Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Geraldine Heaney devient la troisième femme à être intronisée au Temple de la renommée

lundi 2013-11-11 / 23:13 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Geraldine Heaney devient la troisième femme à être intronisée au Temple de la renommée
Geraldine Heaney devient la troisième femme à être intronisée au Temple de la renommée

TORONTO – Geraldine Heaney est reconnue comme la version féminine de Bobby Orr. Maintenant, elle sera à jamais associée au grand défenseur des Bruins de Boston, mais pour d’autres raisons.

Heaney a rejoint Orr comme membre du Temple de la renommée du hockey lundi soir. Elle a aussi rejoint Cammi Granato et Angela James, les seules autres femmes à avoir été intronisées. Granato et James ont été élues en 2010.

« Quand je pense à Geraldine Heaney, je pense à une pionnière du hockey », a déclaré Cassie Campbell-Pascall sur les ondes de TSN. « Quand on parlera de défenseur offensif dans le hockey féminin, son nom sera toujours le premier à être nommé.

« Elle est une de mes héroïnes. »

Heaney a amorcé son discours avec un mot: « Wow. »

Elle a ensuite blagué en disant qu’elle aimerait bien échanger ses chaussures à talons hauts contre une paire de patins.

« Comme vous le voyez, je ne suis pas aussi à l’aise dans mes talons hauts que quand je jouais au hockey dans mes patins », a-t-elle dit.

Heaney a commencé par remercier le Temple de la renommée pour avoir continué d’introniser des femmes. Elle a mentionné Campbell-Pascall et Hayley Wickenheiser, toutes les deux présentes, et a dit qu’elle avait hâte de les voir à leur tour être élues dans le futur.

« En tant que jeune fille qui a grandi à Toronto, je n’aurais jamais pensé être ici un jour et être intronisée au Temple de la renommée, a-t-elle indiqué. Ça semble vraiment irréel, mais d’être seulement la troisième femme à réussir l’exploit rend le tout encore plus spécial. »

Elle a dit qu’il s’agissait d’un « honneur de suivre les traces des deux meilleures joueuses de l’histoire au Temple de la renommée », alors que Granato et James étaient dans la salle.

« Je veux partager cet honneur avec toutes les femmes qui ont joué avant moi, contre moi et avec moi », a-t-elle dit.

Elle a expliqué que lorsqu’elle avait été informée qu’elle allait être intronisée en juin, elle avait commencé à repenser à tous ses accomplissements. Elle a remercié la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) d’avoir donné la chance aux femmes de jouer et de l’avoir élue elle, Granato et James au Temple de la IIHF en 2008.

Elle a aussi remercié le président de Hockey Canada, Bob Nicholson, en disant: « C’est toujours spécial de porter le chandail du Canada et c’est une chose dont je ne me fatigue jamais. »

Après avoir dit merci à ses entraîneurs et coéquipières de l’équipe nationale, elle a tenu à offrir un souhait tout spécial aux joueuses de la nouvelle génération.

« Je voudrais souhaiter aux femmes de l’équipe olympique tout le meilleur en vue des Jeux de Sotchi, a-t-elle dit. Je sais que vous allez nous rendre fiers et nous ramener la médaille d’or. »

Elle a mentionné Fran Rider, la fondatrice de l’Association de hockey féminine de l’Ontario et l’organisatrice du premier non officiel Championnat du monde féminin en 1987. Le premier Championnat du monde de hockey féminin de l’IIHF a été présenté en 1990.

Heaney a ensuite commencé à parler des Aeroes de Toronto, l’équipe pour laquelle elle a évolué de ses 13 ans à ses 38 ans.

Heaney a aussi discuté de sa famille, incluant son mari, John.

« Je veux m’excuser pour toutes ces années où tu t’es fait taquiner au travail parce que ta femme avait un lancer plus puissant que le tien, mais ç’a valu la peine au final », a-t-elle rigolé.

Elle a remercié sa sœur Colleen « pour tout, surtout pour avoir gardé les enfants ». Elle a aussi dit merci à ses parents pour avoir quitté l’Irlande afin de s’installer au Canada, et pour lui avoir permis de connaître le sport du hockey.

« Merci de ne m’avoir jamais dit que les filles ne pouvaient pas jouer », a-t-elle déclaré.

Elle a réservé son dernier remerciement à défunte sœur Catherine, qui est décédée d’un cancer en 2008. Catherine était âgée d’un an de plus que Geraldine.

« S’il y avait des verres au paradis, je suis certaine que tu en aurais levé un à ma santé, a-t-elle dit. Merci beaucoup. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook