Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

La transaction Vanek-Moulson n’a toujours pas eu l’effet escompté pour les Islanders

lundi 2013-11-11 / 0:46 / LNH.com - Nouvelles

Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


La transaction Vanek-Moulson n’a toujours pas eu l’effet escompté pour les Islanders
La transaction Vanek-Moulson n’a toujours pas eu l’effet escompté pour les Islanders

MONTRÉAL – Après un début de saison couci-couça des Islanders de New York, au cours duquel ils ont affiché un dossier de 4-4-3 à leurs 11 premières rencontres – ce qui pourrait être considéré comme très correct pour certains –, le directeur général Garth Snow a décidé que c’en était assez.

Il a voulu brasser la marmite en envoyant Matt Moulson, un choix de première ronde en 2014 et de deuxième ronde en 2015 aux Sabres de Buffalo en retour de Thomas Vanek le 27 octobre dernier.

À la suite de la transaction, l’entraîneur Jack Capuano avait louangé la décision de son directeur général, indiquant que les joueurs allaient ainsi comprendre qu’ils étaient les seuls fautifs.

« C’est problement le meilleur temps pour signifier à des joueurs à l’éthique de travail déficiente que le patron n’est pas satisfait et les entraîneurs non plus, avait-t-il dit. Tu dois tenir les joueurs responsables. On a eu des réunions, on a montré des vidéos. Ils savent exactement comment on doit jouer. »

Mais deux semaines et sept matchs plus tard, l’idée de Snow n’a pas encore eu l’effet escompté.

Les Islanders ne réussissent toujours pas à aligner des victoires – ils présentent une fiche de 2-5-0 depuis la transaction et ont encaissé un quatrième revers de suite dimanche face au Canadien de Montréal – et leur désavantage numérique est toujours aussi erratique, lui qui figure au tout dernier rang de la LNH.

« Il semble que tout ce que [les équipes adverses] touchent en ce moment [pendant nos infériorités numériques] se retrouve dans le fond de notre filet », a mentionné Capuano après le revers de dimanche. « Les entraîneurs se soucient beaucoup du désavantage numérique et y prennent beaucoup de fierté, alors on doit trouver un moyen de régler le problème. Ça peut être très épuisant mentalement pour les joueurs, et c’est une grosse partie du problème. On doit s’assurer que si l’autre équipe marque un but, on l’oublie et on passe au prochain. »

Vanek s’est blessé en tout début de match contre les Blue Jackets de Columbus samedi et a raté celui de dimanche, mais depuis son arrivée, la chimie tarde à s’installer avec John Tavares, entre autres. Le capitaine des Islanders a perdu en Moulson son compagnon de trio depuis des années, et ami de longue date.

D’après le gardien québécois Kevin Poulin, qui était d’office pour la rencontre de dimanche face au Tricolore, ce ne sera pas évident pour le premier trio des Islanders de recréer la complicité que possédait Tavares et Moulson (et Kyle Okposo).

« C’est sûr que quand tu enlèves un gars comme Moulson à Tavares, ça faisait des années qu’ils jouaient ensemble, ils avaient une très bonne chimie, a-t-il dit. C’est sûr que [Moulson] était un très gros morceau de l’équipe, et ça va prendre du temps avant que la chimie soit de retour. Et pour Johnny et Oki, il ne faut pas oublier non plus que c’est la première année qu’ils jouent ensemble. »

Les Islanders ont cependant connu du succès sur le jeu de puissance dimanche, ce qui constitue peut-être le seul point positif de la défaite de dimanche. Avant que Pierre-Marc Bouchard ne touche la cible en avantage numérique à 7:23 de la deuxième période contre le Canadien, New York n’avait pas marqué à ses 24 précédents jeux de puissance.

« En tant qu’entraîneurs, on essaie tout le temps d’apporter des modifications quand ça ne va pas bien, a dit Capuano. J’ai cru que notre jeu de puissance avait bien fait. On a bien bougé la rondelle, on a été présent autour du filet, on a fait de bonnes choses et on a été récompensé pour ça.

« Mais on tenait nos bâtons un peu serrés, on doit réussir à marquer à forces égales. »

Capuano était cependant tout sauf en état de panique à la suite de la défaite face au Tricolore, et a assuré que ses joueurs allaient .

« On a des joueurs blessés alors on en a d’autres qui jouent des minutes qu’ils ne jouent pas d’habitude, et je suis fier de l’effort qu’ils ont déployé, surtout certains de nos jeunes défenseurs et Brock [Nelson] sur le premier trio, a-t-il évoqué. C’est un bon groupe de joueurs, ils vont se tirer d’affaires. C’est juste qu’en ce moment, ils ne sont pas récompensés pour les bonnes choses qu’ils font. »

 

La LNH sur Facebook