Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Mathieu Perreault est comme un poisson dans l’eau avec les Ducks d’Anaheim

lundi 2013-11-25 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Curtis Zupke - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Mathieu Perreault est comme un poisson dans l’eau avec les Ducks d’Anaheim
Il n’a pas fallu beaucoup de temps à Mathieu Perreault pour trouver une paix d’esprit sur la côte ouest. Il a été échangé par les Capitals de Washington aux Ducks d’Anaheim le 29 septembre et s’est avéré être un des vols du début de la saison.

ANAHEIM – Mathieu Perreault n’a même pas pu avoir un moment d’évasion sur un terrain de golf.

La fin du mois de septembre est habituellement une période sûre pour les vétérans joueurs de la LNH. Les équipes sont généralement fixées, ce qui signifie que les transactions sont peu probables. Mais Perreault sentait qu’il était sur le point de se faire exclure des plans des Capitals de Washington, et la nouvelle a carrément interrompu son élan arrière.

« [Le directeur général des Capitals] George McPhee m’a téléphoné, a dit Perreault. J’étais en train de jouer au golf avec les gars. C’était drôle. On en a parlé littéralement cinq minutes avant que mon téléphone sonne. J’ai dit aux gars que j’allais me faire échanger, et cinq minutes plus tard… »

Perreault a-t-il terminé sa ronde?

« [On avait] trois trous d’avance, a-t-il indiqué. Je l’ai finie, mais j’étais terrible. Ça allait dans tous les sens. Je ne pouvais plus me concentrer. »

Il n’a pas fallu beaucoup de temps à Perreault pour trouver une paix d’esprit sur la côte ouest. Il a été échangé par les Capitals de Washington aux Ducks d’Anaheim le 29 septembre et s’est avéré être un des vols du début de la saison.

Acquis en échange de John Mitchell et d’un choix de quatrième ronde à l’encan 2014, Perreault a inscrit cinq buts et amassé neuf aides à ses 16 premiers matchs avec les Ducks. Il a mis fin à une disette samedi avec une mention d’assistance et a maintenant récolté 15 points en 24 rencontres, à deux points de son total en 39 matchs la saison dernière.

« Je n’en savais pas beaucoup sur lui, a dit Teemu Selanne. Il a été une belle surprise pour nous. Tu ne sais jamais quel joueur va être disponible. Quand le d.g. fait une transaction, parfois tu ne connais même pas le gars. »

L’entraîneur d’Anaheim, Bruce Boudreau, connaissait certainement Perreault avant qu’il ne s’amène avec les Ducks, lui qui a piloté les Capitals de 2007 à 2012, en plus des Bears de Hershey dans la Ligue américaine pendant que Perreault y était. Il n’est donc pas vraiment surprenant que Perreault se soit aussi bien adapté au système de Boudreau en tant que joueur de centre de deuxième et troisième trios. Il a marqué son premier but dans l’uniforme des Ducks en prolongation le 5 octobre, et ajoute encore plus de profondeur à Anaheim au centre avec Ryan Getzlaf, Saku Koivu et Nick Bonino.

Depuis que Boudreau s’est amené à Anaheim, les Ducks ont acquis les anciens des Capitals Andrew Gordon et David Steckel. Mais Boudreau assure qu’il n’a en rien influencé la décision du directeur général des Ducks, Bob Murray, d’aller chercher Perreault, ne se contentant que de donner son opinion.

Washington avait supposément besoin de réduire ses dépenses afin de faire de l’espace sous le plafond salarial pour des jeunes joueurs, même si le salaire de 1,1 million $ de Perreault ne semblait pas représenter une trop grosse dépense.

« J’étais vraiment surpris, a déclaré Boudreau. Je n’avais pas entendu son nom être mentionné. Mais je suis encore Washington et pendant le calendrier préparatoire Eric Fehr évoluait au poste de troisième centre, alors je ne savais pas ce qu’ils allaient faire. Pas que c’était mon idée de toute façon, mais Bob a clairement vu la même chose que moi. Il s’est renseigné.

« Ils m’ont demandé comment [Perreault] était. Je crois leur avoir donné une réponse assez franche de ce que je pensais, et ils ont trouvé que sa présence améliorerait notre équipe, alors ils ont procédé à la transaction. »

Mais d’après Perreault, Boudreau a eu un plus grand rôle à jouer que ce qu’il prétend dans cet échange, indiquant qu’il était « probablement la raison principale pour laquelle la transaction est survenue ».

« Il m’a appelé et m’a dit qu’il avait insisté pour que je vienne ici, a dit Perreault. Il m’aimait comme joueur. Il sentait que ce serait une bonne idée d’avoir une autre chance ailleurs. Il était vraiment excité pour moi. »

Perreault aide les Ducks à être une des meilleures équipes à l’attaque et une des plus divertissantes à regarder à travers la ligue. Boudreau roule avec quatre trios, alors qu’un match typique des Ducks ne verra aucune unité avec moins de 15 à 17 présences sur la patinoire, ni plus d’environ 25.

Avec l’excellent début de saison que connaissent les Ducks, on commence déjà à parler d’eux comme d’aspirants à la Coupe Stanley. La question est de savoir si une autre des très bonnes équipes de Boudreau en saison régulière pourra transposer tout cela en séries éliminatoires.

Perreault voit des similitudes.

« Il y a beaucoup de profondeur, tout comme ce qu’on avait à Washington, a-t-il évoqué. À Washington, j’étais le centre du quatrième trio. Ça démontre quel genre de profondeur on avait. On avait quatre trios qui pouvaient marquer. C’est un peu la même chose ici. Bruce a vraiment été excellent pour faire sortir le meilleur de ses joueurs. Il a eu beaucoup de succès à Washington, et il en a encore beaucoup ici. »

 

La LNH sur Facebook