Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

L'espoir du Canadien Sven Andrighetto travaille fort pour atteindre la LNH

vendredi 2013-11-29 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Justin Dickie - Collaboration spéciale pour LNH.com

Partagez avec vos amis


L'espoir du Canadien Sven Andrighetto travaille fort pour atteindre la LNH
L’attaquant Sven Andrighetto, des Bulldogs de Hamilton de la Ligue américaine de hockey, est né à Zurich en Suisse. Mais son but a toujours été de jouer dans la Ligue nationale de hockey, aussi loin qu’il se souvient.

L’attaquant Sven Andrighetto, des Bulldogs de Hamilton de la Ligue américaine de hockey, est né à Zurich en Suisse. Mais son but a toujours été de jouer dans la Ligue nationale de hockey, aussi loin qu’il se souvient.

« Dès que j’ai su que la LNH existait, je voulais y jouer », a déclaré Andrighetto, un choix de troisième ronde (86e) du Canadien de Montréal au repêchage 2013 de la LNH. « C’est la meilleure ligue du monde et je veux en faire partie. Je veux être l’un des meilleurs joueurs du monde. C’est le rêve de tout le monde. »

Et le rêve de l’enfant est sur le point de devenir réalité. Il y a plein de clichés dans le hockey, mais Andrighetto, âgé de 20 ans, répète ses mantras avec autorité: travailler fort, être prêt à apprendre et s’améliorer à chaque jour.

Après deux ans dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec et un bon début à sa première saison professionnelle en Amérique du Nord avec les Bulldogs, il semble que la sensation suisse met en pratique ce qu’il prêche.

Andrighetto a joué deux saisons avec les Huskies de Rouyn-Noranda de la LHJMQ. À son arrivée à 18 ans, il avait comme objectif d’apprendre comment on pratiquait le hockey en Amérique du Nord, lui qui avait joué dans le tiers-deux de la ligue nationale suisse B pendant un an.

« La plus grande différence est la grandeur de la patinoire », a déclaré Andrighetto, 5 pieds 9 pouces et 182 livres. « Ici, la surface est moins grande, tu as donc moins de temps pour contrôler la rondelle. Tout arrive plus rapidement. »

Andrighetto semble amplement capable de suivre, peu importe le rythme du jeu. En 2011-12, il a totalisé 74 points (36 buts, 38 assistances) en 62 matchs à Rouyn-Noranda. Il a suivi sa bonne saison de recrue avec 98 points (31 buts, 67 aides) en 53 matchs la saison passée, ce qui lui a permis de terminer au sixième rang des pointeurs de la LHJMQ.

Même s’il a été ignoré par toutes les équipes de la LNH à ses deux premières années d’admissibilité au repêchage, les instincts offensifs d’Andrighetto étaient trop grands pour que Montréal l’ignore une troisième fois.

Andrighetto ne savait pas s’il allait être repêché, mais à la demande de son entraîneur junior, André Tourigny, il a tout de même assisté à l’événement à Newark au New Jersey. Après avoir quitté son pays à 18 ans, il a obtenu ce qu’il avait besoin, soit mettre un pied dans la porte.

« Je pense que tu as de meilleures chances d’être repêché quand tu joues en Amérique du Nord, a mentionné Andrighetto. Je suis aussi venu ici pour améliorer mon jeu. Je voulais ajouter rapidement le style nord-américain à mon jeu. Je crois que j’ai maintenant réussi un peu, je me suis acclimaté au jeu et c’est l’une des meilleures choses qui pouvaient m’arriver. »

Andrighetto démontre maintenant qu’il peut jouer et produire dans la LAH, une étape nécessaire pour atteindre la LNH. Après 15 matchs, il domine les Bulldogs au chapitre des buts (sept) et il occupe le troisième rang des pointeurs avec 11 points.

L’entraîneur des Bulldogs et ex-défenseur de la LNH, Sylvain Lefebvre, a eu des mots d’encouragements pour Andrighetto au début du camp d’entraînement qui l’ont aidé à faire la transition chez les professionnels.

« Il m’a simplement dit d’avoir du plaisir, de faire ce que je fais de mieux, de jouer avec intensité et de travailler fort, a déclaré Andrighetto. Il sait que je suis un joueur talentueux, mais cela ne signifie pas que je n’ai pas à travailler fort. Je dois être le gars de l’équipe qui travaille le plus fort. »

Parce que sa force est de marquer des buts, Andrighetto comprend qu’il a beaucoup de travail à faire pour devenir un joueur complet. Jusqu’à présent, il a démontré ses habiletés pour acquérir les notions défensives comme l’indique son différentiel de plus-4, qui a été égal ou meilleur à chacun de ses 13 premiers matchs.

« Le jeu défensif est l’une de mes faiblesses, même si je me suis beaucoup amélioré la saison dernière, mais je n’ai pas encore atteint mes objectifs, a révélé Andrighetto. En zone offensive, je crois que je suis créatif, je peux contrôler la rondelle, je peux tirer et je peux faire des jeux pour mes coéquipiers. »

Aussi longtemps que le jeune attaquant suisse s’en tiendra aux valeurs fondamentales dont il parle, ça devrait bien aller pour lui.

« Je tente simplement de faire de mon mieux à chaque jour, de travailler fort et de m’améliorer, a mentionné Andrighetto. J’en suis à ma première année dans la ligue et j’ai beaucoup de choses à apprendre. Je sais cela, mais je suis prêt à apprendre. Je veux apprendre et je veux m’améliorer à chaque jour. »

Pour les dernières nouvelles, les résultats et les statistiques de la Ligue américaine de hockey, consultez theahl.com.

 

La LNH sur Facebook