant que nous. C'est la nature du sport. »

Ottawa a remporté les deux premiers affrontements contre ses nouveaux rivaux de la section Atlantique au compte de 6-1 à Detroit le 26 octobre et de 4-2 samedi dernier, également au Joe Louis Arena. Alfredsson a raté cette dernière rencontre en raison d’une blessure à l’aine.

« C’était un meneur discret qui était toujours le premier à accueillir les nouveaux venus dans le vestiaire. Il s’est toujours comporté avec beaucoup de classe », a déclaré le capitaine des Sénateurs Jason Spezza.

La date du 1er décembre est encerclée sur le calendrier depuis l’été dernier et les joueurs des Sénateurs saisissent toute l’importance de ce match.

« On sait tous que ça s’en vient et on sait tous à quoi s’attendre. Je ne pense pas qu’on doive en discuter davantage pour comprendre à quel point c’est important », a ajouté le défenseur Erik Karlsson, qu’Alfredsson avait pris sous son aile. « Évidemment, ce sera émouvant de regarder l’hommage vidéo, mais dès que la rondelle sera mise en jeu, ce sera une partie comme les autres. On va jouer avec intensité et on ne se concentrera pas uniquement sur le numéro 11 de l’équipe adverse. »

L’entraîneur des Red Wings Mike Babcock insérera Alfredsson dans la formation partante. L’entraîneur des Sénateurs Paul MacLean, qui a été l’adjoint de Babcock avant d’être embauché à Ottawa, croit que le match de dimanche permettra aux partisans de l’équipe de fermer ce chapitre de leur histoire.

« Nous sommes passés à autre chose et je sais que Daniel est passé à autre chose, a affirmé MacLean. Les partisans auront l’occasion de clore ce chapitre et ça fera du bien à tout le monde. »

Quand on lui a demandé quel serait l’héritage d’Alfredsson à Ottawa, Phillips a pris le temps de réfléchir avant de répondre.

« Je ne sais pas. Ça va peut-être changer un peu, mais je ne le crois pas, a-t-il lancé. Ce sont des choses qui arrivent et il faut passer par-dessus. On ne peut pas oublier tout ce qu’il a fait pour cette équipe et pour cette ville pendant toutes ces années. On a réussi à passer à autre chose, alors après la journée [de dimanche], son héritage devrait rester le même que ce qu’il était avant tout ça. »

Babcock a déclaré que les partisans des Sénateurs étaient libres de réserver l’accueil de leur choix à Alfredsson, mais il a tenu à préciser sa pensée.

« Une des choses qu’il pourra faire ici [dimanche], c’est qu’il pourra les remercier, même s’il l’a déjà fait. Quiconque a joué presque 1200 parties dans votre organisation en a déjà fait beaucoup pour votre ville, a conclu Babcock. C’est sa personnalité en dehors de la patinoire. Il aura donc la chance de tirer sa révérence et les gens auront l’occasion d’exprimer ce qu’ils ressentent. Ils dépensent leur propre argent pour venir le voir, alors ils peuvent faire ce qu’ils veulent, mais le respect est un élément primordial dans la vie. »

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
Detroit mène la série 1-0
vs.
Montréal mène la série 2-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
New York mène la série 1-0
vs.
Le Colorado mène la série 1-0
vs.
St. Louis mène la série 1-0
vs.
Anaheim mène la série 1-0
vs.
San Jose mène la série 1-0
 

La LNH sur Facebook