Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Le Lightning veut prouver qu’il peut jouer sans Stamkos

mardi 2013-11-12 / 16:40 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Le Lightning veut prouver qu’il peut jouer sans Stamkos
Lorsque le Lightning sautera sur la glace contre le Canadien de Montréal au Centre Bell, mardi soir, ce sera la première fois que Steven Stamkos s’absentera d’un match en raison de blessures et la rencontre marquera la fin d’une série de 344 matchs consécutifs pour le joueur étoile de Tampa Bay.

MONTRÉAL - Le Lightning de Tampa Bay se retrouve en territoire étranger.

Lorsque le Lightning sautera sur la glace contre le Canadien de Montréal au Centre Bell, mardi soir, ce sera la première fois que Steven Stamkos s’absentera d’un match en raison de blessures et la rencontre marquera la fin d’une série de 344 matchs consécutifs pour le joueur étoile de Tampa Bay.

Stamkos a subi une fracture du tibia de la jambe droite quand il est entré en contact avec un poteau de son propre but, lundi après-midi au TD Garden de Boston. Le Lightning a laissé savoir qu'il serait à l’écart pour une période indéterminée, mais il semble bien que l'absence de Stamkos se mesurera probablement en nombre de mois plutôt qu’en nombre de semaines.

Stamkos a manqué seulement trois matchs au cours de sa carrière, le 9, 17 et 29 janvier 2009, quand l’entraîneur de l’époque, Rick Tocchet, l’avait rayé de l’alignement et l’avait soumis à un programme de reconditionnement, lors de sa saison recrue. Il avait 19 ans.

Il faudra un certain temps au Lightning pour s’habituer à jouer sans Stamkos selon le capitaine Martin St. Louis, qui a lui-même raté seulement cinq matchs au cours des huit dernières saisons et qui n'a pas joué un match sans Stamkos dans l’alignement depuis le 29 janvier 2009.

« Ne pas pouvoir compter sur lui sur glace et hors glace, c'est différent », a admis St. Louis après que l'équipe eut tenu une réunion au Centre Bell mardi matin. « Il est un de nos leaders et c'est un gars vraiment aimé, donc quand il n'est pas là, c'est différent. »

Ce sera très difficile pour le Lightning de remplacer ce que Stamkos leur apporte.

Avec tout le monde au sein de l'équipe affirmant que les joueurs devront compenser collectivement la perte de Stamkos, il n’y a peut-être aucun joueur dans la LNH qui est aussi essentiel à la production de son équipe que lui.

Avant les matchs de mardi, Stamkos partageait la tête de la LNH au chapitre des buts en compagnie d’Alexander Steen des Blues de St. Louis avec 14, ce qui représente 26,9 pour cent des 52 buts marqués par Tampa cette saison. Seul Steen, à 28 pour cent, a enregistré un pourcentage plus élevé de buts par rapport au total de son équipe que le ratio de Stamkos avec le Lightning. Quand on tient compte de ses mentions d’aide, Stamkos a participé à 44,2 pour cent des buts inscrits par Tampa Bay. Seul Sidney Crosby des Penguins de Pittsburgh, à 46,9 pour cent, possède un pourcentage plus élevé.

« Il est difficile de remplacer un des meilleurs joueurs de la Ligue », a déclaré l’attaquant du Lightning Ryan Malone. « Il fait tout très, très bien. »

Malone et St. Louis sont les seuls joueurs du Lightning qui étaient avec l'équipe la dernière fois que Stamkos a raté un match, et même si les deux ont joué en sa compagnie au sein de son trio, c’est St. Louis qui a été le pilier utilisé à l'aile droite de Stamkos.

En tant que capitaine, St. Louis se sent évidemment responsable d'assumer une plus grande charge de travail avec Stamkos hors de l'alignement.

« C'est à moi de prendre les choses en charge et de montrer le chemin et j'espère que tout le monde suivra, a-t-il dit. Le jeu sera probablement un peu différent pour moi, mais je prends cela comme un défi. J'espère que je pourrai montrer le chemin. »

Le Lightning entamera le match de mardi en tant que meilleure équipe de l’Association de l’Est, avec une fiche de 12-5-0, ce qui représente l'une des plus grandes surprises de la LNH au cours du premier quart de la saison.

L'entraîneur Jon Cooper a convaincu l'équipe que la défensive dicte le chemin vers le succès et le groupe a acheté l’idée. Le Lightning est 12e dans la LNH au chapitre des buts alloués par match, après avoir terminé la saison dernière 26e et la saison d'avant au 30e échelon.

C'est un aspect qui devra possiblement être davantage renforcé, maintenant qu’un gros morceau de l’attaque manque à l’appel.

« Le point majeur abordé en amorçant cette saison n'était pas le nombre de buts que nous allions marquer, c'était combien nous allions en prévenir, a déclaré Cooper. Nous l'avons fait cette année. Cela commence avec nos gardiens de but, mais en tant que groupe nous ne donnons pas de chances de marquer de qualité comme on le faisait avant. Vous avez besoin de l’apport des cinq joueurs pour y arriver, ce n’est pas l’affaire d’un seul gars.

« Mais la chose principale à propos de Stamkos est qu'il force l’adversaire à réfléchir. Tout le monde le sait quand il est sur la glace. Il étire les défensives et lorsqu’il est présent, il force les autres à jouer de manière plus conservatrice. »

La perte d'un joueur important peut souvent représenter un cri de ralliement pour une équipe, en particulier lors du premier match suivant la blessure, de sorte que le Lightning pourrait très bien s’avérer une équipe difficile à affronter pour Montréal. Mais à long terme, ce sera un défi pour la formation de Cooper que de maintenir le rythme effréné qui est le sien depuis le début de la saison, alors que le Lightning pouvait se fier sur l'un des meilleurs joueurs de la LNH.

Mais Cooper ne doute pas que son équipe est apte à relever le défi.

« Durant 16 matchs, je pense que nous nous retrouvons seulement au point où les gens commençaient à regarder en notre direction pour se dire que nous étions possiblement à prendre au sérieux, a déclaré Cooper. Lors de la seconde période, lundi, tous ces gens qui pensaient que nous étions possiblement à prendre au sérieux se sont tout de suite dit que nous étions cuits. C’est pour cela que tous les joueurs dans le vestiaire se disent qu’il faut prouver à tous que ce n’est pas de la frime.

« Nous sommes près de la tête dans le classement pour une raison et nous allons y rester. »

 

La LNH sur Facebook