Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Ovechkin et Crosby, le double défi du Canadien en fin de semaine

jeudi 2013-11-21 / 14:26 / LNH.com - Nouvelles

La Presse Canadienne

Partagez avec vos amis


Ovechkin et Crosby, le double défi du Canadien en fin de semaine
Alexander Ovechkin, vendredi, et Sidney Crosby, le lendemain. La fin de semaine ne sera pas de tout repos pour le Canadien, qui rendra visite d'abord aux Capitals à Washington, avant de revenir à Montréal accueillir les Penguins de Pittsburgh.

BROSSARDAlexander Ovechkin, vendredi, et Sidney Crosby, le lendemain. La fin de semaine ne sera pas de tout repos pour le Canadien, qui rendra visite aux Capitals à Washington, avant de revenir à Montréal accueillir les Penguins de Pittsburgh. Tout cela en l'espace de 24 heures!

« Ce sont deux bonnes équipes, n'est-ce pas? », a lancé l'entraîneur Michel Therrien, avant le départ de l'équipe vers la capitaine fédérale américaine. « Ça va être un très gros défi pour nous, mais c'est le 'fun' les défis. »

Un défi que ses troupiers vont aborder avec confiance, dans la foulée de la victoire convaincante de 6-2 obtenue face au Wild du Minnesota, mardi.

Une bouchée à la fois: l'affrontement contre les Capitals est d'autant plus important qu'un seul point sépare les deux équipes au classement de l'Est (25-24).

« Je vois les Capitals comme une puissance dans la Ligue nationale, a argué Therrien. De la façon dont Alexander Ovechkin joue cette saison, il peut modifier le déroulement d'un match à lui-seul. »

Le trio de Tomas Plekanec, avec Brian Gionta et Daniel Brière, aura du pain sur la planche. Face aux Capitals, la tâche de stopper Ovechkin sera partagée entre quelques trios et duos de défenseurs parce que Therrien n'aura pas le dernier mot dans les changements de joueurs.

« Quand nous affrontons de bonnes équipes comme celles-là, je privilégie davantage un concept d'équipe, plutôt que de miser sur quelques joueurs seulement », a noté l'entraîneur.

Ovechkin fait flèche de tout bois, avec 17 buts et 24 points en 20 matchs. Il montre par contre un différentiel de moins-7 en défense. Les Capitals ont de la difficulté à égalité numérique, ayant accordé quatre buts de plus qu'ils en ont marqués (42-46).

Budaj vendredi

Malgré l'importance de l'affrontement contre les Capitals, Therrien fera confiance au gardien réserviste Peter Budaj. Ce devrait être le seul changement apporté à la formation, d'après ce qu'on a vu à l'entraînement à Brossard.

« Je n'ai aucune crainte à utiliser Peter Budaj, a réitéré l'entraîneur. Il s'entraîne fort, il le mérite. À toutes les fois qu'on l'envoie dans la mêlée, il répond à l'appel. »

C'est la cinquième fois cette saison que le Tricolore dispute deux matchs en autant de soirs. Budaj a vu de l'action à chacune des quatre premières occasions, et il a remporté trois rencontres.

Le CH a balayé les honneurs des deux rencontres à une reprise et il a divisé les honneurs deux fois. Il a subi la défaite deux fois, au Minnesota et au Colorado, au début du mois.

La saison dernière, le Tricolore a bien fait dans des situations semblables, en signant trois doublés et en divisant les honneurs à cinq reprises.

« Les entraîneurs font du bon travail pour nous garder frais et dispos », a relevé le capitaine Brian Gionta. « Ces séquences de 'deux-en-deux' sont très importantes. Toutes les équipes doivent en jouer plusieurs, surtout cette saison en raison de la pause de deux semaines pour les Jeux olympiques. Vous devez bien faire parce que si vous n'êtes pas bons, vous laissez filer de précieux points de classement. »

Bourque: l'heure juste

L'attaquant Rene Bourque (bas du corps) ne devrait pas jouer en fin de semaine, assurément pas vendredi.

Interrogé quant au statut de Bourque, Therrien a tenu à remettre les pendules à l'heure après avoir eu vent de rumeurs selon lesquelles il ne serait pas blessé ou qu'il souffrirait d'une commotion cérébrale.

« Nous sommes un livre ouvert en matière de blessures, a-t-il martelé. Quand nous laissons savoir qu'un joueur est blessé au bas du corps, il est blessé au bas du corps. Quand il souffre d'une commotion cérébrale, c'est une commotion cérébrale. C'est notre façon de faire les choses. Je ne vois pas pourquoi les gens mettent en doute les informations que nous donnons parce que nous disons la vérité. »

Le moulin à rumeurs s'est activé parce qu'on ne peut pas identifier à quel moment Bourque s'est blessé, lors du dernier match qu'il a livré dans sa totalité face aux Rangers de New York, le 16 novembre.

 

La LNH sur Facebook